Dictionnaire médical de l'Académie de Médecine – version 2018

2 résultats :

anticholinestérasique n.m.

Médicament dont l'effet s'oppose à l'hydrolyse de l'acétylcholine : de tels médicaments sont utilisés comme traitement de la myasthénie , de la maladie d’Alzheimer et de la démence à corps de Lewy

Dans le traitement de la myasthénie, trois substances sont utilisables per os : la néostigmine, la pyridostigmine, l'ambénonium. L'éphédronium par voie intraveineuse peut servir à titre diagnostique ; il permet la régression des symptômes myasthéniques.
Trois autres substances ont été également développées dans le traitement de la maladie d’Alzheimer : le donepezil, la rivastigmine et la galantamine. Elles ont un effet symptomatique modeste et transitoire. La rivastigmine et le donepezil ont également monté une efficacité symptomatique dans la démence à corps de Lewy. Leurs effets secondaires sont de nature cholinergique : bradycardie, nausées, diarhée, crampes musculaires notamment.

dépression et maladie d’Alzheimer l.f.

depression and Alzheimer disease

Un état dépressif peut précéder la maladie d’Alzheimer ou survenir au cours de celle-ci, aggravant brutalement l’état cognitif, thymique et fonctionnel de la personne qui en souffre.
La difficulté du diagnostic de dépression au cours d’une maladie d’Alzheimer confirmée, répondant aux critères diagnostiques DSM IV, est certaine. Au moins trois des symptômes suivants doivent avoir été présents pendant une même période de deux semaines et avoir entraîné un changement notable par rapport au comportement antérieur : humeur dépressive ou diminution des affects positifs, isolement ou retrait social, diminution du sommeil, baisse de l’appétit, instabilité ou modification psychomotrice inexplicable, fatigue ou perte d’énergie, sentiments de dévalorisation, de désespoir, ou culpabilité excessive, pensées de mort ou idées suicidaires récurrentes avec plan précis ou tentative de suicide. L’ensemble de ces symptômes non liés à une médication ou à un événement externe dramatique, provoque chez le malade dément une souffrance cliniquement significative associée le plus souvent à une altération de son comportement dans la vie quotidienne.

A. Alzheimer, neuropsychiatre allemand (1906)