Dictionnaire médical de l'Académie de Médecine – version 2020

13 résultats 

Legg-Perthes-Calvé (maladie de) l.f.

Perthes’ disease, osteochondritis deformans juvenilis

A. Legg, chirurgien orthopédiste américain (1908-09), G. Perthes, chirurgien allemand (1910), J. Calvé, chirurgien orthopédiste français (1910)

ostéochondrite primitive de la hanche

Perthes (épreuve de) l.f.

Perthes's test

Manœuvre qui permet d'apprécier la qualité des veines profondes d'un membre.
Un garrot veineux est placé autour de la cuisse au-dessous de la crosse de la veine saphène. À la marche, si les varices se vident, c'est que la circulation veineuse profonde est bonne, si au contraire elles augmentent de volume entraînant alors une douleur, c'est que la circulation veineuse profonde est altérée.

G. Perthes, chirurgien allemand (1900)

Perthes (maladie de) l.f.

Perthes' disease

G. Perthes, chirurgien orthopédiste allemand (1910)

ostéochondrite primitive de la hanche

syndrome d'Ollivier-Perthes l.m.

Ollivier-Perthes' syndrome

Ollivier d’Angers, chirurgien français (1837) ; G. Perthes chirurgien allemand (1900)

asphyxie traumatique

ostéite n.f.

osteitis

Atteinte infectieuse de l'os qui se produit en général par voie hématogène, par contigüité ou parfois par inoculation directe.
Deux modes évolutifs sont possibles : l'ostéite aigüe, dont la localisation la plus fréquente est l'extrémité inférieure du fémur (qui touche l'enfant et l'adolescent) et l'ostéite chronique (soit spontanément, soit secondairement à une forme aigüe).
La forme aigüe associe des signes infectieux généraux et des signes inflammatoires avec une douleur siégeant en général au niveau de la métaphyse. Dans la forme chronique, l'évolution se fait vers l'abcès central de l'os de Brodie (ou ostéite hyperostosante et nécrosante diaphysaire) avec une douleur localisée et des signes infectieux localisés.
Le staphylocoque est le germe le plus fréquemment retrouvé. à côté du streptocoque, du pneumocoque, des salmonelles ; la brucellose, la tuberculose, les mycoses sont aussi des causes possibles. Les immunodéprimés, les drogués, les enfants polyperfusés sont des terrains favorables et les complications septiques des arthroplasties représentent aujourd'hui des causes de plus en plus fréquentes. Le traitement consiste en une immobilisation prolongée et en une antibiothérapie massive et prolongée.

Étym. gr. osteon : os ; ite : suffixe indiquant l'inflammation

ostéomyélite, Brodie (abcès de)

Édit. 2017

ostéite bégnine circonscrite du conduit auditif externe l.f.

benign osteitis of the external auditory canal

Destruction lente et torpide du plancher et de la paroi postérieure du conduit osseux.
Elle atteint habituellement les deux oreilles et s’observe à partir de la quarantaine.

Édit. 2017

ostéite cystoïde l.f.

Perthes-Jüngling (ostéite de)

Édit. 2017

ostéite déformante hypertrophique l.f.

osteitis deformans

Paget (maladie de)

Édit. 2017

ostéite fibreuse de la face l.f.

osteitis fibrosa of the face

crâniométaphysaire (dysplasie)

Édit. 2017

ostéite fibreuse disséminée l.f.

osteitis fibrosa disseminata

Albright (syndrome de dysplasie fibreuse polystosique d')

[I2,O4,Q2]

Édit. 2018

ostéite fibrokystique de von Recklinghausen l.f.

von Recklinghausen’s osteitis, fibrocystic disease, fibrosa cystica

Il s’agit traditionnellement de l’atteinte osseuse liée à l’hyperparathyroïdie primaire dans sa forme évoluée qui ne correspond plus aux aspects actuels de cette affection décelée beaucoup plus tôt.
En réalité les atteintes squelettiques décrites par von Recklinghausen, n’ont jamais été rapportées par leur auteur à une pathologie, parathyroïdienne. Au moins un des quatre cas ne relevait pas d’un désordre parathyroïdien, mais correspondait à la dysplasie fibreuse de Jaffé-Lichtenstein. Enfin l’atteinte osseuse de l’hyperparathyroïdie primaire n’est pas inflammatoire, très rarement kystique et les lésions fibreuses de la moelle osseuse sont tardives et peu spécifiques. Malgré tout ce terme prévaut sur celui d’ostéose parathyroïdienne proposé en France par JA Lièvre (1931).
Cette atteinte osseuse constituait autrefois le mode de révélation habituel de l’hyperparathyroïdie primaire. Elle déterminait des douleurs osseuses diffuses de type mécanique ou localisées dites "ostéocopes", parfois des fractures "spontanées" surtout des os longs à fort potentiel ecchymotique et de consolidation délicate. Elle aboutissait à des tassements de la taille et d’épouvantables déformations. Radiographiquement étaient observées, outre les séquelles des fractures, des images kystiques ou géodiques, un aspect de déminéralisation diffuse, avec amincissement des corticales. Plus spécifiquement au niveau des mains, devaient être recherchés un aspect feuilleté des corticales, des signes de résorption sous-périostée, une résorption des houppes phalangiennes donnant un aspect en "sucre d’orge sucé" des phalanges. Au niveau de l’extrémité céphalique étaient décrits un aspect granuleux ou en "poivre et sel" de la voûte crânienne, une disparition de la lamina dura du rebord alvéolaire, des "tumeurs brunes" de la mâchoire. Des déminéralisations centrosomatiques responsables de l’aspect "en sandwichl" des corps vertébraux, des déformations du bassin étaient possibles. Un aspect de simple déminéralisation diffuse, ou des aspects ostéomalaciques avec stries de Looser-Milkmann étaient aussi observés. L’association à la chondrocalcinose était fréquente.
Ces formes à révélation osseuse sont devenues exceptionnelles, depuis la généralisation de la mesure de la calcémie dont l’accroissement associé à une valeur accrue ou paradoxalement normale de la PTH permet le repérage précoce de l’hyperparathyroïdie primaire. En revanche, même au cours des formes en apparence asymptomatiques, s’impose la détection d’une raréfaction osseuse par la pratique de principe de l’ostéodensitométrie au niveau du radius, des vertèbres lombaires et du col fémoral. L’ostéopénie (< - 2 DS) conduit alors nécessairement à une prise en charge chirurgicale de la maladie que précède l’enquête morphologique des parathyroïdes.

F. von Recklinghausen, médecin anatomopathologiste allemand, formé à Berlin et affecté en 1872 à Strasbourg (1882)  ; J-A. Lièvre, médecin français (1931)

Syn. ostéose parathyroïdienne de Lièvre, maladie osseuse de von Recklinghausen, ostéite fibrogéodique

hyperparathyroïdie primaire, douleur ostéocope, fracture spontanée, tumeur brune, ostéoporose, ostéopénie, hypercalcémie, ostéose parathyroïdienne, Looser-Milkman (fissures de), ostéodensitométrie, Jaffé-Lichtenstein (maladie de)

Édit. 2017

ostéite streptococcique l.f.

Ostéite d’allure aigüe qui, comme les ostéites pneumococciques, se rencontre surtout chez le nourrisson.

Édit. 2017

ostéite syphilitique du nouveau-né l.f.

syphilis congénitale

Édit. 2017