Dictionnaire médical de l'Académie de Médecine – version 2018

177 résultats :

bol n.m.

1 - En pharmacologie, petite portion de médicament ou d'aliment, avalée en une fois ;

2 - en réanimation, petit volume de solution médicamenteuse administré en une fois par voie intraveineuse. Les dispositifs de seringues automatiques peuvent être réglés pour délivrer un bol à la cadence choisie, chacun transportant une petite dose de principe actif ;
3 - En radiodiagnostic, quantité d’un médicament ou produit de contraste injectée en une fois et très rapidement ;
4 - En radiothérapie, bloc d'un matériau équivalent-tissu placé à la surface cutanée, généralement destiné à réaliser une surface d'entrée plane, perpendiculaire à l'axe du faisceau. Il comble les courbures et irrégularités de la surface cutanée et éventuellement l'absence de tissus dans une partie du faisceau. Il est généralement réalisé en moulant un matériau mou, ou en utilisant des sacs contenant un matériau granuleux (grains de riz). Il peut également, pour les faisceaux d'électrons, être destiné à modifier la surface d'entrée pour obtenir une distribution plus appropriée de la dose en profondeur ;
5 - En physiologie, le bol alimentaire est la masse formée sur la langue par les aliments mastiqués et avalée en une fois ;
6 - En pharmacie vétérinaire, grosse pilule molle à usage vétérinaire.

Étym. gr. bôlos : motte de terre, boule ; lat. bolus : pilule

Syn. bolus (anglicisme à éviter)

[D5, G3, G5]

Édit. 2017

antigène bola l.m.

bola antigen

antigène d'histocompatibilité

assaut cortisonique l.m.

bolus of corticoids

bolus cortisonique

bol alimentaire l.m.

alimentary bolus, food bolus

Masse, grossièrement sphérique, de substance molle résultant de l’agglutination par la langue et la salive des particules alimentaires, produites par la mastication et prête à être déglutie.

bol

Édit. 2017

Bolande (tumeur de) l.f.

Bolande’s tumor

R.P. Bolande, anatomopathologiste américain (1967)

néphrome mésoblastique congénital

Édit. 2017

Bologna (opération de) l.f.

Bologna’s procedure

Opération destinée à la cure d'une cystocèle volumineuse avec incontinence urinaire, réalisant une suspension sus-pubienne du col vésical par des bandelettes vaginales taillées par voie basse.
L'utilisation du tissu vaginal, voué à la dégénérescence et à la sclérose, comme moyen de suspension du col, peut susciter quelques réserves sur son efficacité à long terme.

U. Bologna, gynécologue urologue italien (1978)

Édit. 2017

Bolton (plan de) l.m.

Bolton’s plane

Sur une téléradiographie de profil du crâne, plan utilisé en faciocéphalométrie passant par le nasion et par le point de Bolton, perpendiculaire au plan sagittal médian.

J. S. Bolton, neurologue britannique (1867-1946)

Édit. 2017

Bolton (point de) l.m.

Bolton’s point

Sur une téléradiographie de profil du crâne, point le plus profond de l'image du bord postérieur du condyle de l'occipital.

J. S. Bolton, neurologue britannique (1867-1946)

Édit. 2017

bol urinaire l.m.

urinary bolus

bolus urinaire

Édit. 2017

bolus n.angl.

1) En physiologie, portion d’aliments passant individuellement dans le tractus gastro-intestinal.
2) En pharmacologie et thérapeutique, masse alimentaire compacte en forme de boule, contenant ou non un agent diagnostique ou thérapeutique, à ingérer en une fois ; par extension, dose d’un agent thérapeutique ou diagnostique administré par voie IV en une seule injection.
3) En radiodiagnostic, quantité d’un médicament ou produit de contraste injectée en une fois et très rapidement.
4) En radiothérapie, bloc d'un matériau équivalent-tissu placé à la surface cutanée, généralement destiné à réaliser une surface d'entrée plane, perpendiculaire à l'axe du faisceau.
Il comble les courbures et irrégularités de la surface cutanée et éventuellement l'absence de tissus dans une partie du faisceau. Il est généralement réalisé en moulant un matériau mou, ou en utilisant des sacs contenant un matériau granuleux (grains de riz).
Il peut également, pour les faisceaux d'électrons, être destiné à modifier la surface d'entrée pour obtenir une distribution plus appropriée de la dose en profondeur.

