Dictionnaire médical de l'Académie de Médecine – version 2019

59 résultats 

réentrée (phénomène de) l.m.

re-entry

Trouble électrique de la conduction cardiaque expliquant certaines anomalies rythmiques du cœur dans lequel une onde d’excitation, arrêtée par une zone myocardique encore en phase réfractaire, la contourne lentement et l’excite de manière rétrograde, puis, revenue à son point d’origine, se propage à nouveau de façon antérograde, déclenchant une contraction prématurée.
Le mécanisme de réentrée est à l’origine de la majorité des tachycardies auriculaires, jonctionnelles ou ventriculaires. La taille et la forme du circuit de réentrée sont déterminées par les propriétés électrophysiologiques, actives ou passives des cellules cardiaques.

réciproque

tachycardie par réentrée électronique l.f.

Tachycardie survenant après une stimulation ventriculaire entrainant une conduction rétrograde des ventricules à l’oreillette et entendue par le circuit auriculaire du stimulateur

Bechterew (phénomène de) l.m.

Bechterew’s experience

Fait expérimental décrit par Bechterew qui met en évidence le phénomène de compensation vestibulaire centrale.
L'expérience est menée en deux temps :
- destruction d'un labyrinthe : elle entraîne un syndrome vestibulaire spontané déficitaire, nystagmus spontané battant vers le côté sain, déviations segmentaires et axiales homolatérales à la lésion. Ces signes disparaissent spontanément après quelques jours à quelques semaines ;
- après ce délai, destruction du labyrinthe opposé, il apparaît alors un syndrome vestibulaire déficitaire avec nystagmus battant vers le côté primitivement détruit et des déviations segmentaires et axiales de sens opposé.
Cette expérience est une preuve majeure du phénomène de compensation centrale d'un déficit vestibulaire unilatéral aigu par récupération du tonus du noyau vestibulaire du côté primitivement détruit.

V. M. von Bechterew (ou von Bekhterew), neurologue russe (1883)

syndrome vestibulaire

Édit. 2017

Bell (phénomène de) l.m.

Bell's phenomen

Mouvement physiogique d'élévation synergique de l'œil durant le clignement forcé.

C. Bell, Sir, chirurgien et physiologiste écossais (1825)

Édit. 2017

Bielschowsky (phénomène de) l.m.

Bielschowsky’s phenomenon

A. Bielschowsky, ophtalmologiste américain (1938)

Bielschowsky (manœuvre de)

Édit. 2017

Borst (phénomène de) l.m.

Borst’s phenomenon

Progression intra-épidermique d'un carcinome spinocellulaire, qui, ailleurs, envahit le derme.

M. Borst, anatomopathologiste allemand (1904)

épithélioma intra-épidermique

Édit. 2017

Branham (phénomène de) l.m.

Branham’s phenomenon

Ralentissement du cœur et diminution du débit systolique provoqué par l’occlusion d’une fistule artérioveineuse.

H. H. Branham, chirurgien américain (1890)

fistule artérioveineuse

Édit. 2017

Brockenbrough (phénomène de)

Brockenbrough’s phenomenon

Apparition ou augmentation du gradient intraventriculaire gauche, à la suite d’une extrasystole ventriculaire.
Ce phénomène, observé dans les cardiomyopathies obstructives, est dû à une augmentation de la force de la contraction et de la vitesse d’éjection du ventricule à travers un chenal intraventriculaire qui se rétrécit.  

E. C.Brockenbrough, E. Braunwald, AG. Morrow, chirurgien et médecins cardiaques américains (1961)

cardiomyopathie

Édit. 2017

Charles Bell (phénomène de) l.m.

Charles Bell's phenomenon

Synergie paradoxale qui se traduit par l'ascension et la rotation externe de l'œil lors de l'effort de clignement forcé des paupières.
Il est à son maximum dans l'effort de fermeture des paupières en cas de paralysie faciale périphérique.

