Dictionnaire médical de l'Académie de Médecine – version 2018

1 résultat 

cancer du sein l.m.

breast cancer

Tumeur maligne de la glande mammaire naissant dans la grande majorité des cas à partir des revêtements épithéliaux des lobules ou des canaux galactophores.
Il s’agit dans plus de 90% des cas d’adénocarcinomes. Il existe des carcinomes in situ intra-canalaires ou intralobulaires qui avec les cancers dits micro-invasifs, représentent environ 15% des cas diagnostiqués lors du dépistage par mammographies. Les sarcomes et les lymphomes malins mammaires sont beaucoup plus rares (environ 1% des cas).
Parmi les formes invasives on distingue les adénocarcinomes canalaires infiltrants (70 à 80% des cas), les adénocarcinomes lobulaires infiltrants (10% des cas), les adénocarcinomes tubuleux (environ 5% des cas), les adénocarcinomes colloïdes ou mucineux (2% des cas) et les adénocarcinomes médullaires (environ 1% des cas).
C’est le plus fréquent des cancers féminins dans les pays occidentaux à haut niveau socio-économique. Il peut atteindre l’homme dans 1% des cas. En France selon les estimations InVS de 2011 son incidence annuelle est de 50 000 cas et la mortalité qui lui est liée de 11000 cas annuels. Rare avant 30 ans, son pic d’incidence se situe entre 60 et 65 ans. Il est favorisé par le jeune âge à la puberté, la nulliparité ou une première grossesse après 35 ans, l’absence d’allaitement, des cycles anovulatoires, un traitement œstrogénique prolongé. Dans 5 à 8 % des cas il s’agit de formes familiales parmi lesquelles on met en évidence une mutation des gènes BRCA1, BRCA2.
Il peut être diagnostiqué soit à l’occasion d’un dépistage par mammographie recommandé tous les deux ans de 50 à 74 ans, soit lors de la découverte d’une anomalie mammaire, le plus souvent une tuméfaction. Il existe deux principaux marqueurs tumoraux relativement peu sensibles mais intéressants pour suivre et apprécier tout au moins partiellement l’efficacité thérapeutique, lorsqu’ils sont élevés, l’antigène carcino-embryonnaire, peu sensible et peu spécifique, le CA 15-3 plus sensible et plus spécifique ; en aucun cas, il ne peut s’agir d’un outil de dépistage. Son pronostic est précisé par un grade histopronostique (grade de Scarff Bloom et Richardson adapté par Elston et Ellis) et par l’envahissement ganglionnaire axillaire. Les formes invasives sont lymphophiles. Elles métastasent principalement au foie, au squelette et au poumon. La taille de la tumeur, l’envahissement clinique ganglionnaire et les métastases sont à la base de la classification internationale T N M.
En l’absence de métastases, le traitement est local intéressant la tumeur et les aires ganglionnaires satellites, basé sur la chirurgie et la radiothérapie dont l’étendue dépend du stade initial. Au niveau mammaire la chirurgie complétée alors, au besoin par la radiothérapie s’efforce d’être la moins mutilante possible. De même avec la technique dite du ganglion sentinelle, lorsqu’on peut l’utiliser sans risque, l’évaluation de l’envahissement des ganglions axillaires devient de moins en moins agressive. Ce traitement est souvent complété par un traitement médical dit adjuvant dépendant des caractéristiques anatomiques et biologiques de la tumeur. Ce peut être une chimiothérapie cytotoxique, une hormonothérapie à visée anti-œstrogène (en présence de récepteurs hormonaux), une immunothérapie spécifique en cas de surexpression du gène HER2/neu). La chirurgie est contre-indiquée, tout au moins de première intention dans les rares formes inflammatoire, le traitement reposant sur les traitements médicaux et la radiothérapie. Le traitement des formes métastatiques est essentiellement médical.

H. J. G. Bloom et W.W Richardson, radiothérapeute et anatomopathologiste britanniques (1957) ; R.W. Scarff, anatomopathologiste britannique (1968) ; C. W. Elston et I. O. Ellis, anatomopathologistes britanniques (1991)

Syn. carcinome mammaire

adénocarcinome, antigène carcinoembryonnaire, BRCA, CA 15-3, cancer inflammatoire du sein, cancer médullaire du sein, carcinome canalaire in situ du sein, carcinome lobulaire in situ du sein, ganglion sentinelle, HER2, récepteur hormonal,  Scarff, Bloom e

[F2,O5]