Dictionnaire médical de l'Académie de Médecine – version 2020

117 résultats 

capsule d'un nœud lymphoïde l.f.

capsula nodi lymphoidei (TA)

Enveloppe fibreuse entourant un nœud lymphoïde

Syn. capsule d’un nœud lymphatique

nœud lymphatique

[A1,F1]

Édit. 2015

nœud lymphoïde l.m.

nœud lymphatique

capsule d'un nœud lymphatique l.f.

capsule d'un nœud lymphoïde

[A1,F1]

Édit. 2015

cellule lymphoïde l.f.

lymphoid cell

lymphocyte

[A2,F1]

follicule lymphoïde l.m.

lymphoid follicle

Amas de cellules lymphoïdes au sein des organes lymphoïdes périphériques.
Les follicules primaires sont formés de cellules quiescentes, les follicules secondaires ou centres germinatifs sont constitués de cellules B, centroblastes et centrocytes, associés à des lymphocytes T CD4+ et des cellules dendritiques folliculaires.

Étym. lat. folliculus : petit sac, de follis : poche, sac

centre germinatif, centroblaste, centrocyte

[A1]

Édit. 2018

hyperplasie lymphoïde de la surrénale l.f.

Elle désigne la morphologie des surrénales au cours des blocs enyzymatiques en 20-hydroxylase, 22-hydroxylase ou 20/22-desmolase de la stéroïdogénèse surénalienne conduisant à l’équivalent d’une surrénalectomie chimique (syndrome de Prader et Gurtner).

hyperplasie congénitale des surrénales

hyperplasie nodulaire lymphoïde l.f.

focular nodular hyperplasia

Présence en nombre exagéré dans la sous-muqueuse de l'intestin grêle de gros follicules lymphoïdes de type réactif, sans atypie cellulaire.
Cette affection existe sous plusieurs formes : localisée, diffuse et alors souvent associée à une hypogammaglobulinémie.

iléite lymphoïde terminale l.f.

terminal lymphoid ileitis

adénite mésentérique

leucémie lymphoïde chronique (thérapeutique ciblée de la) l.f.

chronic lymphocytic leukaemia (therapeutic target of the)

Nouvelle classe d’inhibiteurs qui ciblent les voies de signalisation activées par la liaison aux antigènes se traduisant par des signaux de survie et de prolifération cellulaire ou impliqués dans la résistance à l’apoptose.
La leucémie lymphoïde chronique n’est pas seulement une maladie d’accumulation avec résistance à l’apoptose mais aussi une maladie de prolifération résultant d’une stimulation régulière des cellules tumorales. Ces nouvelles molécules inhibent des kinases impliquées dans la transduction après stimulation du BCR (B cell receptor: l’ibrutinib et acalabrutinib inhibent la BTK (Bruton’s tyrosine kinase) et l’idelalisib inhibe la P13K (phosphatidylinositol-3-kinase). Une autre classe d’inhibiteurs cible le mécanisme impliqué dans la résistance à l’apoptose qui rend les cellules de la leucémie lymphoïde chronique quasi immortelles : il s’agit du venetoclax qui cible Bcl-2 (B-cell lymphoma 2), une protéine puissamment anti-apoptotique surexprimée dans ces cellules leucémiques.
Les premiers résultats cliniques avec ces nouvelles molécules fournissent en 2016 des résultats extrêmement encourageants. Cette nouvelle classe d’inhibiteurs est active chez des patients multitraités et qui ont développé des mécanismes de résistance à la chimiothérapie conventionnelle. Ces études montrent que les toxicités induites par ces inhibiteurs sont relativement limitées.
Ces nouvelles molécules vont-elles suppléer la chimiothérapie ou simplement la remplacer ? Il est trop tôt pour répondre à cette question.

E. Van Den Neste, hématologue belge (2016) ; A. W. Roberts, hématologue australien (2016) ; J. C. Byrd, hématologue américain (2016)

BCR, BTK, Bcl-2, ibrutinib, acalabrutinib, idelalisib, venetoclax. phosphatidylinositol-3-kinase

Liebow (maladie de, granulomatose lymphoïde de) l.f.