Charles Bell, Sir, chirurgien et physiologiste britannique, membre de l'Académie de médecine (1774-1842)

[P2]

demi-vie d'un phénomène l.f.

half-live of a phenomenon

Temps au bout duquel un phénomène décroissant voit son activité réduite de moitié.
Dans les phénomènes à décroissance exponentielle la demi-vie, T (appelée parfois période), est liée à la constante de temps, t, par la relation :
T = t . Log 2 = 0,69314… t.
En pharmacocinétique et en radioactivité on utilise surtout la demi-vie dont la connaissance permet mieux d'exprimer les effets et les risques au cours du temps.

constante de temps, dose, exponentiel (phénomène)

déplacement de perception (phénomène de) l.m.

displacement of perception phenomenon

alloesthésie, exosomesthésie

doigt mort (phénomène de) l.m.

white finger syndrome

M. Raynaud, médecin français, membre de l’Académie de médecine (1862)

phénomène de Raynaud

embrasement (phénomène d') l.m.

kindling

Modèle d'épilepsie expérimentale permettant d'étudier les modifications électrophysiologiques et neurochimiques secondaires aux crises, et de tester les molécules jugées anticonvulsivantes.
Le principe est le suivant : la stimulation quotidienne et répétée d'une structure cérébrale comme le néocortex antérieur, l'amygdale ou l'hippocampe, avec un stimulus faible infraconvulsivant, entraîne à la longue des décharges à distance, responsables de crises focales puis généralisées. Celles-ci dépendent du stimulus utilisé, de l'espèce animale et de la structure concernée.
Trois stades ont été décrits : stade de dépendance, avec apparition d'un foyer secondaire ne déclenchant pas de crise et disparaissant dès l'excision du foyer primaire ; stade intermédiaire, avec décharges indépendantes dans les deux foyers et possible crise épileptique venant du foyer secondaire, lequel disparaît dès l'excision du foyer primaire ; stade indépendant, avec crise venant du foyer secondaire, qui persiste après excision du foyer primaire.
La réalité d'une épileptogénèse secondaire par phénomène d'embrasement chez l'Homme n'a pas encore été démontrée.

Étym. braise

épilepsie

[H1]

Édit. 2018

excitation croisée (phénomène d') l.m.

crossed excitement (phenomenon of)

En IRM, phénomène d'interférence, survenant entre la coupe excitée par l'onde de radiofréquence et les deux coupes adjacentes, qui altère la qualité de l'image.
Le profil d'une coupe n'est jamais parfaitement rectangulaire : l'impulsion de radiofréquence qui lui est destinée excite également, à un moindre degré, les coupes adjacentes. Il en résulte une réduction du rapport signal/bruit et une modification du contraste. Ce phénomène est surtout important dans les séquences d'écho de spin à TR et TE longs, particulièrement quand les coupes sont jointives. On peut l'éviter en laissant un certain espace entre celles-ci (un ou deux millimètres).

[B2,B3]

Édit. 2018  

exponentiel (phénomène) l.m.

exponential phenomenon

Phénomène dont la croissance ou la décroissance est régi par un temps de doublement ou de demi-décroissance constant.
En coordonnées semi-logarithmiques une fonction exponentielle est transformée en droite : on porte la grandeur étudiée en ordonnée (p. ex. échelle logarithmique) et le temps en abscisse (échelle arithmétique). La constante de temps ou la demi-vie du phénomène étudié est alors plus facile à mesurer.

constante de temps, demi-vie, demi-vie des corps radioactifs, logarithmique (échelle)

[E1,B1,C1]

Édit. 2018  

Gibbs (phénomène de ou artéfacts de) l.m.

Gibbs’ artefacts

J. W. Gibbs, scientifique américain (1839-1903)

troncature (artéfacts de)

d' Hérelle (phénomène de) l.m.

Twort-d’Hérelle phenomenon

L’addition d’une trace de filtrat de selles de convalescents d’une dysenterie ou d’une fièvre typhoïde provoque la dissolution d’une émulsion de bacilles dysentériques ou typhiques.
Cette action est provoquée par des bactériophages présents dans les selles des convalescents.

F. d’Hérelle, médecin français (1917) ; F. W. Twort, bactériologiste britannique (1877-1950)

[D3,D1]

Hertwig-Magendie (phénomène de) l.m.

skew deviation

Décalage vertical de l'axe des deux yeux constaté lors d'une lésion du cervelet ou du tronc cérébral.
Lorsqu'un œil prend la fixation, l'autre monte et exécute un mouvement d'intorsion. Il est attribué à une interruption des voies réflexes otolithico-oculaires.

