Dictionnaire médical de l'Académie de Médecine – version 2018

29 résultats 

acide delta-aminolévulinique (δ-ALA) l.m.

aminolevulinic acid

L'acide delta-aminolévulinique est le produit de décarboxylation de l'acide alpha-amino-bêta-cétoadipique.
Carrefour métabolique du cycle de Shemin, il participe à la biosynthèse des porphyrines.
Le δ-ALA est produit à partir du succinyl-CoA et de la glycine, puis utilisé pour la Synthèse du porphobilinogène précurseur des porphyrines, mais il peut être dégradé à nouveau en succinyl-CoA, refermant le cycle dit de Shemin.
Le déficit en ALA déshydratase, lors d’intoxications par les métaux lourds, entraîne une augmentation de l'ALA dans les urines .L’ALA est un bon indicateur de saturnisme.

Abrév. Abrèv..AAL

[C1,C3,G4]

Édit. 2017

photothérapie dynamique topique à l'acide delta aminolevulinique (ALA) l.f.

Méthode basée sur le principe de la photosensibilisation, c'est-à-dire sur l’activation d’un chromophore par la lumière, utilisée pour le traitement des cancers et précancers cutanés non mélaniques.
Le photosensibilisant est un chromophore endogène, la protoporphyrine IX  synthétisée dans toutes les cellules, dont les kératinocytes, à partir de l’ALA.
L’application d’ALA sur la peau entraîne, par excès de substrat, l’accumulation de protoporphyrine IX dans les cellules. L’absorption de l’ALA  se fait électivement par les cellules à renouvellement rapide et par les cellules cancéreuses, induisant ainsi une accumulation élective de protoporphyrine IX dans ces cellules et, en conséquence,  une certaines électivité de l’action thérapeutique. L’absorption est facilitée par la méthylation de l’ALA. L’activation par une lumière visible (rouge ou bleue) de la protoporphyrine IX ainsi accumulée dans la cellule déclenche une réaction photodynamique avec production d’une grande quantité d’oxygène singulet, aboutissant à la mort cellulaire.
En pratique, une crème à base d’ALA ou d’un de ses dérivés méthylés (Metvix®  ou Metvixia®) est appliquée sous pansement occlusif pendant trois heures sur la zone cutanée à traiter, puis cette zone est illumintée par une source lumineuse, le plus communément une diode électro-luminescente.
Les indications actuellement retenues par l’AMM pour cette méthode thérapeutique sont les kératoses actiniques fines non kératosiques et non pigmentées du visage et du cuir chevelu, le carcinome basocellulaire superficiel et non récidivant du cou et des membres, mais aussi la maladie de Bowen non pigmentée chez les sujets immunocompétents lorsque le traitement chirurgical est impossible.

acide aminolévulinique (δ-ALA) l.m.

aminolevulinic acid

L'acide delta -aminolévulinique est le produit de décarboxylation de l'acide alpha-amino-bêta-cétoadipique.
Carrefour métabolique du cycle de Shemin, il participe à la biosynthèse des porphyrines.
Le δ-ALA est produit à partir du succinyl-CoA et de la glycine, puis utilisé pour la Synthèse du porphobilinogène précurseur des porphyrines, mais il peut être dégradé à nouveau en succinyl-CoA, refermant le cycle dit de Shemin.
Le déficit en ALA déshydratase, lors d’intoxications par les métaux lourds, entraîne une augmentation de l'ALA dans les urines .L’ALA est un bon indicateur de saturnisme.

[C1,C3,G4]

Édit. 2017

acide delta 1-pyrroline-2-carboxylique l.m.

delta-1-pyrroline-2-carboxylic acid

Dérivé métabolique intermédiaire entre l'acide glutamique et la proline.
Il se forme par cyclisation du gamma-semialdéhyde glutamique ou par oxydation de la proline.

[C1]

Édit. 2017

acide delta 1-pyrroline-5-carboxylique l.m.

delta -1-pyrroline-5-carboxylic acid

Dérivé métabolique intermédiaire entre la proline et l'ornithine.
Il se forme par cyclisation de l'acide alpha-céto-delta-aminovalérique, qui est le produit de désamination oxydative de l'ornithine, ou par déshydrogénation de la proline.

[C1]

Édit. 2017

chaîne delta l.f.

