Dictionnaire médical de l'Académie de Médecine – version 2019

27 résultats 

cystadénocarcinome séreux de l'ovaire l.m.

serous cystadenocarcinoma of the ovary

Cancer de l'ovaire contenant des formations kystiques à contenu séreux au sein de végétations de structure épithélioïde.

[F2,O3]

cystadénome séreux de l'ovaire l.m.

serous cystadenoma of the ovary

Kyste séreux à la paroi le plus souvent unistratifiée.
L'absence de végétations dans un liquide citrin en affirme la bénignité. L'existence de végétations ne permet pas d'affirmer la malignité.

[F5,O3]

cystadénome séreux du pancréas l.m.

serous cystadenoma of pancreas

Le cystadénome séreux du pancréas, de découverte le plus souvent fortuite par l’imagerie chez la femme âgée de 60-70 ans est une lésion bénigne qui ne dégénère pas et ne doit donc pas être opérée.
Siégeant au niveau de la tête du pancréas, entre deux et six cm diamètre, il a un aspect caractéristique en rayon de miel, fait de petits kystes millimétriques séparés par des travées fibreuses.
Lorsqu’il est atypique à l’imagerie, d’aspect macrokystique, il doit être distingué des autres lésions kystiques du pancréas, pseudo kyste et surtout cystadénome mucineux et TIPMP (tumeur intracanalaire papillaire mucineuse du pancréas). Il se différencie des cystadénomes mucineux par l’absence de rehaussement vasculaire et des TIPMP par le caractère non communiquant du kyste avec le canal pancréatique. Dans les cas de diagnostic difficile, la ponction échoguidée du kyste avec dosage des marqueurs tumoraux pancréatiques, des enzymes et l’étude cytologique peut être utile.

cystadénome mucineux du pancréas, tumeur intracanalaire papillaire mucineuse du pancréas

[F5,L1]

cystadénome séreux papillaire de l'ovaire l.m.

papillary serous cystadenoma of the ovary

Kyste bénin de l'ovaire, de type cystadénome séreux avec des végétations endokystiques.

[F5,O3]

décollement séreux du neuro-épithélium maculaire l.m.

macular serous detachment

Clivage entre les couches interne et externe de la rétine par un liquide exsudatif secondaire à une rupture de la barrière hématorétinienne interne.
Le DSNE maculaire peut être secondaire à de multiples pathologies vasculaires, inflammatoires ou métaboliques. Les causes les plus fréquentes sont la DMLA et l'association diabète-hypertension artérielle. Le DSNE s'accompagne toujours d'un épaississement important du neuro-épithélium.

Syn. décollement exsudatif du neuro-épithélium

Sigle : DSNE

feuillet pariétal du péricarde séreux l.m.

lamina parietalis pericardii serosi (TA)

parietal layer of serous pericardium

Partie du péricarde séreux qui recouvre la face profonde du péricarde fibreux.
Ce feuillet se continue avec le feuillet viscéral du péricarde séreux au niveau d’une ligne de réflexion très irrégulière. Ces deux feuillets limitent ainsi la cavité péricardique.

Syn.  lame pariétale du péricarde séreux

[A1]

Édit. 2018

feuillet viscéral du péricarde séreux l.m.

lamina visceralis pericardii serosi ; epicardium (TA)

visceral layer of serous pericardium ; epicardium

Partie du péricarde séreux qui est appliquée sur le cœur, de la pointe à la base.
Il se prolonge sur les gros vaisseaux formant les gaines vasculaires artérielle et veineuse. Ce feuillet se continue avec le feuillet pariétal du péricarde séreux au niveau d’une ligne de réflexion très irrégulière. Ces deux feuillets limitent ainsi la cavité péricardique.

