Dictionnaire médical de l'Académie de Médecine – version 2020

51 résultats 

torsion de testicule l.f.

torsion of the spermatic cord

Accident aigu de torsion du cordon spermatique menaçant la vascularisation du testicule sous-jacent et nécessitant une intervention d'urgence.
Elle survient chez l'enfant ou l'adulte jeune, favorisée par une mobilité particulière du testicule. La torsion peut être intravaginale (dans la cavité vaginale) ou supravaginale (au-dessus de l'insertion de la séreuse). Elle est révélée par une douleur aigüe initiale et réalise ensuite un tableau de grosse bourse inflammatoire douloureuse qui peut poser un problème de diagnostic différentiel avec l'épididymite aigüe. L'écho doppler du cordon spermatique n'est pas d'une aide suffisamment fiable. Une intervention chirurgicale s'impose de toute urgence, réalisant détorsion et fixation testiculaire pour éviter les récidives ; le pronostic est fonction du caractère plus ou moins serré de la striction et surtout du délai opératoire, l'ischémie testiculaire pouvant aller jusqu'à la nécrobiose de la glande. Une intervention trop tardive mène à l'orchidectomie suivie du remplacement prothétique. Une torsion méconnue ou incomplète (subtorsion) spontanément résolutive mais itérative peut être cause d'atrophie de la glande.

couple de torsion l.m.

force couple

Paire de forces égales et parallèles agissant en sens inverse et à distance sur un corps, et entraînant un mouvement de torsion ou de rotation. Le moment de cette force est égal au produit de l’une de ces forces par la distance donnée par la perpendiculaire entre ces 2 forces.
L’action musculaire agit sur certaines articulations, par un couple de torsion. ex. l’articulation médiotarsienne. Les fractures spiroïdes des os longs sont provoqués par une force de torsion excédant la résistance de l’os.

[B1]

gouttière de torsion de l'humérus l.f.

sillon du nerf radial

hydatide (torsion d') l.f.

torsion of testicular appendices

Accident aigu intéressant l'hydatide sessile ou l'hydatide pédiculée, dont la torsion aboutit à l'ischémie et la nécrose inflammatoire.
La clinique réunit douleur aigüe et tuméfaction inflammatoire limitée à la bourse. Un diagnostic certain ne conduit à aucun acte thérapeutique agressif ; par contre le moindre doute sur une torsion du cordon spermatique impose une exploration chirurgicale d'urgence.

testicule (torsion de)

[M2]

spasme de torsion l.m.

torsion spasm

dystonie idiopathique généralisée

torsion n.f.

torsion, twisting, torque

Action de faire tourner une structure longitudinale selon son grand axe de façon à porter une extrémité dans un sens, l'autre extrémité tournant en sens inverse ou restant fixe.

cycloduction

torsion axiale de l'utérus gravide l.f.

axial torsion of the gravid uterus

Rotation de l’utérus gravide entrainé par son poids autour d’un axe vertical, vers la droite le plus souvent.

torsion axiale d'un utérus myomateux l.f.

axial torsion of a myomatous uterus

Rotation de l’utérus entrainé par le poids d’un myome autour d’un axe vertical.

torsion d'annexe l.f.

adnexal torsion

Rotation axiale de la trompe et de l’ovaire entraînés par le poids d’un kyste ovarien ou sans cause apparente.
Aigüe, elle se traduit par une douleur violente et des signes d’irritation péritonéale. Subaigüe, elle peut aussi se compliquer d’une nécrose annexielle. Le diagnostic est apporté par la cœlioscopie.

kyste de l'ovaire

torsion de kyste de l'ovaire l.f.

ovarian cyst torsion

Rotation autour de son pédicule vasculaire lombo-ovarien d’un kyste ovarien entraîné par son volume, son poids ou une hémorragie intrakystique.
Aigüe, elle se traduit par de violentes douleurs et un syndrome péritonéal aigu. Subaigüe, elle exprime une succession d’épisodes de torsion et de détorsion, et peut se compliquer d’une nécrose de l’annexe. Le diagnostic, fortement suspecté ou même affirmé par l’imagerie en coupes (échographie doppler, voire IRM ou scanner) est confirmé par la cœlioscopie.