δ chain

Chaîne lourde des immunoglobulines D (IgD).

maladie des chaînes delta

[C1,F3]

delta adj.

delta

De forme triangulaire rappelant la lettre grecque.

phalange delta

delta (agent) l.m.

delta agent

Virus défectif à tropisme hépatique, partiellement dépendant du virus de l'hépatite B pour sa multiplication et son infectiosité.
Il est constitué d'un ARN viral enroulé dans une capside d'antigène delta de la viridine qui est entourée d'une enveloppe d'antigène HBs du virus de l'hépatite B (HBV). Il est actuellement classé dans le genre Deltavirus, parmi les virusoïdes.
L'infection virale delta se rencontre principalement dans le bassin méditerranéen, en Asie et en Amérique Centrale, dans les populations européennes et nord-américaines toxicomanes ou homosexuelles. Sa transmission est parentérale, sexuelle ou materno-fœtale.
L'antigène delta n'est détecté dans le sérum que dans les 4 premières semaines suivant l'infection par l'agent delta. Des anticorps antidelta de type IgM et IgG sont ultérieurement détectables. La détection des anticorps de type IgM signe habituellement la persistance de l'infection, qui sera confirmée par la détection de l'ARN de l'agent delta dans le sérum et de l'antigène delta dans le foie. Les infections B-delta seraient plus sévères que les seules infections B.

Syn. virus de l'hépatite D

hépatite delta, hépatite B, virus de l'hépatite D, virusoïde

delta-ALA-déshydratase n.f.

porphobilinogen synthase

Enzyme qui catalyse une réaction de condensation de deux molécules de Δ -aminolévulinate (Δ -ALA), produisant le porphobilinogène et deux molécules d'eau.
La Δ -ALA-déshydratase participe à la voie de biosynthèse des porphyrines. Elle est inhibée par les sels de plomb.

Syn. porphobilinogène-synthétase

saturnisme

delta-ALA-synthase n.f.

Δ -aminolevulinate synthase

Syn. Δ -ALA-synthéthase, Δ -aminolévulinate synthase

delta-aminolevulinate synthase

delta-ALA-synthase (déficit en) l.m.

ALA synthase deficiency

A. M. DiGeorge, pédiatre américain

delta-ALA-synthase, DiGeorge (syndrome de)

delta-aminolévulinate-déshydratase n.f.

delta-aminolevulinate-deshydratase

delta-ALA-déshydratase

delta-aminolévulinate synthase n.f.

delta-aminolevulinate synthase

Enzyme catalysant la condensation entre l’acide aminé glycine et le succinyl-coenzyme A pour former l’acide delta-aminolévulinique (ou acide 5’-aminolévulinique).
La delta-aminolévulinate synthase (ou 5’-aminolévulinate synthase) existe sous deux isoformes appelées ALAS1, ubiquitaire, et ALAS2, exprimée dans les précurseurs des érythrocytes. ALAS2 est la première enzyme intervenant dans la synthèse de l’hème, constituant non protéique de l’hémoglobine. Des mutations du gène ALAS2 peuvent être responsables d’anémies sidéroblastiques.

Syn. 5’-aminolévulinate synthase, delta-ALA-synthase

hème, hémoglobine, anémie sidéroblastique

delta-4-androstènedione n.f.

Androgène provenant principalement de l'ovaire, mais aussi des surrénales dont la production dépend soit d'un réarrangement de la déhydro-épiandrostérone, soit d'un clivage de la 17 α-hydroxyprogestérone

delta (antigène) l.m.

delta antigen

Antigène spécifique du virus de l’hépatite Δ.

delta (électron) n.m.

delta ray

Électron projeté par la collision d'une particule chargée et qui possède une énergie cinétique supérieure à une valeur conventionnellement fixée (généralement 100 eV).
Sa courte trajectoire se détache de celle de l'électron incident.
Les Δ pour 40% à la dose délivrée dans un milieu par les rayons X et γ, et, en raison de leur faible énergie, cette fraction de la dose est délivrée avec un transfert linéique d'énergie élevé.

delta (onde) l.f.

delta wave

Anomalie de l’électrocardiogramme observée dans les syndromes de préexcitation (Wolff-Parkinson-White) traduisant l’excitation anticipée (préexcitation) d’une partie du myocarde ventriculaire.
L’onde delta s’inscrit sur l’électrocardiogramme avant le début de l’onde QRS.

delta 1-pyrroline-carboxylate synthétase (déficit en) l.m.

delta -1-pyrroline-5-carboxylate synthetase deficiency

Génopathie familiale caractérisée par une hyperammoniémie, avec hypoprolinémie et hypoornithémie, cataracte bilatérale, retard mental, laxité ligamentaire et hyperélasticité cutanée.

delta (rythme) l.m.