Syn.  lame viscérale du péricarde séreux ; épicarde

[A1]

Édit. 2018

kyste séreux congénital l.m.

congenital cyst of the orbit

Kyste colobomateux congénital de l'orbite avec microphtalmie.
Tumeur orbitaire primitive résultant d'un défaut de fermeture de la fente embryonnaire. Cette lésion peut être unilatérale ou bilatérale et, comme la microphtalmie, plus ou moins importante : elle peut parfois être confondue avec une angiomatose du fait de la couleur palpébrale bleutée en cas de kyste volumineux se développant vers les paupières. Dans ce type de lésion, il est nécessaire de pratiquer une échographie orbitaire et surtout une imagerie par résonance magnétique pour préciser la localisation et la taille du kyste ainsi que ses rapports avec le globe oculaire (communication avec la cavité vitréenne) et les autres structures de l'orbite. Lorsque le kyste est bien toléré et de petite taille, il n'est pas nécessaire de procéder à son ablation ; lorsqu'il existe des déformations palpébrales ou orbitaires liées au volume du kyste, l'exérèse est nécessaire, parfois associée à celle du globe microphtalme et non fonctionnel.

kyste séreux de l'ovaire l.m.

ovarian serous cyst

Kyste ovarien à contenu séreux dont la nature cependant n'est établie qu'à l'histologie.
Le plus fréquent des kystes de l'ovaire (25% des kystes), il survient à tout âge. Il peut être bénin, le cystadénome séreux, ou malin, le cystadénocarcinome séreux. Il existe des tumeurs frontières qui se présentent sous forme de végétations exo ou endokystiques. Bilatéral dans 20% des cas, son aspect est ovoïde, lisse et brillant, le plus souvent uniloculaire. Selon qu'il est bénin ou malin, son traitement consiste en une exérèse chirurgicale simple ou une intervention étendue suivie de chimiothérapie.

lame pariétale du péricarde séreux l.f.

 feuillet pariétal du péricarde séreux

lame viscérale du péricarde séreux l.f.

feuillet viscéral du péricarde séreux

orbite (kyste séreux de l'orbite) l.m.

orbite (kyste colobomateux de l')

Édit. 2017

péricarde séreux l.m.

pericardium serosum (TA)

serous pericardium

Membrane séreuse qui enveloppe le cœur.
Elle comprend un feuillet viscéral ou épicarde appliqué sur le cœur de la pointe à la base où il se prolonge sur les gros vaisseaux, formant les gaines vasculaires artérielles et veineuses, et un feuillet pariétal qui recouvre la face profonde du péricarde fibreux. Ces deux feuillets se continuent l’un par l’autre au niveau d’une ligne de réflexion très irrégulière et limitent ainsi la cavité péricardique.

Syn. tunique séreuse du péricarde

bouchon muqueux cervical l.m.

mucous cervical plug

Au cours de la grossesse, bouchon formé par les sécrétions endocervicales, de consistance gélatineuse, protégeant la cavité utérine contre les germes exogènes.
Ce rôle de protection résulte à la fois d'un effet mécanique, la trame solide du mucus cervical constitue un obstacle au passage des bactéries de grande taille, et du pouvoir antibactérien de la lactoferrine qui inhibe la croissance bactérienne, du lysosyme qui favorise la phagocytose, et des immunoglobulines A qui activent le complément et entraînent une bactériolyse. Sa perte, au terme de la grossesse, annonce l'existence de modifications cervicales et la proximité de l'accouchement.

Édit. 2017

corps muqueux de Malpighi l.m.

stratum Malpighi, stratum spinosum, squamous cell layer

Partie de l'épiderme comprise entre la couche basale et la couche granuleuse, formée de plusieurs assises stratifiées de cellules polyédriques, dites malpighiennes, disposées en mosaïque, qui tendent à s'aplatir et à devenir horizontales au fur et à mesure de leur progression vers la surface épidermique tandis que leur noyau s'estompe, ce qui correspond à la maturation kératinocytaire.
Le corps muqueux de l'épithélium des muqueuses malpighiennes n'est normalement pas revêtu d'une couche granuleuse ni d'une couche cornée.

M. Malphigi, anatomiste italien (1628-1694)

Syn. couche épineuse ainsi appelée à cause de l'ancienne dénomination "cellule à épines" donnée aux kératinocytes du corps muqueux (obs.), couche filamenteuse (obs.)

[A1,J1]

Édit. 2015

fente labiopalatine et kystes muqueux de la lèvre inférieure l.f.

cleft lip and, or palate with mucous cysts of lower lip

Fissure palatine et labiale avec fistules et fossettes bilatérales de la langue et kystes muqueux de la lèvre inférieure.
Absence de la 2ème prémolaire ou des incisives latérales supérieures. Parfois ankyloblépharon (adhésion des paupières). La fréquence de l’affection est de 1/70 000 naissances. Le locus du gène (LPS, appelé aussi IRF6, est en 1q32-1q41.Plus de 70 mutations ont été rapportées affectant le facteur de transcription IRF6 (interferon regulatory factor 6). L’affection est autosomique dominante (MIM 119300) avec une forte pénétrance.

