Dictionnaire médical de l'Académie de Médecine – version 2019

12 résultats 

nicotinamide n.m.

nicotinamide, niacinamide

Amide de l'acide nicotinique (C5H4N-CONH2), substance présente dans toutes les cellules comme constituant des coenzymes de déshydrogénases (NAD et NADP) et non synthétisable en quantité suffisante par l'Homme pour lequel il constitue une vitamine, la vitamine antipellagreuse ou vitamine PP.
Sa synthèse implique un acide aminé également indispensable, le tryptophane, dont la carence est responsable de la pellagre. Il est apporté par la levure de bière, les germes et enveloppes des céréales et la plupart des organes animaux (foie, rein, cœur, muscles, etc.). C'est une vitamine hydrosoluble faisant partie du groupe B.

phosphoribosyl-N-nicotinamide n.m.

phosphoribosyl-N-nicotinamide

Nucléotide constitué d'amide nicotinique et de ribose-5-phosphate, entrant, avec l'adénosine-monophosphate, dans la constitution du NAD et du NADP.
Il ne représente pas cependant un intermédiaire de la biosynthèse de ces cofacteurs.

accepteur d'hydrogène l.m.

hydrogen acceptor

Facteur d’une réaction chimique capable de se combiner avec un ou plusieurs atomes d’hydrogène au cours de cette réaction, par ex. nicotinamide-adénine-dinucléotide (NAD).

nicotinamide-adénine-dinucléotide, NAD

[C1]

Édit. 2016

hydrogène n.m.

hydrogen

1) Elément de numéro atomique 1, de masse atomique 1,008, de valence 1.
L'atome d'hydrogène est constitué d'un proton et d'un électron. Les deux isotopes de l'hydrogène, le deutérium et le tritium sont dits hydrogènes lourds, car la présence dans leur noyau d'un ou de deux neutrons multiplie la masse par 2 ou 3.
Il est un élément fondamental de toutes les molécules biologiques. Il est présent dans l'eau et dans les composés organiques. Il constitue 10% du poids frais de l'organisme. L'oxydation de l'hydrogène en eau est la source essentielle de l'énergie utilisable de toute cellule en aérobiose.
2) Corps simple diatomique, dont la molécule est formée de deux atomes d'hydrogène, de formule H2.
Gaz incolore, inodore et insipide ; il brûle en dégageant beaucoup de chaleur et en formant de l'eau.
Il est utilisé en plongée profonde pour réduire le travail ventilatoire car c'est le plus léger des gaz (densité par rapport à l'air 0,09). Au-dessous d'une concentration de 4% d’O2, les mélanges O2 /H2 ne sont plus explosifs. A 500 m sous la mer (soit une pression de plus de 50 ATA), la PO2 d'un mélange à 0,42% d’O2/99,58% de H2 est égale, à celle de l'air ambiant au niveau de la mer où la densité est 13,52 fois plus forte. Un mélange O2 /N 2 aurait une densité 13 fois plus élevée et empêcherait le plongeur de ventiler à cette profondeur. Les mélanges
O2 /He, ont une densité 2 fois plus forte que ceux O2 /H2, mais ils ne sont jamais explosifs ; aussi, après avoir dénitrogéné le plongeur en surface par une inhalation prolongée d'un mélange He /O2, on passe ensuite en profondeur à un mélange H2 /O2, qui permet de dépasser les 500 m en plongée libre.

L. Guyton de Morveau, chimiste français : «hydrogène qui engendre l’eau » (1787)

Étym. mot formé à contre sens (par analogie avec oxygène) sur le gr. hudôr : eau ; genos : descendance

Syn. dihydrogène

Symb. H

explosion, hélium, inflammabilité, oxygène

[C1]

hydrogène (ion) n.m.

hydrogen ion

Atome d'hydrogène dépourvu de son électron.
Le cation H+ est généralement solvaté dans l'eau sous forme H3O+. L'atome d'hydrogène est totalement ionisable dans les acides forts.
L'eau pure contient 10-7 mole/L d'ions hydrogène. Le milieu intérieur de l'organisme ne peut supporter une concentration dix fois plus élevée. Le pH sanguin, mode d'expression de la concentration en ions hydrogène, est régulé par les systèmes tampons, par l'élimination rénale d'ions NH4+, et par la ventilation pulmonaire qui élimine l'acide carbonique.

hydrogène

[C1]

hydrogène lourd l.m.

deutérium

[C1]

hydrogène-lyase n.f.

hydrogen lyase

Enzyme catalysant la réduction du dioxyde de carbone en formiate par l'hydrogène moléculaire.
Un tel enzyme, présent chez de nombreux micro-organismes, a été mis en évidence dans certaines bactéries intestinales.

[D1]

hydrogène-transférase n.f.

hydrogen transferase

Enzyme catalysant une réaction de transfert d'hydrogène d'un substrat donneur à un accepteur.

déshydrogénase

[C3]

liaison hydrogène l.f.

hydrogen bond

Liaison chimique dans laquelle deux atomes mettent en commun un atome d’hydrogène.

peroxyde d'hydrogène l.m.

1) En chimie, composé d'oxygène et d'hydrogène H2O2, instable, voire explosif à l'état pur. 
2) En biochimie, composé formé de façon transitoire dans des réactions de peroxydation.
3) En thérapeutique, composé oxydant utilisé sous forme diluée (solution officinale d'eau oxygénée à 10 volumes environ, contenant de 2,5 à 3,5 %) à des fins antiseptiques topiques, peu actif sur les organismes sporulés, mais détruisant nombre de virus.

Syn. perhydrol

eau oxygénée

hydrogène arsénié en médecine du travail l.m.

L'hydrogène arsénié, utilisé pour la fabrication et l’utilisation de matières colorantes et d’explosifs, est responsable, en cas d’exposition importante, de comas toxiques du fait d’une importante hémolyse.
Cette intoxication est prise en charge comme maladie professionnelle (tableau 21 du RG) avec un délaide 3 jours  entre la fin de l’exposition et la première constatation des symptômes.

hémolyse

[E2]

Édit. 2018

hydrogène sulfuré en médecine du travail l.m.

L'hydrogène sulfuré, gaz se dégageant lors de réactions chimiques en laboratoire, mais aussi dans des lieux de décomposition organique, entraîne à dose faible de simples malaises, prévisibles grâce à son odeur forte qui disparaît insidieusement à forte concentration et peut entraîner un coma grave.
Cette intoxication est prise en charge comme accident de travail.

[E2]

Édit. 2018