Étym. lat bolus : boule

bol, bol alimentaire, bolus

Édit. 2017

bolus cortisonique l.m.

bolus of corticoids

Corticothérapie intraveineuse intermittente à forte dose, au moyen de perfusion lente de 1 g de méthylprednisone, une seule fois ou un jour sur deux, répétée trois fois.
De tels protocoles sont proposés pour certains rhumatismes inflammatoires.
Ex. les polyarthrites rhumatoïdes très évolutives. Les résultats sont souvent positifs et peuvent se maintenir plusieurs mois. Toutefois, ce mode de traitement n'est pas dénué de danger, en particulier par la survenue d'infections sévères.

bolus

Édit. 2017

bolus urinaire l.m.

urinary bolus

Petite quantité d'urine contenue dans une partie de l'uretère et propulsée par une contraction péristaltique.
Le volume du bolus urinaire, qui est normalement de 0,5 ml, augmente avec la diurèse. Sa vitesse de progression est de l'ordre de 3 cm/sec.

contraction urétérale, cystoïde urétérale, péristaltisme

Édit. 2017

acide formamidinoglutarique n.m.

Autre nom de l’acide formimino-glutamique, produit du catabolisme de l’histidine

acide formimino-glutamique

[C1]

Édit. 2017

acidose fœtale métabolique l.f.

fœtal metabolic acidosis

Augmentation de la concentration des ions H+ et baisse du pH en dessous de 7,20 dans le sérum et les tissus du fœtus par accumulation d'acide lactique.
Elle est due à un défaut d'apport d'oxygène au fœtus au cours de la souffrance fœtale, par insuffisance placentaire, contracture ou hypercinésie utérines, expulsion prolongée, tous facteurs qui entravent ou interrompent les échanges fœto-maternels. Elle se dépiste pendant le travail par un micro-prélèvement de sang au scalp du fœtus, à la naissance sur le sang du cordon, dans lequel on mesure le pH, la pO2, la pCO2, la concentration des lactates, le déficit de base. En dessous d'un pH de 7,10 elle expose à la souffrance cérébrale. Il existe une acidose transmise par la mère quand son acide lactique, produit d'efforts musculaires prolongés et du jeûne, traverse le placenta.

Syn. acidose lactique

[R1, O3, O6]

Édit. 2017

acidose métabolique l.f.

metabolic acidosis

Acidose se traduisant par une baisse de la concentration sanguine en ions H+ (le pH s’abaissant au-dessous de 7,36) dont la cause est soit un apport de molécules acides avec production en excès d’ions H+, soit une élimination insuffisante de ces ions, autres que ceux qui sont liés aux bicarbonates, sans exclure la possibilité d‘une perte de bases (chute des bicarbonates au-dessous de 22 mmol/L).
On distingue les acidocétoses diabétique, alcoolique, lactique ou les acidoses par intoxication et les acidoses rénales. D'autres sont dues à une fuite digestive de bicarbonates ou à des spoliations alcalines diverses avec diarrhée, ou encore à l'administration d'acide chlorhydrique ou de ses précurseurs, etc.
L’acidose métabolique décompensée se caractérise par une diminution du pH sanguin associée à une diminution de la pCO2 et des bicarbonates sanguins.

acidose lactique, acidose rénale, acidocétose alcoolique, acidocétose diabétique

[C2, R1]

Édit. 2017

acidurie méthylmalonique avec homocystinurie l.f.

