Dictionnaire médical de l'Académie de Médecine – version 2019

11 résultats 

Hallopeau (pyodermite végétante d') l.f.

Hallopeau’s vegetating pyodermatitis

F. Hallopeau, dermatologiste français, membre de l’Académie de médecine (1890)

pyodermite végétante d'Hallopeau

[J1]

Édit. 2015

pyodermite végétante d'Hallopeau l.f.

dermatitis vegetans
Forme rare de pyodermite végétante staphylococcique en placards multiples du cuir chevelu, des plis et du dos.
Beaucoup de ces pyodermites végétantes sont, en réalité, des pemphigus végétants comme l'avait d'ailleurs reconnu Hallopeau lui-même ultérieurement. Toutefois, d'authentiques cas, mais rares, de pyodermite végétante d'Hallopeau staphylococcique ont été publiés.

F. Hallopeau, dermatologiste français, membre de l’Académie de médecine (1890) ; H. Feulard et F. Hallopeau, membre de l'Académie de médecine dermatologistes français (appellation de dermatite pustuleuse chronique en foyers à progression continue, 1889 et 1890)

pyodermite végétante l.f.

pyoderma ou pyodermatitis vegetans

Infection cutanée bourgeonnante responsable de formations exophytiques mollasses, friables, irrégulières, suintantes et purulentes, correspondant en règle à des infections staphylococciques banales situées dans les plis, la macération étant responsable du caractère végétant.
Le botryomycome peut en être considéré comme une forme particulière. Les halogénides, le pemphigus végétant, la syphilis peuvent donner des tableaux similaires. Histologiquement, le caractère végétant réalise parfois des aspects pseudocarcinomateux. Parfois est réalisé un aspect papulo-érosif, comme dans la dermite fessière, syphiloïde postérosive de Sevestre et Jacquet des nourrissons

psorospermose folliculaire végétante l.f. (obsolète)

Appellation proposée par Darier pour la maladie qui porte son nom et qu'il considérait comme d'origine parasitaire, pensant que les formations arrondies qu'il voyait dans l'épiderme étaient des parasites du type psorospermie, alors que, comme il le reconnut ultérieurement, il s'agit de « corps ronds » résultant d'une dyskératose épidermique.

F. J. Darier, dermatologue français, membre de l’Académie de médecine (1889)

Syn. dyskératose folliculaire (obsolète)

Darier (maladie de)

pyodermite n.f.

pyoderma, pyodermia, pyodermatitis

Lésion suppurative de la peau, bactérienne ou non.

Étym. gr. pyon : pus ; derma : peau ; itis : inflammation

pyodermite phagédénique l.f.

pyoderma gangrenosum

acrodermatite continue d'Hallopeau l.f.

Hallopeau’s acrodermatitis, acrodermatitis perstans ou continua

Affection décrite sous le nom de polydactylite suppurative chronique et considérée actuellement comme une forme clinique de pustulose palmoplantaire amicrobienne chronique, caractérisée par l'apparition incessante de pustules sur les extrémités, (d'où le nom d'acrodermatite), souvent péri-unguéales d'abord, mais pouvant atteindre ensuite toute la longueur d'un ou plusieurs doigts ou orteils, pour aboutir, après plusieurs poussées, à un état squamocroutelleux permanent.
L'examen histologique met en évidence une pustule spongiforme multiloculaire de Kogoj-Lapière.
Son autonomie est discutée et, surtout pour les formes à tendance extensive et diffuses, beaucoup la rattachent au psoriasis pustuleux.
F. Hallopeau, dermatologue français, membre de l’Académie de médecine (1890)

Étym. gr. akros : extrémité ; derma : peau ; ite : inflammation

psoriasis pustuleux, dermatitis repens de Crocker

[J1]

Édit. 2017

épidermolyse bulleuse dystrophique récessive d'Hallopeau-Siemens l.f.

recessive dystrophic epidermolysis bullosa (Hallopeau-Siemens)

Variété précoce et sévère d'épidermolyse bulleuse présente dès la naissance avec des lésions cutanéomuqueuses profuses cicatrisant au prix de synéchies et de rétractions cutanées voire tendineuses; un retard staturo-pondéral est la règle, de même que, à l'âge adulte, une déformation des mains et des pieds en moufles par synéchies, des atteintes œsophagiennes et anales à type de sténose, ainsi que oculaires.
Le pronostic vital est grevé par la possibilité d'une amylose rénale et de cancers cutanés à type de carcinomes spinocellulaires. Le clivage se fait dans la partie supérieure du derme, sous la lamina basale. L'anomalie ultrastructurale est représentée par l'absence de fibres d'ancrage ou leur dystrophie; l'anomalie moléculaire est située sur le gène du collagène VII chromosome III. Un diagnostic anténatal est possible. Il existe des variantes : formes localisées, et forme inversée de Gedde-Dahl limitée aux régions des plis.

F. Hallopeau, dermatologue français, membre de l’Académie de médecine (1890), H. W. Siemens, dermatologue allemand (1921)

Syn. épidermolyse bulleuse polydysplasique (obsolète), épidermolyse bulleuse mutilante (obsolète), dermolyse bulleuse récessive type Hallopeau-Siemens

[J1,Q2,O1]

Édit. 2018

Hallopeau (acrodermatite continue d') l.f.

Hallopeau’s continue acrodermatitis

F. Hallopeau, dermatologiste français, membre de l’Académie de médecine (1890)

acrodermatite continue

[J1]

Édit. 2015

Hallopeau-Leredde (adénome sébacé de) l.m.

F. Hallopeau , membre de l’Académie de médecine et E. Leredde, dermatologistes français (1885)

adénomes sébacés symétriques de la face

[J1]

Édit. 2015

Hallopeau-Siemens (épidermolyse bulleuse de) l.f.

Hallopeau-Siemens’s bullous epidermolysis

F. Hallopeau, dermatologiste français, membre de l’Académie de médecine (1890) ; H. Siemens, dermatologiste allemand (1921)

épidermolyse bulleuse dystrophique récessive de Hallopeau-Siemens

[.J1]

Édit. 2015