Dictionnaire médical de l'Académie de Médecine – version 2020

33 résultats 

pharmacologie inverse l.f.

Pharmacologie de développement récent, qui résulte de l'isolement dans le génome de gènes identifiés par homologie avec d'autres gènes ou à la suite de séquençages industriels sans sélection préalable.
Ces gènes exprimés dans les cellules pouvant les rendre sensibles à l'action de certaines substances, on en déduit qu'ils codent pour des enzymes ou des récepteurs actifs pharmacologiquement.
Cette pharmacologie suit donc une démarche qui va du gène à la fonction, alors que la pharmacologie moléculaire traditionnelle procédait de la fonction à la protéine puis au gène : elle recherchait une protéine douée d'activité biologique dite pharmacologique, en se fondant sur l'effet de substances sur certaines cellules. Le biochimiste isolait la protéine et, par synthèse d'oligonucléotides basés sur la séquence, localisait le gène correspondant.
La pharmacologie inverse a ainsi identifié de nombreux sous-types de récepteurs, par ex. de la sérotonine (14 sous-types au lieu de 3 ou 4 attendus de la pharmacologie classique) ou de la dopamine (7 au lieu des 2 connus), etc.

rétinite pigmentaire inverse l.f.

retinitis pigmentosa inversa

Rétinopathie pigmentée centrale avec pigmentations au pôle postérieur plus ou moins ostéoblastiques (ressemblant  par leur forme  étoilée aux ostéoblastes), centrées sur la macula avec une périphérie rétinienne normale.
Les vaisseaux sont normaux, l'acuité est normale au début. Il existe un scotome périfovéolaire et une dyschromatopsie d'axe bleu-jaune. L'adaptation à l'obscurité est normale. L'ERG photopique est altéré et l'ERG scotopique normal au début. L'EOG est altéré. En fluorographie il existe une atrophie de l'épithélium pigmenté au pôle postérieur. L’affection est autosomique récessive.

S. Duke-Elder, Sir, ophtalmologiste britannique (1967)

Syn. rétinite pigmentaire centrale

angiofluorographie, électrooculogramme, EOG, électrorétinogramme, ERG

rétinite pigmentaire inverse avec surdité l.f.

retinitis pigmentosa inversa with deafness

Syndrome de rétinite pigmentaire inverse, hypogénitalisme et surdité neurosensorielle.
Elle est caractérisée par une pigmentation prédominant autour de la papille et de la macula. L’affection est autosomique récessive (MIM 268010).

N. M. Reinstein et A. I. Chalfin, ophtalmologistes américains (1971)

savon inversé l.m.

invert soap

Sel d'ammonium à chaîne grasse.
Ces sels, à l'inverse des savons ordinaires (anioniques), sont constitués d'un cation gras, qui possède également des propriétés tensioactives, mais qui se fixe sur les protéines dans les conditions de pH habituelles, de telle sorte qu'ils sont inhibiteurs de nombreux enzymes et ont des propriétés bactériostatiques très importantes. Ils sont utilisés pour la désinfection d'instruments, de vaisselle ou de récipients ayant contenu des produits alimentaires, et comme antiseptiques externes.

Syn. savon cationique, détergent cationique, saponium

S inversé (signe du) l.m.

Golden’s sign

En radiologie pulmonaire, opacité du lobe supérieur droit dont la partie supéroexterne est concave vers le poumon sain, alors que sa partie inféro-interne est convexe vers le bas.
La partie externe du S correspond à l'atélectasie du lobe supérieur et sa partie interne à la saillie de la tumeur ou de son adénopathie satellite.
Ce signe, également valable en scanographie, indique une atélectasie obstructive par une tumeur hilaire et son adénopathie.

R. Golden, médecin radiologue américain (1925)

transcription inverse l.f.

reverse transcription

Synthèse d'ADN à partir d'ARN, à l'inverse du mécanisme de transcription le plus fréquent.
Elle caractérise les organismes où le matériel héréditaire est l'ARN, p. ex. les rétrovirus.

transcriptase reverse

utérus inversé l.m.

uterine inversion

Utérus retourné en doigt de gant : le fond de la cavité passe à travers le col et souvent la vulve.
L’utérus inversé est entraîné par une tumeur ou attiré par une traction sur le cordon ou le placenta lors de la délivrance. Il se réduit par taxis, par traction après laparotomie ou par hystérectomie si la striction des pédicules vasculaires a déjà provoqué œdème et nécrose.

utérus, taxis dc l'utérus, hystérectomie

agoniste inverse l.m.

inverse agonist

Composé agissant sur le même  récepteur que  l’agoniste en se fixant  sur un site  différent et entraînant ainsi un changement de conformation du récepteur qui empêche ce dernier de fixer l’agoniste.
Un agoniste inverse est différent d’un antagoniste qui a le même site  de fixation que l’agoniste et, en l’occupant, empêche ce dernier de se fixer. Par exemple, le récepteur de l’histamine H3 possède une activité intrinsèque propre inhibée par les  antihistaminiques et amplifiée par les  agonistes inverses.

agoniste, antagoniste, histamine, antihistaminique

[C1]

Édit. 2019

| page précédente | /2