Dictionnaire médical de l'Académie de Médecine – version 2020

105 résultats 

dysplasie spondylo-épiphysaire avec cornée ponctuée l.f.

spondyloepiphyseal dysplasia with punctate corneal dystrophy

P. H. Byers, anatomopathologiste américain (1978)

dysplasie spondylo-épiphysaire avec dystrophie de cornée ponctuée

dysplasie spondylo-épiphysaire avec dystrophie cornéenne ponctuée l.f.

spondyloepiphyseal dysplasia with punctuate corneal dystrophy

Affection osseuse constitutionnelle avec modification des noyaux osseux des vertèbres, des épiphyses et des métaphyses des os longs, du carpe et du tarse sans trouble métabolique ou endocrinien apparent.
Une petite taille et des anomalies osseuses avec dysmorphie sont associées à une dystrophie cornéenne ponctuée où les opacités sont visibles dans la partie profonde du stroma. L’affection est autosomique dominante.

P. H. Byers, anatomopathologiste américain (1978)

Étym. gr. dus : difficulté ; plasein : façonner

[I2,P2]

Édit. 2018

dystrophie cornéenne ponctuée ou nodulaire l.f.

corneal dystrophy, punctate or nodular

dystrophie cornéenne granuleuse de type I

Herbert (kératite ponctuée de) l.f.

Keratitis punctata superficialis

Kératite ponctuée unilatérale constituée par de fines ulcérations superficielles.
Affection rencontrée en Indes.

H. Herbert, ophtalmologiste britannique (1901)

[P2]

kératite ponctuée superficielle l.f.

superficial punctata keratitis

Kératite caractérisée par un dépoli affectant tout ou partie de la surface cornéenne.
Le test à la fluorescéine 2% est positif : le colorant s'infiltre entre les pertes de substances cellulaires. Les signes fonctionnels sont variables : douleurs, trouble visuel, photophobie, blépharospasme. Il peut y avoir hypersécrétion lacrymale. La kératite ponctuée superficielle peut se compliquer d'érosions épithéliales ou d'ulcère de la cornée.
Les étiologies sont très nombreuses : sécheresse oculaire par non fermeture de la fente papébrale (atteinte du nerf VII), par hyposécrétion lacrymale au cours de maladies générales spécifiques, d'avitaminoses A ou PP, par kératite microbienne et virale, par kératites dystrophiques (neuroparalytique, secondaire aux agents physiques ou chimiques), par kératite allergique, parasitaire, etc.

kératite ponctuée superficielle de Thygeson l.f.

P. Thygeson, ophtalmologiste américain (1950)

Thygeson (kératite ponctuée superficielle de)

kératodermie ponctuée l.f.

punctate keratoderma

Variété morphologique de kératodermie palmoplantaire se manifestant par la présence de nombreuses papules kératosiques à centre déprimé marqué par un point noir, parsemant les paumes et les plantes, qui donnent après trempage dans l'eau un aspect de tapioca cuit; le bouchon kératosique peut s'éliminer, laissant alors un petit cratère de type porokératosique.
La forme familiale correspond à la kératodermie punctiforme de Besnier (1879); quant à la porokératose de Mantoux (1903), identique sur le plan clinique, elle est considérée par les uns comme transmise sur le mode autosomique dominant, mais par d'autres comme dépourvue de caractère héréditaire. Ce même aspect clinique se retrouve dans les puits épidermiques palmoplantaires du syndrome des hamartomes basocellulaires.

Étym. gr. keras : corne; derma : peau

Syn. kératodermie punctiforme

kératolyse ponctuée l.f.

pitted keratolysis

Kératodermie plantaire malodorante en nid d'abeilles provoquée par des corynebactéries, associée à une hyperhidrose.

Syn. keratolysis plantare sulcatum, kératolyse plantaire ponctuée

Thygeson (kératite ponctuée superficielle de) l.f.

Thygeson's superficial punctate keratitis

Kératite épithéliale ponctuée bilatérale d'évolution chronique avec rémissions sans conjonctivite.
Il peut y avoir des épisodes de kératite filamenteuse. Elle peut durer de six mois à quatre ans et finir par guérir sans séquelles. Les signes fonctionnels sont légers. La plupart du temps sans origine précise, elle peut être associée à un état allergique.T

P. Thygeson, ophtalmologue américain (1950)

absence totale de vision des couleurs et myopie forte l.f.

total colourblindness with myopia

Pingelapese (cécité de)

[P2]

Édit. 2016

altération de la vision (système d') l.m.

alteration system

Anomalie de la vision des couleurs due à une modification des courbes d'absorption des pigments des cônes et se traduisant cliniquement par un trichromatisme anormal.

trichromatisme anormal, protanomalie, deutéranomalie, tritanomalie

[P2]

Édit. 2018

dissociation de la vision binoculaire l.f.

binocular vision dissociation

Altération complète ou incomplète de l'équilibre binoculaire préexistant, normal ou anormal, utilisée dans un but diagnostic ou thérapeutique.
Elle peut être accidentelle quand elle résulte de la perte partielle ou complète de la vision d'un ou des yeux, ou d'une atteinte du système oculomoteur.
Elle est complète quand elle est réalisée par l'occlusion. Les conséquences motrices et sensorielles sont proportionnelles à sa durée. La dissociation brève au cover test fait partie des méthodes diagnostiques du trouble binoculaire.
Elle est incomplète quand elle utilise des tests ou des méthodes n'entravant que partiellement l'acuité visuelle d'un ou des yeux : pénalisation, verres striés, etc. Ces différentes formes de pénalisation constituent la base de l'examen et du traitement orthoptique.

