Dictionnaire médical de l'Académie de Médecine – version 2018

1 résultat 

hyperuricémie n.f.

hyperuricemia.
Teneur du plasma sanguin en acide urique supérieure à la concentration normale, qui est d'environ 0,2 à 0,3 mmol/L, soit 30 à 50 mg/L.
Dépassant souvent 70, voire 80 mg/L, l'hyperuricémie peut être asymptomatique, ou lorsqu’elle est sévère et prolongée, provoquer des crises de goutte et des lithiases rénales. Elle n’a souvent pas de cause décelable. Liée à une dyspurinie génétiquement favorisée, elle est plus expressive dans le sexe masculin. Elle peut être induite par des excès alimentaires, la prise de certains médicaments (diurétiques) ou s’inscrire dans le tableau d’une trisomie 21, de l’hypothyroïdie, de l’hyperparathyroïdie, des glycogénoses, du saturnisme. Elle est un constituant habituel des insuffisances rénales, des syndromes myéloprolifératifs, des traitements cytolytiques. Elle s’observe enfin précocement et avec sévérité dans le sexe masculin au cours du syndrome de Lesch-Nyhan liée à un déficit en hypoxanthine-guanine-phosphoribosyl-transférase altérant la synthèse des purines.

M.  Lesch, médecin cardiologue et W. Nyhan, pédiatre américains (1964)

goutte, lithiase urique, trisomie, Lesch-Nyhan (syndrome de), syndrome myéloprolifératif, myélome, insuffisance rénale, anémie hémolytique, saturnisme