Dictionnaire médical de l'Académie de Médecine – version 2018

1 résultat :

inceste n.m.

incest

Relation à caractère sexuel entre proches parents ou alliés dont le mariage est prohibé par la loi, le plus souvent entre un adulte détenteur d'autorité parentale et un mineur.
La fréquence de l'inceste est difficile à évaluer du fait du silence qui le recouvre souvent. Plus importante qu'on ne le croit généralement, elle touche tous les milieux, même les plus protégés. L'inceste père-fille est de loin le plus fréquent, qu'il soit subi dans la terreur, accepté mais conflictuel, ou apparemment intégré sans conflit ni émergence symptomatique. Très rare, l'inceste mère-fils reste le fait de grands malades mentaux, psychotiques ou psychopathes. L'inceste frère-sœur, que l'on ne confondra pas avec les jeux sexuels, est considéré comme moins dommageable que les relations parent-enfant.
Par la réalisation de l'inceste quel qu'il soit, l'enfant est confronté à une complexité supplémentaire dans le dégagement qu'il doit effectuer vis-à-vis de ses premiers objets d'amour, parentaux ou non. En dehors des éléments psychologiques qu'il partage avec les agresseurs sexuels, l'agresseur incestueux a souvent pour caractéristiques de faire vivre sa famille dans une certaine autarcie, d'avoir un sentiment de propriété sur la victime et de craindre la sexualité adulte. Le droit pénal ne saisit que les agressions sexuelles, notamment le viol, commises avec violence, contrainte, menace ou surprise. Néanmoins, le jeune âge de la victime (moins de 15 ans) et la qualité d'ascendant ou de personne ayant autorité chez l'agresseur, constituent les principaux facteurs aggravants de sa responsabilité pénale (art. 222-22 et suiv., 227-1 et suiv. CP).

sévices sexuels dans l'enfance, personne particulièrement vulnérable