Anne van der Woude, biologiste américaine (1954)

Syn. LPS, VWS, PIT, van der Woude (syndrome de), fistules de la lèvre inférieure (syndrome des)

ankyloblépharon, facteur de transcription IRF6

[Q2,P3]

Édit. 2018 

fente labiopalatine, kyste paramédian muqueux de la lèvre inférieure, ptérygium poplité et anomalies digitogénitales l.f.

cleft lip palate, paramedian mucous cysts of the lower lip, popliteal pterygium, digital and genital anomalies faciogenitopopliteal syndrome

ptérygion poplité dominant (syndrome du)

[Q2,I1,M2]

Édit. 2018 

kyste muqueux l.m.

mucous retention cyst

Formation cavitaire remplie de mucus correspondant à la dilatation d'une ou plusieurs glandes muqueuses.
Leur histogénèse est discutée : il peut ne pas s'agir d'un simple phénomène rétentionnel. Dans la région vulvaire, surtout le vestibule, de tels kystes apparaissent de la puberté à la ménopause, sous l'influence des œstrogènes : leur exérèse peut être indiquée par la gêne fonctionnelle qu'ils entraînent. On peut aussi en observer sur les lèvres et la langue.

Étym. gr. kustis : vessie

lymphangiome cutanéo-muqueux l.m.

lymphangioma

Tumeur bénigne résultant d'une dysplasie congénitale non régressive de vaisseaux lymphatiques et dont on distingue une forme superficielle ou circonscrite et une forme profonde ou caverneuse.
Le lymphangiome superficiel ou circonscrit s'observe dès la naissance ou au cours de la première année de vie et siège en un point quelconque du tégument; il consiste en pseudo-vésicules translucides de 1 à 3 mm de diamètre, à liquide clair, ou parfois rosé ou rouge en cas d'hémo-lymphangiome, et peut s'accompagner de localisations profondes.
Le lymphangiome profond est une tumeur congénitale de taille variable, recouverte de peau normale, ferme, parfois douloureuse, à contours souvent mal délimités (lymphangiome diffus caverneux) ou parfois nets (lymphangiome kystique). Les lymphangiomes persistent indéfiniment. Ils peuvent se compliquer d'hémorragies spontanées ou traumatiques, de lymphorrhée, de poussées inflammatoires. Le traitement est délicat. L'excision chirurgicale complète est à préférer mais n'est pas toujours possible. Après une intervention partielle, les récidives sont fréquentes.

lympho-cutanéo-muqueux (syndrome) l.m.

lymphocutanéomuqueux syndrome

Kawasaki (maladie de)

Malpighi (corps muqueux de) l.m.

stratum Malpighi, malpigian layer, stratum spinosum, squamous cell layer

Ensemble de deux couches germinative et à épines qui correspondent aux cellules vivantes de l’épiderme.

M. Malpighi, anatomiste italien  (1628-1694)

corps muqueux

plexus sous-muqueux de l'intestin l.m.

plexus nerveux entérique

plis muqueux de la vésicule biliaire l.m.p.

plicae mucosae vesicae biliaris, rugae vesicae biliaris  (TA)

mucosal folds of gallbladder, rugae of gallbladder

Plis muqueux qui sillonnent la surface intérieure de la vésicule biliaire.
Ils s’effacent quand la vésicule est distendue. Il existe en outre de petits replis muqueux permanents qui s’anastomosent entre eux et divisent toute la surface vésiculaire en de petites dépressions polygonales. Les valvules très saillantes situées à chaque extrémité du col de la vésicule biliaire ne sont pas des replis muqueux mais le relief interne des sillons qui occupent le sommet des coudures formées par le col avec le corps de la vésicule et avec le conduit cystique. Elles disparaissent par traction redressant la vésicule sur le cystique.

sillon muqueux (procédé du) l.m.

mucosal groove’s technic

Technique utilisée dans les anastomoses urétéro-intestinales dans le but de créer un dispositif antireflux, consistant à réaliser par incision de la muqueuse intestinale un sillon dans lequel est couchée et suturée l'extrémité urétérale.

sinus muqueux l.m.

lacunes uréthrales

| /2 | page suivante