Dictionnaire médical de l'Académie de Médecine – version 2021

14 résultats 

Gibert (pityriasis rosé de) l.m.

C. Gibert, dermatologue français, membre de l’Académie de médecine (1860)

pityriasis rosé de Gibert

pityriasis n.m.

pityriasis

Terme désignant une desquamation de la peau à squames petites, fines, grisâtres.
Le pityriasis du cuir chevelu, ou pityriasis capitis, correspond à l'état pelliculaire avec ses variétés stéatoïde et amiantacée. Ce terme se retrouve dans quelques affections particulières : pityriasis rosé de Gibert, pityriasis versicolor, pityriasis rubra pilaire, pityriasis lichenoides chronica.

pityriasis alba l.m.

pityriasis alba
Lésion cutanée banale chez l'enfant, siégeant surtout au visage, représentée par une tache hypo- ou achromique à délimitation floue faisant suite, éventuellement après une exposition solaire, à une macule érythémateuse finement squameuse, surtout visible sur peau hâlée ou pigmentée.
Elle peut être due à de nombreuses causes telles que eczéma subaigu, eczématides, psoriasis, dermatophytie, dermite orthoergique, voire impétigo. L'examen histologique montre de la spongiose avec exosérose et exocytose et fuite du pigment. Ce type de dyschromie ne doit pas être confondu avec d'autres hypochromies : vitiligo, pityriasis versicolor achromiant, lèpre, etc.

Étym. gr. pituron : son ; lat. albus : blanc

Syn. eczématide achromiante, dartre achromiante (fam.)

pityriasis amiantacea l.m.

fausse teigne amiantacée

pityriasis capitis l.m.

pityriasis capitis
Hyperkératose non inflammatoire du cuir chevelu, provoquée par une levure saprophyte, Malassezia furfur, en général peu prurigineuse, génératrice de nombreuses pellicules gênantes par leur aspect disgracieux.
Le pityriasis capitis est habituellement considéré comme une forme particulière de la dermite séborrhéique, affectant spécifiquement le cuir chevelu.
La sévérité de l’état pelliculaire est le plus souvent en rapport avec la densité de la levure saprophyte, sans toutefois qu’une relation de causalité soit formellement démontrée.

pityriasis gras l.m.

pityriasis stéatoïde

pityriasis lichénoïde chronique l.m.

pityriasis lichenoides chronica, chronic pityriasis lichenoides
Forme chronique du pityriasis lichénoïde, c'est-à-dire du parapsoriasis en gouttes, correspondant à une dermatose inflammatoire d'origine inconnue touchant enfants et adultes jeunes, caractérisée par des poussées multiples et récidivantes de papules qui sont d'abord érythémateuses et lisses et se recouvrent ensuite d'une squame qui se détache d'un bloc, « en pain à cacheter », puis disparaissent; l'éruption, polymorphe, comporte des lésions d'âge différent et a une disposition bigarrée.
L'examen histologique met en évidence une parakératose, une exocytose d'éléments mononucléés avec de l'exosérose et un infiltrat inflammatoire dermique de densité modérée plus ou moins périvasculaire ; des hématies peuvent également se retrouver dans l'épiderme.

Syn. parapsoriasis en gouttes chronique

parapsoriasis en gouttes

pityriasis lichénoïde varioliforme aigu l.m.

acute varioliform pityria lichenoides

Forme aiguë rare de pityriasis lichénoïde, habituellement observée chez l'enfant, correspondant à une éruption à début brutal faite de papules qui deviennent nécrotiques ou croûteuses puis s'ulcèrent et dont la cicatrisation peut prendre un aspect varioliforme.
L'évolution, plus courte que celle des formes chroniques, dure quelques semaines, voire quelque mois. Il existe des formes suraiguës fébriles. L'image histologique est superposable à celle du pityriasis lichénoïde chronique, mais est plus marquée, avec, notamment, une réelle vascularite qui constitue probablement la lésion élémentaire.

Syn. parapsoriasis varioliforme de Mucha-Habermann

Sigle  : PLEVA

pityriasis rosé de Gibert l.m.