vitamin B12 metabolic defect with methylmalonicacidemia and homocystinuria

Déficit en coenzyme activant la vitamine B12 avec hypométhioninémie, anémie mégaloblastique, homocystinurie, cystathioniurie, et acidurie méthylmalonique.
L'affection secondaire à l’anomalie la plus fréquente du métabolisme de la cobalamine, associe soit en période néonatale, de façon létale, un coma acidosique avec hypotonie, convulsions, microcéphalie, anémie mégaloblastique et leucopénie ; soit en période infantile, avec hypotonie, acidose métabolique, défaillance multisystémique, myocardiopathie, rétinopathie pigmentaire, syndrome hémolytique et urémique ; soit plus tardivement dans l’enfance ou l’adolescence avec aspect marfanoïde, retard mental, manifestations psychiatriques et dégénérescence subaigüe combinée de la moelle. Il s’agit d’une déficience combinée de méthylmalonyl-CoA-mutase et d'homocystéine-méthyltétrahydrofolate-méthyltransférase. Il existe, selon le déficit, une anomalie de la captation, du transport ou du métabolisme intracellulaire de la vitamine B12. Plusieurs types de déficits enzymatiques sont identifiés : cbl C (MIM 277400), cbl D (MIM 277410),
cbl F (MIM 277380). Le diagnostic se fait par étude sur fibroblastes des groupes de complémentation cobalamine. Au niveau histologique, on observe une micro-angiopathie thrombotique pour les reins et les poumons, et une stéatose hépatique. A l’examen ophtalmolgique, on recherche une rétinite pigmentaire et une atteinte maculaire. L’affection est autosomique récessive.

S.H. Mudd, biochimiste américain (1969)

Syn. acidémie méthylmalonique avec homocystinurie, déficience du métabolisme de la vitamine B12 avec méthymalonique acidémie et homocystinurie, homocystinurie par troubles de la reméthylation et déficit en MTHFR

[C1, M1, Q2]

Édit. 2017

acrodermatite entéropathique l.f.

acrodermatitis enteropathica, zinc-deficiency type

Dermatite érythématobulleuse infantile avec éruption de pustulettes au pourtour des orifices et sur les extrémités, accompagnée d’une diarrhée et d’un arrêt de croissance.
Affection métabolique par déficit progressif en zinc, apparaissant chez les enfants de trois semaines à dix huit mois. Baisse de la concentration sérique du zinc et des phosphatases alcalines. Éruption bulleuse puis suintante et croûteuse des extrémités ou autour d'un des orifices du corps. Arrêt de croissance, perte des cheveux, diarrhée. Au niveau des yeux : photophobie, blépharite, sténose du canalicule lacrymal, conjonctivite, photophobie, opacités de cornée. Le déficit en zinc est dû à un défaut d'absorption, il guérit par complémentation orale en zinc. L’affection est autosomique récessive (MIM 201100).

N. C. Danbolt et K. P. Closs, médecin interniste et biochimiste norvégiens (1942)

Étym. gr. akros : extrémité ; derma : peau ; ite : inflammation ; enteron : intestin ; pathos : malade

Syn. AEZ, Danbolt et Closs (Syndrome de)

[J1, O1, Q2]

Édit. 2017

affection cérébroparenchymateuse de type IV l.m.

cerebelloparenchymal disorder IV

Agénésie du vermis cérébelleux avec crises de tremblements et d'hypotonie.
Microcéphalie et retard psychomoteur sévère, agénésie ou hypoplasie du cervelet, ataxie, incoordination et hypotonie. Crises de tachypnée extrême et superficielle ou d'apnée respiratoire prolongée. On peut trouver une camptodactylie ou une polydactylie postaxiale. Au niveau oculaire hypertélorisme, nystagmus, strabisme, opsoclonies, rétinite pigmentaire paucipigmentée (ERG éteint) avec rétinoschisis ou colobome rétinien-nerf optique. L'affection est mortelle en quelques années, elle est classée en deux groupes, avec dystrophie rétinienne ou sans. L’affection est autosomique récessive (MIM 213300).

Marie Joubert, neurologue canadienne (1969) ; E. Boltshauser, neuropédiatre suisse (1977)

Syn. agénésie du vermis cérébelleux, Joubert-Boltshauser (syndrome de)

[H1, O1, Q2]

Édit. 2017

alcalose métabolique l.f.

metabolic alkalosis

Alcalose avec élévation de la concentration plasmatique en bicarbonates due, soit à un excès d'apport de bicarbonates ou d'alcalins, soit le plus souvent à une perte d'ions Cl- et H+.
Il existe une compensation rénale par réabsorption accrue de bicarbonates en relation avec l'hypocapnie, l'hypercalcémie et la kaliopénie. Si la compensation est insuffisante le pH s'élève : on parle de décompensation. Les spoliations digestives, surtout hautes (vomissements, aspiration gastrique) et les traitements diurétiques, les réactions hormonales (hyperaldostéronisme, hypercorticisme) ou la réduction des volumes extracellulaires (alcalose de contraction) sont les principales causes. La correction nécessite la réexpansion des volumes extracellulaires et surtout la correction du déficit chloré et potassique.