kyste de l'ovaire

torsion du cordon ombilical l.f.

torsion of the umbilical cord

Striction des vaisseaux funiculaires provoquée par un enroulement excessif des artères autour de la veine du cordon.

torsion du cordon spermatique l.m.

testicule (torsion de)

[M3]

torsion d'un léiomyome utérin l.f.

torsion of a uterine leyomyoma

Rotation axiale d’un myome sous-séreux autour de son pédicule, provoquant la nécrose du fibrome.
Elle se traduit par une douleur pelvienne violente et un syndrome péritonéal avec défense et vomissements, une masse latéro-utérine douloureuse au toucher vaginal, différente dans sa sémiologie d’une torsion d’un kyste de l’ovaire. L’imagerie en coupes (échographie doppler, voire IRM) permet de suspecter fortement, souvent d’affirmer le diagnostic, confirmé par la cœlioscopie.

léiomyome utérin

torsion d'hydatide l.f.

torsion of testicular appendices

Accident aigu intéressant l'hydatide sessile ou l'hydatide pédiculée, dont la torsion aboutit à l'ischémie et la nécrose inflammatoire.
La clinique réunit douleur aigüe et tuméfaction inflammatoire limitée à la bourse. Un diagnostic certain ne conduit à aucun acte thérapeutique agressif ; par contre le moindre doute sur une torsion du cordon spermatique impose une exploration chirurgicale d'urgence.

testicule (torsion de)

[M2]

torsion intestinale l.f.

intestinal volvulus

volvulus

albuginée du testicule l.f.

tunique albuginée du testicule

[A1]

Édit. 2016 

appendice du testicule l.m.

appendix testis (TA)

appendix of testis

Petit corps lisse fixé soit à l’extrémité antérieure du testicule, soit à celle de l’épididyme, soit au sillon qui sépare ces deux organes.
Il représente un reliquat de l’extrémité crâniale du canal paramésonéphrotique (de Müller), implanté secondairement sur le testicule ou sur l’épididyme.

G. Morgagni, anatomiste et anatomopathologiste italien (1622-1771)

Syn. anc.  hydatide sessile de Morgagni

bord postérieur du testicule l.m.

margo posterior testis (TA)

posterior border of testis

Ce bord, postéro-supérieur, légèrement convexe, est en rapport avec l’épididyme  et avec les vaisseaux du cordon.

Édit. 2017

canalicules efférents du testicule l.m.p.

ductuli efferentes testis (TA)

efferent ductules of testis

Segment des voies spermatiques formé de 9 à 12 fins canaux qui unissent le rete testis à l’épididyme.
Le plus antérieur de ces canaux se continue par l’extrémité antérieure du canal épididymaire ; les suivants s’abouchent dans ce canal l’un derrière l’autre, le long de la tête de l’épididyme. Chacun de ces canaux est pelotonné sur lui-même et forme une petite masse allongée conique encore dénommée lobule de l’épididyme.

A. von Haller, anatomiste suisse (1708-1777)

Syn. anc. cônes efférents du testicule, cônes spermatiques, cônes de Haller

[A1,M3]

Édit. 2015

cancer du testicule l.m.