Gibert’s pityriasis rosea

Dermatose bénigne, fréquente dans le jeune âge, souvent saisonnière, débutant par une plaque unique d'assez grande taille, en médaillon, suivie par une éruption descendante, pas ou peu prurigineuse, prédominant sur le tronc, souvent étendue, faite de nombreux éléments ovalaires érythémateux et finement squameux, le tout régressant en environ deux mois et ne récidivant pas.
On suppose qu'il est d'origine virale.

C. M. Gibert, dermatologue français, membre de l’Académie de médecine (1860)

pityriasis rotunda l.m.

pityriasis rotunda
Maladie cutanée relativement fréquente en Extrême-Orient, caractérisée par des lésions ichtyosiformes, rondes, de quelques centimètres de diamètre et bien délimitées, apparaissant habituellement entre 25 et 45 ans puis persistant inchangées le reste de la vie.
Son étiologie et son traitement restent inconnus.

pityriasis rubra pilaire l.m.

pityriasis rubra pilaris
Affection dermatologique généralement chronique caractérisée par des papules cornées folliculaires, donnant une impression de râpe, des membres et du tronc, une hyperkératose du cuir chevelu, de la nuque, des coudes et des genoux, sous forme de placards érythématosquameux parfois psoriasiformes ou réalisant un aspect plâtreux, et une kératodermie palmoplantaire jaune orangé fissurée.
Suivant les caractères cliniques et l'évolution, elle est classée en quatre groupes, dont une forme aiguë fugace et non récidivante. L'étiologie est inconnue : facteur infectieux, transmission autosomique dominante? Le diagnostic repose sur la clinique, car l'image histopathologique, rarement caractéristique, permet surtout d'éliminer un psoriasis ou un lichen. Le traitement est à base d'émollients, de kératolytiques,  de rétinoïdes et éventuellement de méthotrexate.

A. Devergie, dermatologiste français, membre de l'Académie de médecine (1854)

Étym. gr. pityriasis : dartre farineuse ; lat. rubra : rouge

Syn. lichen ruber acuminatus de Hebra et Kaposi (obsolète)

pityriasis simplex ou simple l.m.

pityriasis simplex, dandruff
Affection du cuir chevelu en général non prurigineuse caractérisée par une fine desquamation non inflammatoire de squames sèches appelées pellicules, qui sont gênantes par leur aspect disgracieux.
Il n'y a ni séborrhée, ni irritation associée.

pityriasis stéatoïde l.m. (obsolète)

Terme créé par Sabouraud correspondant en fait à la localisation au cuir chevelu d'une dermite séborrhéique.

Syn. pityriasis gras

pityriasis versicolor l.m.

pityriasis versicolor, tinea versicolor, tinea flava
Mycose cutanée opportuniste, bénigne mais inesthétique, due à une levure lipophile, Malassezia furfur.
La mycose réalise des taches cutanées de taille variable, dues à la coalescence de petites macules folliculaires, finement desquamatives après grattage. La couleur des lésions est variable : chamois ou café au lait sur peau claire, rose sur peau brune.  Ces taches deviennent ensuite achromiques (pityriasis achromiant, surtout sur peau halée par le soleil). Il existe des formes localisées, diffuses et récidivantes  (recrudescences saisonnières en début d’été).
Essentiellement clinique, le diagnostic peut être facilité par la recherche du « signe du copeau » (squames fines et molles se détachant facilement). En cas de nécessité, il peut être confirmé par application sur les lésions d’un ruban adhésif permettant de de visualiser au microscope les levures groupées en « grappes de raisin » ainsi que les filaments mycéliens (scotch-test),
Le diagnostic est fait par application sur les lésions d’un ruban adhésif transparent qui permet de visualiser au microscope optique les levures groupées en “grappes de raisin” et leur forme filamenteuse parasitaire retrouvée dans 100% des cas de pityriasis versicolore.
 Le traitement par un antifongique actif est le plus souvent local, les formes récidivantes nécessitant toutefois un traitement systémique.

Malassezia furfur, malassezioses, scotch test

[Le champignon Malassezia furfur (autrefois dénommé Pityrosporum orbiculare ou P. ovale) appartenant à la flore saprophyte cutanée,est présent dans l’infundibulum des follicules pilosébacés. Ses spores sont capables de parasiter le stratum corneum lorsque]