Dictionnaire médical de l'Académie de Médecine – version 2020

1 résultat 

microscope chimique l.m.

chemical microscope

Microscope renversé dans lequel l’objectif se trouve placé sous la préparation.
Très utilisé en métalloscopie, il est conçu à l’origine pour la microchimie. Il s’est révélé très utile dans de nombreux autres domaines : examen de cultures en boîte ou flacon à fond plat, microdissections ou micromanipulations, examen de liquides corrosifs, examen de phytoparasites, observation d’agglutinations sérologiques, réaction de complément, de blocage, micro précipites, dépression du point de fusion à haute température, examen d’objet épais à travers une chambre d’observation sous vide, à basse température, à haute température, dans une chambre stérile, dans une boîte à gants pour substances radio-actives ,en milieu liquide épais, etc…
Les microscopes inversés modernes permettent l’adjonction de très nombreux accessoires optiques et mécaniques : contraste de phase, contraste interférentiel, fluorescence, fond noir, microdissection, micromanipulation. Compte-tenu de l’épaisseur des objets, le microscope est équipé de condensateurs à longue focale et d’objectifs à grande distance frontale, avec bague de correction pour traversée de verres épais.
Dans le cas de cultures, l’observation se faisant à travers le milieu de culture, on doit le prévoir le plus mince possible et, si le milieu est liquide, un éclair électronique est indispensable pour la prise de vue photographique car les vibrations mécaniques sont extrêmement perturbantes.

C. Chevalier, ingénieur-opticien français, concepteur du microscope achromatique (1834) ; J. L. Smith, chimiste américain, concepteur du microscope inversé, 1850 à la Société de Biologie de Paris (1818-1883) ; prototype présenté par Nachet à Londres en 1851

Syn. microscope inversé

microscope, microscope achromatique

[A2,A3,B1,B3]

Édit. 2017