Dictionnaire médical de l'Académie de Médecine – version 2021

10 résultats 

perforation cæale postopératoire l.f.

post-operative cæcal perforation

Perforation cæcale survenant dans la période postopératoire, le plus souvent au décours d'une césarienne.
Elle est rare et précédée d'une période occlusive avec dilatation du cadre colique.

syndrome d'Ogilvie

perforation de cloison l.f.

perforation of septum

Perforation du septum nasal.
Les causes les plus fréquentes sont les interventions portant sur la cloison nasale et l’ulcère idiopathique de Hajeck.

M. Hajek, otorhinolaryngologiste austrohongrois (1892)

Hajeck (ulcère simple de)

perforation de l'œsophage l.f.

perforated oesophagus

Accident grave, d'origine traumatique, parfois iatrogénique au cours des manœuvres d'intubation ou d'endoscopie, entraînant une médiastinite septique de fâcheux pronostic.
Le traitement est chirurgical, il doit être précoce pour éviter l'infection médiastinale.

perforation diastatique du côlon l.f.

diastatic perforation of colon

Rupture de la paroi colique par distension et fissuration sous la pression du contenu colique (gaz et matières), le plus souvent en amont d’un cancer occlusif négligé ou au niveau d’un volvulus colique (sigmoïde).
La perforation siège le plus souvent au niveau du cæcum, segment du côlon le plus fragile et le plus extensible. Elle se traduit par un syndrome péritonéal d’expression bruyante mais peut également se produire à bas bruit chez un sujet âgé et débilité. Elle est responsable d’un syndrome de choc infectieux d’autant plus grave que la stase colique a favorisé la pullulation de germes plus virulents. Le traitement chirurgical et la réanimation médicale les mieux adaptés n’empêchent pas toujours l’évolution mortelle, issue la plus fréquente.
Outre les lésions purement mécaniques, la paroi colo-caecale est le plus souvent le siège de manifestations de nécrose vasculaires et infectieuses traduisant la souffrance des tissus et la virulence des germes.
Plus rarement c’est un syndrome d’Ogilvie qui peut en être responsable.

W. H. Ogilvie, Sir, chirurgien britannique (1948)

Étym. gr. diastasis : séparation, écartement

Ogilvie (syndrome d')

perforation digestive l.f.

Survenue d'une solution de continuité dans la paroi du tube digestif, donnant issue à du liquide gastrique ou intestinal dans la cavité péritonéale et entraînant des états septiques intra-abdominaux : abcès, péritonite localisée ou généralisée.
En dehors des perforations traumatiques liées à une plaie pénétrante de l'abdomen, les étiologies des perforations digestives sont multiples : perforation d'un ulcère duodénal, perforation de l'intestin grêle en amont d'un obstacle, par un corps étranger ou au niveau d'un sillon d'étranglement d'une occlusion, perforation colique au niveau d'un diverticule sigmoïdien ou d'une tumeur, perforation appendiculaire, perforation d'un diverticule de Meckel, etc.
Le traitement des perforations digestives est chirurgical, nécessitant le traitement de la cause : suture de la perforation ou extériorisation de celle-ci au niveau cutané réalisant une stomie d'une part et d'autre part traitement de la conséquence par aspiration, lavage et drainage des zones septiques.

perforation d'une lentille l.f.

fenestration

Trou de forme précisée et traversant une lentille de contact dans toute son épaisseur en un lieu défini.

perforation septale l.f.

septal perforation

Rupture localisée du septum interventriculaire du cœur, consécutive à la nécrose provoquée par un infarctus septal.
La rupture septale crée un shunt gauche-droit aigu qui s’ajoute aux autres manifestations de l’infarctus myocardique (souvent étendu) pour créer habituellement une situation très grave de choc cardiogénique. Le pronostic en est très mauvais, mais peut être amélioré par la tentative, malgré ses risques d’une fermeture chirurgicale de la brèche septale sous circulation extracorporelle.

perforation spontanée de l'œsophage l.f.

rupture spontanée de l'œsophage

perforation tympanique l.f.

tympanic perforation

Perforation de la membrane du tympan faisant communiquer le conduit auditif externe et la caisse du tympan.
Elle peut être spontanée, en rapport avec une otite, ou provoquée par un traumatisme ou opératoire (myringotomie).

tympan, myringotomie, otite

péritonite par perforation l.f.

perforation peritonitis

Péritonite due à la perforation spontanée d'un viscère creux tel que appendice, vésicule biliaire, ulcère gastroduodénal, salpingite, côlon, (par ex. par diverticulite, etc).
Localisée ou généralisée, la péritonite par perforation impose le plus souvent le traitement chirurgical d'urgence de la lésion causale.