Les cancers du testicule sont essentiellement des tumeurs germinales (95% des cas) parmi lesquelles on distingue deux grandes catégories : les tumeurs séminomateuses (dites séminomes) qui apparaissent aux dépens de l’épithélium germinal des tubes séminifè

Les tumeurs non germinales : sont rares (moins de 5 %) : il peut s’agir de tumeurs du stroma et des cordons sexuels (tumeur à cellules de Leydig et tumeur à cellules de Sertoli), les tumeurs para-testiculaires (épididyme, déférent, albuginée) et les tumeurs secondaires (lymphome malin, leucémie, métastase).
L’incidence des cancers du testicule augmente, en France. Inférieure à 1500 en 1990, elle est actuellement de 2300 (projection InVS 2011). La mortalité qui lui est liée, en revanche diminue passant de près de 200 en 1990 à 86 en 2011 (données InVS). Quelle qu’en soit la forme histologique, les tumeurs germinales touchent des hommes plutôt jeunes (séminomes 25 à 55 ans, tumeurs non séminomateuses 35 ans). La cryptorchidie est un facteur de risque.
Le signe révélateur le plus fréquent est la découverte d’un gros testicule. Avant tout traitement, le dosage des marqueurs tumoraux :α-fœtoprotéine, β HCG et LDH est indispensable de même qu’un bilan d’extension à la recherche de métastases principalement ganglionnaires essentiellement lombo-aortiques et pulmonaires. La classification de Peckham distingue 4 stades.
L’orchidectomie, indispensable au diagnostic, est le premier temps thérapeutique. Le traitement dépend de la forme histologique et de l’extension. Il peut s’agir d’un curage lombo-aortique, d’une radiothérapie à laquelle les séminomes sont particulièrement sensibles et/ou d’une chimiothérapie très efficace dans toutes ces formes de tumeurs qu’elle guérit souvent même lorsqu’elles sont métastasées.

M. J. Peckham,  oncologue et urologue britannique (1985)

Syn. carcinome testiculaire

carcinome embryonnaire, choriocarcinome, dysembryome, séminome, Peckham (classification de), tumeurs germinales du testicule, tératome du testicule, cryptorchidie, α foetoprotéine, β HCG, LDH, Peckham (classification de)

[F2,M2,M3]

cancer embryonnaire du testicule l.m.

embryonal carcinoma of the testis

Tumeur germinale maligne du testicule survenant chez l'enfant et l'adulte jeune, curable par chirurgie et chimiothérapie spécifique.
La tumeur est uni ou bilatérale, souvent de petite taille. Le diagnostic est évoqué devant un gros testicule indolore et induré, sur un noyau intra-testiculaire mal limité perceptible, complété par échographie et le dosage des marqueurs tumoraux : taux d'α-fœtoprotéine presque toujours élevé (et utile pour la surveillance évolutive), Le bilan d'extension nécessite une échographie testiculaire et abdominale complétée par un scanner abdominal et thoracique. Le traitement est l'orchidectomie élargie associée selon le stade à une chimiothérapie spécifique, un curage lymphatique lombo-aortique chirurgical primaire ou après chimiothérapie. Le pronostic est favorable dans la majorité des cas, même métastatiques.

Syn. carcinome embryonnaire du testicule

cancer du testicule, cancer embryonnaire, sac de Yolk (tumeur du), α-fœtoprotéine

[F2,M2,M3]

cancer in situ du testicule l.m.

carcinoma in situ of the testis, intratubular uncommitted malignant germ cells

Modifications cellulaires visibles à la périphérie des tubules, décelées lors des biopsies testiculaires faites pour des causes diverses, telle l'infertilité.
Ces modifications pourraient représenter un état pré-néoplasique, qui se concrétiserait 3 à 5 ans plus tard dans la moitié des cas.

Syn. carcinome in situ du testicule, néoplasie germinale intra-tubulaire

cancer du testicule

[F2,M2]

carcinome embryonnaire du testicule l.m.

embryonal carcinoma of the testis

Syn. cancer embryonnaire du testicule

cancer embryonnaire du testicule, cancer du testicule, sac de Yolk (tumeur du)

[F2,M2]

carcinome in situ du testicule l.m.

carcinoma in situ of the testis, intratubular uncommitted malignant germ cells

Syn. cancer in situ du testicule, néoplasie germinale intra-tubulaire

cancer in situ du testicule

[F2,M3]

cônes efférents du testicule l.m.p.

canalicules efférents du testicule

[A1]

Édit. 2015

| /3 | page suivante