Liebow’s disease, Liebow’s lymphomatoid granulomatosis

A. Liebow, anatomopathologiste américain (1965)

Syn. Churg et Strauss (syndrome de, granulomatose de, angéite granulomateuse de)

granulomatose lymphomatoïde de Churg et Strauss

lymphoïde adj.

lymphoid

Ayant l’apparence de la lymphe.

tissu lymphoïde associé au tube digestif l.m.

gut-associated lymphoid tissue

Sigle GALT

GALT, MALT

tissu lymphoïde périphérique ou secondaire l.m.

peripheral lymphoid tissue

Ensemble des tissus lymphoïdes formé par les ganglions, la pulpe blanche de la rate et les formations lymphoïdes associées aux muqueuses.
Ces tissus sont le lieu de la différenciation terminale des lymphocyes T et B et du passage des lymphocytes sanguins vers le tissu lymphoïde à travers des veinules postcapillaires. Ces tissus sont organisés en zones riches en cellules B (follicules lymphoïdes primaires, centres germinatifs) et en zones riches en cellules T (ex : cortex profond des ganglions).

MALT

tissu lymphoïde primaire l.m

primary lymphoid tissue

Organe lymphoïde dans lequel les lymphocytes effectuent leurs étapes initiales de différenciation (foie fœtal, moelle osseuse, thymus).

lhyperplasie lymphoïde cutanée l.m.

lymphocytoma cutis, Spiegler-Fendt sarcoid


Variété de pseudolymphome cutané non épidermotrope, caractérisé par la survenue d'un ou de plusieurs nodules, fermes rouges ou bruns, habituellement indolores, situés préférentiellement sur le visage mais pouvant aussi atteindre le lobe de l'oreille ou l'aréole mammaire.
L'image histologique montre un aspect de « nœud dans la peau », c'est-à-dire un dense infiltrat dermique de cellules lymphoïdes B et T, groupées en amas avec centre germinatif, qui pourrait faire craindre un lymphome, véritable diagnostic différentiel; mais l'étude immunohistochimique montre que les cellules B sont habituellement polyclonales et qu'il n'y a pas perte de marqueurs T; enfin, la biologie moléculaire ne retrouve pas de réarrangement du récepteur T ni du gène des immunoglobulines. Le lymphocytome peut faire suite à un traumatisme, à une vaccination, à un tatouage ou à une piqûre de tique : en particulier, la maladie de Lyme, due à des Borrelia du complexe burgdorferi, peut induire des lymphocytomes cutanés. L'évolution se fait habituellement vers la disparition spontanée des nodules, qui peuvent cependant récidiver. Le traitement repose sur la surveillance avec parfois une antibiothérapie ou une corticothérapie locale.

B. E. Bäfverstedt, dermatologiste suédois (1943) ; E. Spiegler, dermatologiste autrichien (1894) ; H. Fendt, dermatologiste autrichien (1900) ; W. A. Caro et E. B. Helwig, dermatologistes américains (1969)

Syn. lymphocytome cutané bénin, lymphadenosis benigna cutis (Bäfverstedt), sarcoïde de Spiegler-Fendt, hyperplasie lymphoïde cutanée (Caro et Helwig)

lymphocytome cutané bénin, infiltration lymphocytaire cutanée bénigne, maladie de Lyme

[D1, J1]

Édit. 2018

leucémie lymphoïde chronique l.f.

chronic lymphocytic leukemia

Maladie caractérisée par la prolifération de petits lymphocytes B morphologiquement normaux et particuliers par leur phénotype immunologique qui traduit une prolifération monoclonale de cellules le plus souvent coexprimant des antigènes de différenciation B (CD19, CD20, CD23), un antigène de type T (CD5), des immunoglobulines de membrane monoclonales caractéristiques par leur faible densité.
Les principaux symptômes sont l'augmentation du volume des ganglions, de la rate, la présence dans le sang d'un excès de lymphocytes en général supérieurs à 15 000/mm3, parfois dépassant 100 000/mm3. Les principales complications de la maladie sont les infections, l'anémie hémolytique auto-immune, la transformation en un lymphome de plus haut grade de malignité (syndrome de Richter), une insuffisance médullaire progressive. Dans plus d'un cas sur deux, la maladie évolue de manière paisible sans traitement. Dans les autres cas, l'importance du volume des ganglions, de la rate, l'apparition d'une anémie, parfois hémolytique auto-immune, ou d'une thrombopénie justifient une polychimiothérapie (fludarabine, adriamycine, et même parfois, dans les formes résistantes, des autogreffes de moelle) Ces thérapeutiques peuvent conduire à des rémissions.

