Dictionnaire médical de l'Académie de Médecine – version 2020

20 résultats 

Trichophyton rubrum

Trichophyton rubrum

Micromycète cosmopolite.
C’est l’espèce de dermatophytes la plus souvent rencontrée en France, où elle représente en moyenne 70% des souches isolées.
La transmission est strictement interhumaine, par l’intermédiaire des lieux publics humides où l’on marche pieds nus (piscines, saunas, etc.). Trichophyton rubrum ne provoque pas d’atteintes des cheveux et est responsable de lésions de la peau glabre (dermatophyties, notamment inguinocrurales, intertrigos interdigitaux plantaires) et d’onyxis, surtout des orteils. Exceptionnellement, il peut provoquer un sycosis de la barbe. En culture, la croissance est rapide, les colonies sont duveteuses avec un revers coloré (mais inconstamment) par un pigment rouge-brun à violet. Microscopiquement, on observe des filaments fins, en raquettes, des microconidies mais pas de macroconidies. En l’absence de pigments et de fructifications, des examens complémentaires sont indispensables, avec repiquage sur certains milieux et recherche de l’uréase (très faiblement positive pour T. rubrum, intensément positive pour T. mentagrophytes).

sycosis de la barbe

sycosis trichophytique l.m.

trichophytic sycosis

Teigne suppurée de la barbe, de la moustache ou du cuir chevelu provoquée par des dermatophytes zoophiles ou géophiles (Trichophyton mentagrophytes, T. ochraceum, T. gypseum).
Les lésions sont de type « macaron », saillantes, suppurées, entourant la base des poils.

Étym. gr. sukon : figue

sycosis staphylococcique l.m.

sycosis barbae, sycosis vulgaris

Groupement de folliculites et périfolliculites pustuleuses superficielles et profondes dues au staphylocoque, réalisant, chez l'homme adulte, sur une région à poils forts c'est-à-dire la barbe et la région sous-narinaire, une suppuration chronique faite de placards inflammatoires pustuleux et croûteux.
Le traitement, local antiseptique et antibiotique, doit parfois être complété par une antibiothérapie générale.
Le sycosis peut aussi être trichophytique.

E. Bazin, dermatologiste français (1862)

Étym. gr. sukon : figue

Syn. mentagre (obs.)

folliculite, périfolliculite, staphylocoque, trichophytie

[D1, J1]

Édit. 2019

Trichophyton

Trichophyton
Genre de micromycète dermatophyte comprenant plusieurs espèces pathogènes chez l’Homme, qui parasitent la peau ou les phanères.

Trichophyton beigeli (obsolète)

Trichophyton beigeli
Ancienne dénomination de Trichophyton cutaneum.

Trichophyton cutaneum

Trichophyton concentricum

Trichophyton concentricum
Dermatophyte, agent du tokelau chez l’Homme, très rarement isolé en France et dont les cultures ressemblent à celles de Trichophyton schoenleinii.
Exclusivement anthropophile.

tokelau

Trichophyton equinum

Trichophyton equinum

Trichophyton parasite du Cheval, non considéré comme pathogène pour l’Homme.
Il peut cependant provoquer, chez ce dernier, un herpès circiné survenant chez les personnes en contact avec les chevaux.

Trichophyton erinacei

Trichophyton erinacei
Trichophyton normalement parasite du Hérisson, ne contaminant l’Homme qu’exceptionnellement.

Trichophyton interdigitale

Trichophyton interdigitale

Dermatophyte responsable d’intertrigo non inflammatoire et agent fréquent d’onyxis, contrairement à Trichophyton mentagrophytes.

Trichophyton mentagrophytes, onyxis

Trichophyton megnini

Trichophyton megnini
Agent de teignes inflammatoire de la barbe et de très rares teignes tondantes à petites plaques du cuir chevelu, d’herpès circinés et d’onyxis des mains.
Ne s'observe en France que chez des Ibériques récemment immigrés. Le parasitisme pilaire est de type endothrix. Les cultures sont lentes, de couleur rose à revers rouge. Au microscope, les macroconidies sont très rares et les microconidies piriformes. Son exigence en histidine permet de distinguer ce micromycète d’une espèce très voisine : Trichophyton kuryangei.