Étym. arabe al kali : cendre pour lessive, puis alcalinité

alcalose métabolique (classification), Davenport (diagramme de)

[C2]

Édit. 2017 

alcalose métabolique (classification ) l.f.

- pertes digestives d'ions H+

par vomissements, aspiration gastrique ;
- pertes urinaires d'ions H+
en relation avec une déplétion en ions Cl- par spoliations digestives hautes ou fuites urinaires (diurétiques), un hypercorticisme (hypocortisolisme, hyperaldostéronisme primitif ou secondaire, un excès de substances à effet minéralocorticoïde), une hypercalcémie (sauf hyperparathyroïdie) ou encore un apport de sels de Na (anions peu ou pas métabolisables) ;
- surcharge en alcalins par apport de bicarbonates (HCO3-) ou de ses sels précurseurs,
par ingestion d'anti-acides ou de résines échangeuses d'ions, par ingestion excessive de lait (syndrome de Burnett) ou par libération de bases à la suite d'une ostéolyse;
- alcalose avec kaliopénie sans modification du bilan des ions H+.

Étym. arabe al kali : cendre pour lessive, puis alcalinité

Burnett (syndrome de)

[C2]

Édit. 2017 

anabolisant n.m.

anabolic

Stéroïde androgène apparenté à la testostérone, favorisant l'anabolisme des protéines.
Les anabolisants sont utilisés pour augmenter le développement des tissus musculaires ou pour lutter contre l'ostéoporose ou certaines anémies.

Étym. gr. ana : en remontant ; ballein : lancer

[F3, G3, G5, I1, I4, O4]

Édit. 2017

anabolisme n.m.

anabolism

Ensemble des réactions enzymatiques ou chimiques d'un organisme vivant conduisant à faire la Synthèse de molécules biologiques ou de structures cellulaires.
L'anabolisme et le catabolisme forment le métabolisme des constituants de l'être vivant.

Étym. gr. ana : en remontant ; ballein : lancer

Ant. Catabolisme

[C1, C2, C3, R2]

Édit. 2017

anomalie métabolique l.f.

metabolism abnormality

Dans un organisme vivant, anomalie qui le rend incapable soit d'assurer de façon satisfaisante le catabolisme d'une substance étrangère, soit d'élaborer la synthèse de substances nécessaires à sa vie.
1) La plupart de ces métabolismes sont assumés par des enzymes spécifiques : leur absence ou leur déficit caractérise l'anomalie ; elles témoignent le plus souvent de l'expression d'un gène.
2) Chez l'Homme, un grand nombre de ces anomalies ont un caractère familial, elles peuvent intéresser le métabolisme des glucides, des lipides ou des protides, etc. Certaines d'entre elles sont décelables in vitro par prélèvement de villosités choriales, de liquide amniotique ou de sang fœtal ; quelques-unes, découvertes après la naissance, sont accessibles à la thérapeutique.

anomalie chromosomique, diagnostic anténatal

[C1, O1, O3, Q2, Q3]

Édit. 2017

antimétabolite n.m.

antimetabolite

Substance inhibant spécifiquement une voie métabolique en se substituant sur un enzyme au métabolite naturel par analogie structurale.
Cette inhibition compétitive, empêche l'utilisation par un organisme d'un métabolite ou d'un substrat.
Ex. Les sulfamides vis-à-vis de l’acide p-aminobenzoïque.

antithrombotique n.m.

antithrombotic agent

[Substance inhibant différents stades de la cascade conduisant à la formation du thrombus : anti-agrégants plaquettaires, anticoagulants inhibiteurs directs de la thrombine, héparines, antivitamines K, thrombolytiques.]

| /8 | page suivante