Dictionnaire médical de l'Académie de Médecine – version 2019

8 résultats 

communication n.f.

communication

Émission et transmission d'un message par une personne ou un groupe et sa réception par autrui avec des erreurs possibles, liées surtout au codage de la langue parlée ou écrite, du langage mimogestuel, par l'émetteur, puis au décodage par le récepteur. Processus fragile d'action et de rétroaction, qui permet interaction et synchronisation entre les communiquants.
Pour certains la communication est la matrice sociale de la psychiatrie, la clinique psychiatrique est une pathologie de la communication et dès lors, les psychothérapies deviennent des thérapies de la communication par la communication. La pathologie communicationnelle apparaît très liée à des asynchronies ou des dyssynchronies.
Ainsi, malgré une dérive causaliste ultérieure vers une étiologie spécifique unique, purement sociale, la communication paradoxale avec double lien a été considérée comme un facteur fondamental d'un état schizophrénique.
Des approfondissements et des remaniements de ces concepts ne peuvent qu'intervenir.

métacommunication

[E]

communication interventriculaire l.f.

interventricular septal defect

Orifice anormal généralement congénital de la cloison cardiaque faisant communiquer les deux ventricules : si la résistance pulmonaire demeure basse, la communication interventriculaire entraîne un shunt gauche-droit, et peut se compliquer d’une greffe septique.
Toutes les dimensions peuvent être observées depuis la petite fistule fibreuse (maladie de Roger) jusqu’aux orifices de grandes dimensions et au ventricule unique. Les communications peuvent être multiples. Ces communications à gros débit, et/ou compliquées sont une indication chirurgicale. Cette opération exige une circulation extracorporelle, l’orifice septal étant fermé par suture simple s’il est petit et fibreux, ou par mise en place d’une plaque biologique ou prothétique.

Sigle CIV

[K2,Q2]

dyskinésie bucco-linguo-faciale l.f.

facial dyskinesia

Ensemble de mouvements anormaux involontaires répétitifs de la face, des lèvres, de la bouche et de la langue tels que mouvements latéraux des mâchoires, protrusion de la langue et des lèvres, mouvements de succion, etc.
Il existe des formes spontanées qui surviennent plus particulièrement chez la femme âgée. Elles peuvent être secondaires à des traitements neuroleptiques.

Étym. gr. dus : difficile ; kinêsis : mouvement

Syn. syndrome masticatoire buccolingual

fascia bucco-pharyngé l.m.

fascia buccopharyngealis (TA)

buccopharyngeal fascia

Feuillet cellulo-fibreux constitué par le fascia buccinateur et par la portion latérale du fascia péripharyngien qui recouvre le muscle constricteur supérieur du pharynx.
Ces deux formations se continuent l’une par l’autre au niveau du raphé ptérygo-mandibulaire.

[A1]

Édit. 2018

fistule bucco-cervico-faciale l.f.

Trajet anormal congénital faisant communiquer le plancher buccal avec les plans sous-jacents.
Fréquentes, les fistules muqueuses sont souvent uniques et associées à des lésions dentaires (foyer d'ostéite, granulome, kyste péricoronaire infecté). Les fistules cutanées peuvent être uniques ou multiples. Il convient de rechercher une ostéite mandibulaire. Les fistules mentonnières sont la conséquence d'une ostéite apicale développée à partir des incisives inférieures après un traumatisme. Un processus néoplasique, une infection de type actinomycose ainsi qu'une tuberculose ganglionnaire doivent être aussi recherchés, plus rarement une syphilis tertiaire.

Étym. lat. fistula : canal

fistule dentaire

[A3,P3]

Édit. 2018

PACS (Picture Archiving and Communication System) angl.

Système d'archivage et de transmission des images numériques à tout un réseau.
Ses applications médicales, nées du Congrès de Newport Beach (Californie) en 1982, concernent particulièrement l'imagerie. Le système fonctionne déjà depuis plusieurs années dans certains hôpitaux d'Europe, d'Asie ou des USA.

partie bucco-pharyngienne du muscle constricteur supérieur du pharynx  l.f.

pars buccopharyngea musculi constrictoris pharyngis superioris (TA)

buccopharyngeal part of superior constrictor

muscle constricteur supérieur du pharynx

communication interatriale (CIA) l.f.

interatrial septal defect

Orifice anormal, congénital, de la cloison cardiaque, faisant communiquer les deux oreillettes : elle entraîne un shunt gauche-droit et une augmentation du débit artériel pulmonaire.
Cette persistante anormale d'une communication entre les deux oreillettes est une malformation fréquente constituant 15% des cardiopathies congénitales retrouvées deux fois plus souvent chez la femme que chez l'homme. La CIA peut être isolée ou faire partie d'une cardiopathie complexe et son rôle devient alors contingent.
Il en existe plusieurs variétés anatomiques, le foramen ovale perméable, l’ostium secundum, l’ostium primum, le canal atrioventriculaire. Le traitement est nécessaire si le shunt est important ou la pression pulmonaire élevée. Il consiste en une fermeture chirurgicale qui peut se faire sous hypothermie modérée pour les formes les plus simples, mais exige le plus souvent une circulation extracorporelle. La fermeture se fait par simple suture, ou par mise en place d’une plaque biologique ou prothétique.

[K2,Q2]