Dictionnaire médical de l'Académie de Médecine – version 2019

103 résultats 

fibrose nodulaire sousépidermique l.f.

nodular subepidermal fibrosis

Synonyme d'histiocytofibrome ou d'histiocytome, traduisant l'hypothèse que ces lésions bénignes seraient non pas de véritables tumeurs mais des séquelles fibreuses postinflammatoires ou traumatiques.
Terme peu usité.

fibrose cutanée

[A2]

Édit. 2018

bulle sous-épidermique l.f.

subepidermal bulla, subepidermal blister

Cavité liquidienne dont le toit est constitué par l'épiderme et le plancher par le derme papillaire.
Elle correspond à un décollement siégeant au niveau de la jonction dermo-épidermique, celle-ci comportant trois zones : la partie basale de l'épiderme, constituée des kératinocytes basaux avec leurs hémidesmosomes, la membrane basale constituée de la lamina lucida et de la lamina densa et la partie superficielle du derme papillaire contenant des fibrilles d'ancrage. Une bulle peut résulter soit d'une interruption de la cohésion entre la partie basale de l'épiderme et la membrane basale par vacuolisation ou nécrose des kératinocytes basaux (p. ex. lichen plan bulleux), soit d'un défaut congénital ou acquis de cohésion de la membrane basale (p. ex. épidermolyse bulleuse jonctionnelle congénitale, porphyrie), soit d'un phénomène inflammatoire et/ou immunologique dans le derme papillaire aboutissant à la production de produits toxiques pour les composants de la jonction (p. ex. dermatose bulleuse auto-immune de type pemphigoïde).

Étym. lat. bulla : bulle

Édit. 2017

fibrose orale sous-muqueuse l.f.

oral submucous fibrosis

Affection chronique de la cavité buccale à potentialité précancéreuse, observée surtout en Inde mais aussi dans d'autres régions d'Asie, avec développement insidieux d'une fibrose sous-épithéliale sur toute la muqueuse buccale, entrainant progressivement un trismus et la fermeture irréductible de la bouche.
L'amincissement épithélial associé sensibilise la muqueuse à des carcinogènes comme le tabac. On évoque le rôle étiopathogénique de certains piments alimentaires et du bétel.

trismus

[J1,F2,P3]

Édit. 2018

fibrose sous-cutanée pseudoarcomateuse l.f.

fasciite nodulaire

[J1]

Édit. 2018

hémangiomatose nodulaire sous-cutanée l.f.

subcutaneous nodular haemangiomatosis

Syndrome caractérisé chez le nourrisson par des malformations vasculaires profondes siégeant surtout sur un membre, parfois révélatrice d'un syndrome ostéohypertrophique et pouvant être associées à des angiomes viscéraux et/ou méningoencéphaliques.

angiome

[K4]

acanthome intra-épidermique l.m.

intraepidermic acanthoma

épithélioma intra-épidermique

[J1]

Édit. 2016

Borst-Jadassohn (épithélioma intra-épidermique de) l.m.

Borst-Jadassohn’s intraepidermal epithelioma

M. Borst, anatomopathologiste allemand (1904 ; J. Jadassohn, dermatopathologiste allemand (1926)

Édit. 2017

bouchon épidermique de l'oreille l.m.

epidermic plug, keratosis obturans.
Prolifération épidermique de la peau du conduit auditif externe et de la membrane du tympan, souvent bilatérale, provoquant une accumulation de squames obstruant le conduit et pouvant s’accompagner d’une lyse osseuse.
Le terme de cholestéatome du conduit auditif externe est parfois réservé aux formes avec ostéolyse. Le bouchon épidermique peut s’accompagner de bronchectasie et de sinusite chronique.

Édit. 2017

bulle intra-épidermique l.f.

intra-epidermal bulla ou blister

Cavité liquidienne, siégeant au sein de l'épiderme, dont la formation, secondaire à la perte de cohésion des kératinocytes entre eux, peut être due à différents phénomènes pathologiques : soit un œdème intracellulaire pouvant aboutir à une destruction cellulaire ou nécrose, comme dans une infection virale, soit un œdème intercellulaire ou spongiose comme dans l'eczéma, soit une disparition des ponts intercellulaires ou acantholyse, comme dans le pemphigus.

Étym. lat. bulla : bulle

Édit. 2017

carcinome intra-épidermique l.m.

intraepidermal carcinoma

Terme actuellement recommandé dans certaines nomenclatures pour désigner la maladie de Bowen.