Étym. lat. dissociatio : séparation

panoramique (vision) l.f.

panoramic vision

Mode de vision où les deux yeux perçoivent séparément l'environnement.
La vision panoramique est physiologique chez certains animaux ; en pathologie humaine, elle existe dans certains cas de strabisme divergent.

stéréoscopique (vision) l.f.

stereoscopic vision

En général, perception visuelle d'un objet comme occupant les trois dimensions de l'espace c'est-à-dire tridimensionnelle.
Plus spécifiquement, perception du relief au moyen de la vision binoculaire. La vision du relief est intimement liée à la qualité de la vision binoculaire, et toute altération de celle-ci est susceptible de retentir sur les performances stéréoscopiques.

vision n.f.

vision

Action de voir.
La vision photopique ou diurne traduit la sensibilité rétinienne à une lumière vive où l'acuité est à son maximum ; la vision mésopique, ou nocturne correspond à la vision crépusculaire c'est-à-dire quand la rétine est faiblement éclairée. La vision scotopique, ou vision nocturne, correspond à la vision dans l'obscurité lorsque les couleurs ne peuvent pas être perçues : elle correspond à la mise en activité des bâtonnets qui sont répartis en périphérie de la rétine et manquent dans la région maculaire. La vision panoramique correspond à celle définie par le champ visuel.

champ visuel, voies optiques, vision ambiante, vision aveugle,  vision binoculaire, vision centrale, vision crépusculaire, vision diurne, vision entoptique, vision fonctionnelle, vision mésopique, vision nocturne, vision nocturne permanente, vision oscill

vision ambiante l.f.

ambient vision

Vision utilisée par le sujet dans les comportements de déplacement.

vision, vision périphérique, vision centrale

vision aveugle l.f.

blindsight

Vision résiduelle observée après lésion extensive de l'aire V1.
Cette vision inconsciente permet au sujet qui reste sensible au flux optique de localiser un stimulus, de rapporter la direction d'un déplacement et de déambuler sans trop de difficultés. Cette capacité serait largement due à la projection directe de la rétine sur les structures visuelles souscorticales (colliculus supérieur et pulvinar). Le pulvinar reçoit également une importante projection du colliculus supérieur et projette à son tour sur les aires extrastriées, particulièrement sur la voie dorsale, ce qui expliquerait la conservation de la perception des caractéristiques spatiales du stimulus.

vision, colliculus supérieur, pulvinar, extrastrié

vision binoculaire l.f.

binocular vision

Possibilité de voir simple un objet regardé avec les deux yeux.
Ce phénomène, évident en apparence, nécessite en fait de nombreuses conditions : intégrité anatomique et dioptrique des globes oculaires, intégrité oculomotrice, présence d’un champ visuel monoculaire, fonctionnement harmonieux des deux rétines.

vision, champ visuel

vision centrale l.f.

central vision

Vision assurée par la région maculaire de la rétine, et caractérisée par sa grande sensibilité aux détails fins et aux couleurs.

vision, vision ambiante, vision périphérique, macula

vision crépusculaire l.f.

twilight vision

Gamme basse de la vision mésopique où la perception de certaines couleurs est altérée.
Expression sans définition technique.

vision, vision mésopique

vision diurne l.f.

diurnal vision

vision, vision photopique

vision du contraste l.f.

contrast sensitivity

Élément de l'analyse visuelle de la forme fondé sur les cellules ganglionnaires de la rétine.
La vision de contraste ou fonction de sensibilité aux contrastes constitue le complément indispensable de l'analyse de la vision des formes permettant de définir non plus un point mais une surface de visibilité.

Syn. fonction de sensibilité aux contrastes

[P2]

vision fonctionnelle l.f.

fonctionnal vision

Vision utilisable en pratique chez un malvoyant, pouvant être optimisée par un entraînement psychoneurosensoriel spécifique.

vision

vision mésopique l.f.

mesopic vision

Vision assurée conjointement par les bâtonnets et les cônes dans la gamme d'illumination comprise entre 10-2 et 10cd.m-2.
La lune donne une luminance de 10-1cd.m-2. Elle est vue sous un angle de 0,5degré.

Syn. vision crépusculaire

vision, bâtonnets (cellule à), cône

vision nocturne l.f.

scotopic vision

État de la vision sous faible éclairement.
La vision nocturne est très déficitaire par rapport à la vision du jour. Elle peut être améliorée par des aides optiques, équipées de dispositif pour l'infrarouge, d’intensificateur de lumière, de caméra thermique.

vision, vision scotopique

| page précédente | /5 | page suivante