Sigle LLC

leucémie lymphoïde chronique (thérapeutique ciblée de la)

Aschoff-Tawara (nœud d') l.m.

Aschoff-Tawara’s node

Élément anatomique du système nerveux autonome du cœur constitué d’un amas de cellules nerveuses situé à la partie basse et antérieure de la cloison inter-atriale sur sa face droite, dans un triangle limité par l’orifice du sinus coronaire, l’orifice de la veine cave inférieure et l’insertion de la tricuspide septale.
Il mesure 3 à 5 mm. Sa vascularisation vient de la coronaire droite dans 83% des cas, de la coronaire gauche dans 7% des cas et des 2 coronaires dans 10% des cas.
Il reçoit l’influx nerveux venu du nœud sinusal de Keith et Flack. Il a la forme d’une massue dont le pôle inférieur se prolonge par le faisceau de His. C’est ce nœud qui donne naissance à l’ordre d’excitation cardiaque dans les rythmes anormaux dits nodaux ou jonctionnels.

K. A. L. Aschoff, anatomopathologiste allemand (1866-1942) et S. Tawara, anatomopathologiste japonais (1906)

Syn. nœud atrio-ventriculaire

cortex d'un nœud lymphatique l.m.

cortex nodi lymphoidei, cortex nodi lymphatici, cortex lymphonodi (TA)

cortex of lymph node

Zone de substance corticale faite de nodules lymphoïdes séparés par des travées de tissu réticulé, les trabécules délimitant des sinus lymphatiques.

[A1]

Édit. 2015

faux nœud du cordon ombilical l.m.

pseudo-knot of the umbilical cord

Dilatation ou varicosité de la veine ombilicale formant un épaississement du cordon simulant un nœud.

[O3]

Édit. 2018

Hensen (nœud primitif de) l.m.

Hensen’s primitiv node, Hensen's primitiv notch

Épaississement de la ligne primitive qui apparaît sur la face dorsale du disque embryonnaire didermique, vers le 17ème jour de la vie embryonnaire ou à la troisième semaine de la gastrulation, correspondant à la mise en place du troisième feuillet de l’embryon ou chordomésoblaste.
C’est à ce niveau que s’invagine le canal chordal par migration des cellules épiblastiques vers le pôle rostral de l’embryon.

V. Hensen, biologiste et zoologiste allemand (1863)

ligne primitive, disque embryonnaire didermique, disque embryonnaire tridermique, gastrulation, chordomésoblaste, canal chordal, épiblaste, pôle rostral de l'embryon, axes corporels embryonnaires (établissement des)

[A4,O6]

Keith et Flack (nœud de) l.m.

Keith-Flack node

Amas de cellules nerveuses situé dans la paroi de l’oreillette droite, près du sinus des veines caves, à proximité de l’orifice de la veine cave supérieure.
Il a la forme d'un croissant à concavité supérieure d'environ 15 à 20 mm x 5 mm. Il est vascularisé soit par un rameau de l'artère coronaire droite (plus de la moitié des cas) soit par un rameau de la coronaire gauche, soit par les 2 artères coronaires (2 à 5% des cas).
Siège du centre de commande de la stimulation électrique du cœur, il est la partie la plus haute des voies intracardiaques de conduction. Il déclenche la contraction cardiaque en conduisant l’influx vers le nœud d’Aschoff-Tawara puis le faisceau de His.

A. Keith, Sir, anatomiste et M. W. Flack, physiologiste britanniques (1906)

Syn. nœud sinusal, ou sino-atrial, ou sino-auriculaire

médullaire d'un nœud lymphatique l.f.

medulla nodi lymphoidei (TA)

medulla of lymph node

Partie centrale du nœud lymphatique.
La médullaire, faite de cordons émanés de la corticale et séparés par les sinus lymphatiques, contient des lymphocytes et des plasmocytes.

nœud lymphatique

nœud n.m.

node (T.A.)
node

ganglion

nœud primitif de Hensen l.m.

Hensen’s primitiv node, Hensen's primitiv notch

A. C. V. Hensen, biologiste et zoologiste allemand (1863)

Hensen (nœud de)

[A4,O6]

nœud de Keith et Flack l.m.

A. Keith, Sir, anatomiste britannique (1866-1955) ; M. Flack, physiologiste britannique (1882-1931)

nœud sinu-atrial

| /5 | page suivante