Δ rhythm

rythme Δ

électron delta l.m.

Δ ray

Électron projeté par la collision d'une particule chargée et qui possède une énergie cinétique supérieure à une valeur conventionnellement fixée (généralement 100 eV), suffisante pour ioniser à son tour le milieu (rayon delta).
Sa courte trajectoire se détache de celle de l'électron incident. Ces électrons interviennent pour 40% de la dose délivrée dans un milieu par les rayons X et γ. En raison de leur faible énergie, cette fraction de la dose est délivrée avec un transfert linéique d'énergie élevéÉtym. gr. êlectron : préfixe qui concerne l’électricité ? L'expression "rayon delta", historique, date de l’époque de la découverte de rayonnements nouveaux appelés alpha, bêta, gamma, delta…. On recommande aujourd'hui de parler d'électrons secondaires mais "rayon delta" reste très utilisé.

[B1,B2,F2]

Édit. 2018

hépatite delta l.f.

delta hepatitis

Atteinte inflammatoire du parenchyme hépatique liée à l'infection par le virus delta (HDV), virus défectif à ARN (genre Deltavirus), dépendant du virus de l'hépatite B (VHB).
L'agent delta est responsable de deux types d'infections épidémiologiquement distinctes :
- la co-infection simultanée par le VHD et le VHB,
- la surinfection par l'agent delta, d’un porteur chronique, sain ou non, de l'antigène HBs.
La co-infection B-delta conduit habituellement à une guérison de l'hépatite aigüe, en l'absence d'hépatite fulminante (5% des cas). Elle entraîne une hépatite chronique d'activité marquée avec hypertransaminasémie, signes histologiques d'hépatite chronique (nécrose, inflammation, fibrose) et présence des marqueurs de multiplication virale delta (IgM antidelta, ARN delta détectable dans le sérum, antigénémie delta positive dans le foie) tandis que les marqueurs de multiplication virale B (ADN viral et antigène HBe) sont habituellement absents.
Le traitement de l'hépatite delta chronique est décevant. La guérison est affirmée par la présence des anticorps anti-HBs et anti-HBc du virus de l'hépatite B et la présence des anticorps antidelta de type IgG du virus delta. Les ADN viraux B et D ne sont plus détectables.
La vaccination contre l’hépatite B protège contre l’hépatite delta.

Syn. hépatite D

delta agent, hépatite B, virus des hépatites, vaccination contre l'hépatite B, hépatite fulminante, Virus de l'hépatite D

[L1,D3]

Édit. 2015

onde delta l.f.

delta wave

Onde de caractère triangulaire correspondant à un empâtement lent de  la première partie du complexe QRS du tracé électrocardiographique.
D’amplitude très variable, elle peut être positive ou négative suivant les dérivations. et est le témoignage d’un syndrome de pré-excitation ventriculaire ou d’un syndrome de Wolff-Parkinson-White, qui comporte un risque de tachycardies paroxystiques  par réentrée.

L. Wolff, cardiologue américain, J. Sir, Parkinson, cardiologue britannique, P. D. White, cardiologue américain (1930)

[→ préexcitation cardiaque (syndrome de),Wolff,Parkinson,White (syndrome de),tachycardie par réentrée électronique,Aschoff,Tawara (nœud auriculo,ventriculaire d’),]

Édit. 2017

phalange delta l.f.

delta phalanx

Déformation congénitale en triangle ou en trapèze d'une phalange, souvent la 2ème, ou d'une phalange surnuméraire intercalaire, entraînant une clinodactylie.
La phalange δ présente deux zones de croissance réunies du petit côté par un pont osseux. La croissance asymétrique aggrave la déformation. Cette anomalie se retrouve dans un certain nombre de malformations multiples de la main et dans certains syndromes dystrophiques : syndrome d'Apert, de Rubinstein-Taybi, etc.

Étym. gr. phalanx : phalange ; delta : lettre grecque

Syn. phalange triangulaire

P110 delta sigle pourl’isoforme delta de l’enzyme phosphoinositide-3-kinase

phosphoinositide-3-kinase

rayons delta l.m.p.

δ rays

delta (électron δ)

| /2 | page suivante