J. T. Bowen, dermatologue américain (1912)

Étym. gr. karkinos : crabe ; ôma : tumeur

épithélioma intraépidermique, Bowen (maladie de)

[F2,J1]

cellule épidermique l.f.

kératinocyte

[A2,J1]

couche basale épidermique l.f.

basal cell layer, stratum basale

Couche la plus profonde de l'épiderme, constituée d'une seule assise de kératinocytes cubocylindriques implantés perpendiculairement à la membrane basale et assurant le renouvellement de l’épiderme.
Elle se caractérise par les cytokératines 5 et 14. Elle contient également de place en place des mélanocytes situés entre les cellules basales.

Syn. assise basale, assise germinative

[A2,J1]

crête épidermique l.f.

rete ridge

Petite saillie épidermique déprimant la jonction dermo-épidermique et semblant plonger dans le derme sous-jacent.
Alternant avec les papilles dermiques, les crêtes épidermiques constituent avec elles les ondulations normales de la face profonde de l'épiderme.

Syn. bourgeon épidermique interpapillaire

[A1]

Édit. 2015

épithélioma intra-épidermique l.m.

intraepidermal epithelioma

Tumeur cutanée rare qui se présente cliniquement sous la forme d'une plaque bien circonscrite, ovalaire ou polycyclique, légèrement surélevée, à surface plus ou moins squameuse et de teinte rosée ou brunâtre, caractérisée histologiquement par un remaniement épidermique limité au corps muqueux et dû à la présence dans celui-ci d'amas ou tourbillons cellulaires.
Cet aspect histologique est en réalité très diversement interprété, et l'existence même de l'épithélioma intra-épidermique, auquel ont été accolés les noms de Borst et de Jadassohn est même controversée. En effet, l'appellation épithélioma intra-épidermique de Borst-Jadassohn, ne devrait pas être conservée puisqu'elle réunit deux faits différents : d'une part, le phénomène de Borst, ou envahissement de l'épiderme par un carcinome spinocellulaire qui, ailleurs, pénètre le derme et, d'autre part, le phénomène de Jadassohn, c'est-à-dire l'origine intra-épidermique multicentrique d'un carcinome basocellulaire. Si certains pensent que, bien que rare, l'entité épithélioma intra-épidermique existe réellement en tant qu'état pré-épithéliomateux donc de carcinome in situ, pour les autres, il s'agit d'une lésion bénigne qui correspond soit à une prolifération épidermique telle que la verrue séborrhéique ou l'acanthome intra-épidermique de Haber, soit à une tumeur annexielle intra-épidermique telle que l'hidroacanthome de Smith et Coburn.

M. Borst, anatomopathologiste (1904) et J. Jadassohn (1926) dermatologue allemands ; H. Haber, dermatologue britannique d’origine tchèque (1953) ; J. G. Coburn et J. L. Smith, anatomopathologistes britanniques (1986)

Étym. gr. epi : sur ; thêlê : mamelon

Syn. acanthome intra-épidermique, hidroacanthoma simplex

[F5,A3,J1]

Édit. 2018

hamartome épidermique l.m.

epidermal hamartoma

Hamartome cutané bénin représentant une hyperplasie des constituants habituels de l’épiderme, sans composante nævocellulaire.
Il existe fréquemment des formes mixtes épidermique et annexielle ou hamartome verruco-sébacé. On connaît plusieurs aspects anatomocliniques. L’hamartome verruqueux simple, ou hamartome épidermique, forme la plus fréquente, correspond à une mutation somatique prenant la forme d’un relief papuloverruqueux suivant les lignes de Blaschko et dont l’examen histologique montre une simple hyperacanthose avec papillomatose et hyperkératose orthokératosique. La forme inflammatoire, ou hamartome épidermique inflammatoire linéaire, se distingue par sa nette prédominance dans le sexe féminin avec une apparition assez tardive, par l’existence de poussées inflammatoires et de prurit, par sa topographie strictement unilatérale et par son aspect érythématosquameux souvent psoriasiforme. L’hamartome verruqueux acantholytique, parfois bilatéral, est fait de plaques papuleuses, brunâtres, verrucoïdes, disposées en nappes tourbillonnantes avec une image histologique d’acanthokératolyse épidermolytique. Dans certains cas, un hamartome verruqueux disposé selon les lignes de Blaschko peut amener à envisager un conseil génétique du fait de la possibilité de transmission d’une érythrodermie congénitale ichtyosiforme bulleuse.

A. Blaschko, dermatologiste allemand (1901) 

Étym. gr. hamartein : se tromper , manquer

hamartome verruqueux, hamartome verrucosébacé, lignes de Blaschko, hyperacanthose, érythrodermie congénitale ichtyosiforme bulleuse

[A3,F5,Q2,J1]

Édit. 2015

hamartome épidermique (syndrome de l') l.m.

epidermal nævus syndrome-

Ensemble malformatif non héréditaire associant un hamartome épidermique unilatéral, parfois épidermolytique, à des anomalies osseuses, surtout vertébrales, oculaires ou neurologiques qui font toute la gravité du syndrome.
Les lésions cutanées et extracutanées sont généralement situées du même côté ou ont au moins une prédominance homolatérale. L'hamartome cutané peut être de type verruqueux inflammatoire linéaire, ou sébacé, ou verrucosébacé.

