Dictionnaire médical de l'Académie de Médecine – version 2018

2 résultats 

gaz parfait l.m.

Gaz qui suit une loi liant la pression, P, le volume occupé, V, le nombre, n, de molécules (en moles) en jeu et la température absolue T (en K), avec R, la constante de Boltzmann (R = 8,31 J par K et par mole) :

Loi des gaz, P. V = n. R. T.
Le gaz parfait est un concept théorique très proche de la réalité pour les gaz de l'air et, en général pour tous les gaz à des températures supérieures à leur température critique

R. Boyle, chimiste et physicien irlandais (1662)

Boyle (loi de), gaz, température absolue

pH isoélectrique n.m.

isoelectric point

pH auquel une molécule est électriquement neutre.
Les acides aminés et les protéines, qui les rassemblent en une seule molécule, sont des zwittérions (de l’allemand zwitter = hermaphrodite), c'est-à-dire qu’ils peuvent être des anions (charge négative) ou des cations (charge positive) en fonction du pH du milieu dans lequel ils se trouvent. A un pH inférieur au pH isoélectrique (pI), ils portent une charge positive et à un pH supérieur une charge négative. Au pI, la charge nette est nulle.
Au pH du plasma, les protéines sont des anions et, à leur concentration physiologique, ils portent une charge aux alentours de 15 mEq/L. Cette charge négative associée au fait que les protéines ne franchissent ni la paroi des vaisseaux, ni la barrière glomérulaire, explique pourquoi la distribution des anions et cations minéraux de part et d’autre de ces structures est affectée avec pour conséquence une concentration moindre de sodium et plus importante de chlore dans les liquides interstitiels ou dans l’urine primitive que dans le plasma (équilibre de Donnan). L’explication est simple : le sodium qui est un cation est retenu par les protéines anioniques alors que le chlore qui est un anion ne l’est pas. Ce déséquilibre influence directement le gradient de pression osmotique et par conséquent les transferts d’eau.
Le pI est à distinguer du pK qui est le logarithme de l’inverse de la constante de dissociation d’un acide ou d’une base.
La mesure du potentiel se fait entre une électrode à hydrogène et une électrode au calomel qui sert de référence de potentiel électrique, ce qui permet de mesurer le potentiel à une constante près. Avec l’emploi d’électrodes de verre, cette mesure du pH peut se faire avec des appareils automatiques, ce qui permet de réaliser sans délai la mesure du pH du sang artériel « au lit du malade » sur un simple prélèvement de sang.

Étym. S. Sörensen, chimiste danois (symbole créé pour « potentiel d’hydrogène », 1909)

pH, pK, anion, cation, Donnan (équilibre de)

[Les conditions de température et de pression de la solution modifient le pH neutre parce que l’énergie potentielle des ions dissous,c'est,à,dire leur pression partielle,est à peu près proportionnelle à la température absolue (loi des gaz parfaits),c’es]