Dictionnaire médical de l'Académie de Médecine – version 2018

5 résultats :

cellule T l.f.

T cell

Support de l'immunité cellulaire du tissu lymphoïde.
Ses molécules de surface permettent de distinguer le lymphocyte activateur CD4+ et le lymphocyte suppresseur CD8+. Certains lymphocytes sont appelés nuls parce qu'ils ne possèdent aucun de ces deux marqueurs de surface.

Étym. la lettre T est l'initiale de thymus, organe où ces cellules sont abondantes

Syn. lymphocyte T

cellule T suppressive cellule T auxiliaire

[A2, F3]

lymphocyte T n.m.

T lymphocyte

Cellule dérivée de précurseurs de la moelle osseuse et dont la maturation se fait dans le thymus où elle migre et prolifère, acquérant différents marqueurs de surface, pour devenir un lymphocyte T mature ou thymodépendant.
Elle constitue 60 à 70% des lymphocytes périphériques et est également présente dans les zones paracorticales des nœuds lymphatiques ainsi que dans les manchons péri-artériolaires de la rate. Lorsqu’il rencontre un antigène, le lymphocyte T le détruit, soit directement par cytotoxicité, soit indirectement par activation des lymphocytes B ou des macrophages : c’est l’immunité à médiation cellulaire. L’identification des différents marqueurs de surface permet de distinguer trois populations fonctionnelles de lymphocytes T:
- le lymphocyte T auxiliaire porte le marqueur de surface CD4. Grâce à la sécrétion des interleukines, il aide les autres lymphocytes dans leurs fonctions effectrices, telles que l’activation des lymphocytes B producteurs d’anticorps, la régulation de la fonction des lymphocytes T cytotoxiques et l’activation des macrophages dans la réponse inflammatoire chronique.
- le lymphocyte T cytotoxique porte presque toujours le marqueur de surface CD8. Il tue les cellules infectées par les virus et les cellules cancéreuses grâce à son interaction avec le lymphocyte T auxiliaire qui provoque son activation et sa prolifération. Il faut noter que certains grands lymphocytes circulants, non T et non B, sont naturellement cytotoxiques (cellule “ natural ” killer ou NK) à l’égard notamment de cellules tumorales et de cellules infectées par des virus : leur cytoplasme contient de nombreuses granulations azurophiles renfermant des hydrolases acides, d’où l’appellation parfois donnée de grand lymphocyte granuleux ; leur fonction dans l’immunité “ naturelle ” s’accomplit par l’intermédiaire de la sécrétion de cytokines, notamment l’interféron γ.
- le lymphocyte T suppresseur : il arrêterait la réponse immunitaire lorsque le stimulus déclenchant disparaît et supprimerait la réponse immunitaire à l’égard des autoantigènes. Il est souvent assimilé au lymphocyte T cytotoxique et porte comme lui le marqueur de surface CD8.

Étym. la lettre T est l'initiale de thymus, organe où prolifèrent les lymphocytes T

Syn. cellule T

T facilitant, T suppresseur, auxiliaire

facteur de transformation lymphocytaire l.m.

lymphocyte transforming factor, LTF

Facteur qui déclenche la transformation blastique des lymphocytes non sensibilisés en présence de l’antigène auquel ils sont sensibilisés.

[F3]

Édit. 2018

lymphocyte til l.m.

TIL, tumor infiltrating lymphocyte

Lymphocyte obtenu par manipulation génétique et utilisé dans le traitement de certains cancers de l'homme.
Il est prélevé dans la tumeur, cultivé in vitro en présence d'interleukine 2 de façon à augmenter son agressivité, marqué par un gène introduit grâce à un vecteur viral puis réinjecté dans l'organisme dont il est issu.

MLTC sigle angl. pour Mixed Lymphocyte Tumor Culture

mixed lymphocyte tumor culture

Culture mixte de lymphocytes et de cellules tumorales.
L’expansion clonale de lymphocytes T dans ces conditions expérimentales démontre la présence de cellules T spécifiques d’antigènes exprimées par les cellules tumorales. Cette technique est à l’origine de la découverte d’antigènes spécifiques de tumeurs reconnus par les lymphocytes T de l’hôte.

immunosurveillance