G. Schimmelpenning, neuropsychiatre allemand (1957) ; R. C. Feuerstein et L. C. Mims pédiatres américains (1962) ; E. J. Moynahan, dermatologiste britannique (1967) ; L. M. Solomon, dermatologiste américain (1968)

Étym. gr. hamartein : se tromper , manquer

Syn. syndrome du nævus sébacé (ou de Schimmelpenning ou de Feuerstein et Mims), syndrome du nævus épidermique (ou de Moynahan), syndrome de Solomon

hamartome épidermique

[A3,F5,Q2,J1,N3]

Édit. 2015

hamartome épidermique verruqueux inflammatoire linéaire l.m.

inflammatory linear verucous epidermal nævus (ILVEN)

Lésion congénitale ou atteignant l'enfant avant l'âge de six ans et principalement les filles, unilatérale, évoluant par poussées inflammatoires successives et dont l'aspect clinique consiste en papules kératosiques prurigineuses, disposées en bandes ou en réseau et souvent couvertes de squames grisâtres.
Histologiquement, l'aspect est psoriasiforme, avec cependant la présence dans la couche cornée d'une alternance de zones ortho- et parakératosiques. L'évolution est chronique. Il n'y a pas de traitement efficace; les rétinoïdes peuvent amener une amélioration relative.

J. Altman et A. Mehregan, dermatologues américains (1971)

Étym. gr. hamartein : se tromper , manquer

Syn. nævus épidermique verruqueux inflammatoire linéaire, dermatitic epidermal nævus (obs.)

Sigle : HEVIL

[A3,F5,Q2,J1]

Édit. 2015

kyste épidermique l.m.

epidermal cyst, epidermoid cyst, atheromatous cyst, keratinous cyst

Formation pseudotumorale plutôt que véritable tumeur cutanée bénigne, hémisphérique, à surface lisse, composée d'une paroi reproduisant la structure d'un épiderme orthokératosique se kératinisant par l'intermédiaire d'une couche granuleuse, ainsi que d'une cavité remplie de lamelles de kératine.
Il a existé une grande confusion en ce qui concerne l'origine et donc la dénomination des kystes épidermiques. Ils sont actuellement considérés comme nés, pour la plupart d'entre eux, de l'infundibulum, c'est-à-dire de la partie superficielle du follicule pileux, le qualificatif épidermoïde étant justifié par leur seule ressemblance structurale avec l'épiderme. Des exemples sont les grains de milium, les grands kystes épidermoïdes, les kystes scrotaux; certains peuvent aussi résulter de la prolifération d'un germe embryonnaire.

Syn. kyste épidermoïde, Atherom des auteurs allemands

kyste cutané

mélanisation (unité épidermique de) l.f.

epidermal melanisation unit

Ensemble constitué par un mélanocyte et par les kératinocytes, au nombre de plusieurs dizaines, qui l'entourent et auxquels il transfère, par l'intermédiaire de ses dendrites, les granules de pigment mélanique qu'il produit.

Étym. gr. melas : noire

nævus épidermique l.m.

epidermal nævus

hamartome épidermique

nævus épidermique (syndrome du) l.m. (désuet)

hamartome épidermique (syndrome de l')

nævus épidermique verruqueux inflammatoire linéaire l.m.

Sigle  : NEVIL

hamartome verruqueux inflammatoire linéaire

nécrolyse épidermique toxique de Lyell l.f.

A. Lyell, dermatologiste britannique  (1956)

épidermolyse nécrosante suraigüe

nid épidermique de Darier l.m.

intraepidermal nest

J. Darier, dermatologiste français, membre de l’Académie de médecine (1887)

Syn. thèque intra-épidermique du mycosis fongoïde

micro-abcès de Pautrier

puits épidermique palmo-plantaire l.m.

palmoplantar pit

Petite dépression punctiforme dépassant rarement un à deux mm de diamètre, comme taillée à l’emporte-pièce dans la kératine des paumes et/ou des plantes, à fond rosé et à contour légèrement érythémateux.
Très caractéristiques du syndrome des hamartomes basocellulaires ou nævomatose basocellulaire, ces puits peuvent comporter de petits foyers de cellules basaloïdes, ce qui explique ce trouble très localisé de la kératinisation.

Syn. trou palmoplantaire

porokératose

| /5 | page suivante