Trichophyton mentagrophytes

Trichophyton mentagrophytes
Dermatophyte géophile, parasite de l’Homme et de différents animaux, responsable d’une teigne inflammatoire de type microïde ou de dermatomycoses à type de kérion ou d’intertrigo.
Contrairement à Trichophyton interdigitale, ce champignon n’attaque jamais l’ongle. L’examen microscopique des cultures montre comme élément caractéristique des hyphes avec des ramifications en "croix de Lorraine" et des macrosporidies, d’apparition tardive (15 jours au moins), de 20 à 50 µm de long, en forme de cigare, à paroi mince et contenant une à six cellules.

Étym. A. Celsus, médecin de la Rome antique

teigne, kérion de Celse

Trichophyton ochraceum

Trichophyton ochraceum

Syn. Trichophyton verrucosum

Trichophyton verrucosum

Trichophyton persicolor

Trichophyton persicolor
Dermatophyte responsable d’herpès circinés à transmission animale, toujours situés sur une partie découverte et comprenant une lésion le plus souvent unique.

Trichophyton schoenleinii

Trichophyton schoenleinii

Micromycète anthropophile, responsable, chez les enfants comme chez les adultes, de teignes endothrix, de type favique, dont les lésions sont fluorescentes en lumière noire.
Ce champignon est également responsable de dermatomycoses et d’onyxis. Les cultures ont une croissance très lente (15 à 30 jours). Microscopiquement, elles sont caractérisées par des hyphes ramifiées à extrémité "en tête de clou" ou se terminant en "chandelier favique".

favus, teigne

Trichophyton soudanense

Trichophyton soudanense
Dermatophyte originaire d’Afrique noire, les cas importés en France étant de plus en plus fréquents.
Trichophyton soudanense est responsable de teignes tondantes très squameuses chez l’enfant, d’épidermophyties de la peau glabre et d’onyxis de la main. En culture, la croissance est lente, avec des colonies d’aspect étoilé, de couleur abricot, auréolées de rayons très fins et courts, s’enfonçant dans la gélose. Microscopiquement, les filaments ont un trajet très anguleux, avec des ramifications courtes, souvent rétrogrades, qui donnent un aspect caractéristique en "fil de fer barbelé". Les microconidies sont rares et les macroconidies absentes.

teigne

Trichophyton tonsurans

Trichophyton tonsurans
Micromycète anthropophile, agent fréquent de teignes aux États-Unis, rarissime en France.

Trichophyton verrucosum

Trichophyton verrucosum
Micromycète zoophile provoquant chez l’Homme des teignes ectothrix de type mégaspores, inflammatoires (sycosis), ou des dermatomycoses avec des lésions de type kérion ou herpès circiné.
Ce champignon n’attaque pas les ongles. Microscopiquement, les cultures montrent des aspects voisins de ceux de Trichophyton schoenleinii avec, sur milieu enrichi, des microconidies petites et nombreuses, en forme de larmes et, plus rarement, des macroconidies en forme de "queue de rat".

Syn. Triphophyton ochraceum

teigne

Trichophyton versicolor

Trichophyton versicolor
Dermatophyte responsable d’herpès circinés à transmission animale, toujours situés sur une partie découverte et comprenant une lésion le plus souvent unique.

Trichophyton violaceum

Trichophyton violaceum
Dermatophyte anthropophile responsable d’une teigne infantile de type endothrix, dont les lésions ne sont pas fluorescentes en lumière noire.
Également responsable d’épidermomycoses, ce champignon ne provoque d’onyxis qu’au niveau des mains. Les cultures ont une croissance lente (14 à 21 jours), avec des colonies plissées et en amas, à surface cireuse, un pigment lavande ou violet pourpre diffusant au revers. Microscopiquement, ce champignon très dégradé par le parasitisme montre des hyphes ramifiées, renflées par de nombreuses chlamydospores irrégulières et intercalaires avec une absence de fructification.

teigne

Trichophyton beigeli

Trichophyton beigeli
Ancienne dénomination de Trichophyton cutaneum.

Étym. gr. thrix, trichos : cheveu ; sporon : semence