Dictionnaire médical de l'Académie de Médecine – version 2020

1 résultat 

atélectasie n.f.

atelectasis

Condensation rétractile d'un territoire pulmonaire de topographie bronchique, relevant de l'obstruction complète de la bronche le ventilant.
La lésion morphologique pulmonaire est caractérisée par un aplatissement des alvéoles, une métaplasie cubique du revêtement alvéolaire répondant à une hyperplasie des pneumocytes de type 2, et une vasodilatation capillaire. Il en résulte un affaissement des alvéoles pulmonaires dépourvues de leur ventilation tandis que fonctionne leur circulation sanguine.
L'affaissement des alvéoles se traduit en imagerie médicale par une, diminution du volume pulmonaire. L'atélectasie peut porter sur tout un poumon, un lobe ou des segments. Au cours de l'atélectasie massive de tout un poumon, l'hémithorax atteint est affaissé, immobile. On observe une matité, une abolition des vibrations vocales, un silence respiratoire. Sur les clichés radiographiques, l'opacité est homogène, portant sur tout un poumon, la coupole est remontée, le médiastin attiré vers le poumon atteint. L'atélectasie lobaire est souvent silencieuse. Les radiographies de face et de profil montrent une condensation rétractée, strictement lobaire. Quant aux atélectasies segmentaires, leur expression est purement radiologique. La bronchoscopie s'impose pour retrouver l'obstruction, préciser son siège et la biopsier pour en déterminer la cause.
Quand l’atélectasie siège sur une bronche sous-segmentaire, elle peut former une opacité en bande (atélectasie plane de Fleischner).
D'autres mécanismes d'atélectasie sont possibles : compression extrinsèque, rétraction fibreuse cicatricielle, altération du surfactant, atélectasie par enroulement (atélectasie ronde)
Chez le fœtus, l’atélectasie est normale. Elle disparaît après le premier cri si le surfactant alvéolaire est en quantité suffisante

Étym. gr. atêles : incomplet ; ektasis : extension

collapsus pulmonaire, opacité systématisée