K. R. von Hertwig, biologiste allemand (1885) ; F. Magendie, anatomiste et physiologiste français, membre de l’Académie de médecine (1840)

Syn. strabisme vertical, strabisme oblique

[P2, H1]

Édit. 2018

Hill et Flack (phénomène de) l.m.

Hill’s sign

Elévation de la pression artérielle au niveau des membres inférieurs observée dans l’insuffisance aortique.

L. E. Hill Sir et M. Flack, physiologistes britanniques (1909)

insuffisance aortique

[K2]

Holzknecht-Jacobson (phénomène de) l.m.

Déplacement du médiastin au cours des mouvements respiratoires qui est attiré du côté malade pendant l’inspiration, du côté sain lors de l’expiration, observé dans le pneumothorax et l’obstruction bronchique.

malade pendant l’inspiration, du côté sain lors de l’expiration, observé dans le pneumothorax et l’obstruction bronchique.

G. Holzknecht, médecin, radiologue autrichien (1872-1931) ; H. G. Jacobson, médecin radiologue américain (1912-2001)

pneumothorax, obstruction bronchique

[K1]

Édit. 2018

Houssay (phénomène de) l.m.

Houssay’s phenomenon

L’ablation de l’antéhypophyse améliore le diabète provoqué par une pancréatectomie expérimentale.

B. Houssay, médecin argentin(1932), prix Nobel de médecine en 1947

Jadassohn (phénomène de) l.m.

Jadassohn's phenomenon

Présence dans l'épiderme d'ilots cellulaires qui tranchent nettement sur le tissu épithélial normal.
Les cellules y sont de type soit baso- soit spinocellulaire, ont des formes variées et sont disposées sans ordre, en tourbillon ou en "bulbes d'oignons". Primitivement interprété comme un carcinome basocellulaire intra-épidermique d'origine multicentrique par Jadassohn, ce phénomène est actuellement considéré comme une altération peu spécifique, qui peut s'observer dans diverses affections, telles la verrue séborrhéique, la maladie de Bowen, l'hidroacanthome intra-épidermique, la maladie de Paget, l'invasion de l'épiderme par un mélanome ou par un carcinome épidermotrope d'origine extra-cutanée.

J. Jadassohn, dermatologiste allemand (1863-1936)

épithélioma intra-épidermique

Koebner (ou Köbner) (phénomène de) l.m.

Koebner phenomenon

Induction d'une dermatose en peau saine à l'endroit d'un traumatisme mécanique ou physique.
Il s'observe dans le psoriasis mais aussi dans d'autres dermatoses telles que le lichen et le vitiligo.

H. Koebner, dermatologiste allemand (1876)

Koch (phénomène de) l.m.

Koch's phenomenon

Phénomène inflammatoire intense, d'évolution nécrotique, provoqué par la réinoculation d'un germe figuré.
Koch a remarqué en 1891 qu'inoculer du Mycobacterium tuberculosis aux cobayes pour la première fois ne donnait pas de réaction, mais que si on inoculait ce microbe chez un animal déjà infecté, que la mycobactérie soit vivante ou morte, on obtenait une réaction inflammatoire importante suivie de nécrose et de phénomènes généraux intenses, parfois jusqu'à entraîner la mort. Cette réaction, retardée, liée à des phénomènes d'immunité cellulaire, est à l'origine du test tuberculinique. Il a fait l'objet expérimentalement d'une désensibilisation qui l'atténue ou même le supprime.

R. Koch, bactériologiste allemand, membre de l’Académie de médecine, prix Nobel de médecine en 1905 (1843-1910)

Koebner (ou Köbner) (phénomène de) l.m.

Koebner’s phenomenon

Induction d'une dermatose en peau saine à l'endroit d'un traumatisme mécanique ou physique.
Il s'observe dans le psoriasis mais aussi dans d'autres dermatoses telles que le lichen et le vitiligo.

H. Koebner, dermatologiste allemand (1877)

| /3 | page suivante