Dictionnaire médical de l'Académie de Médecine – version 2020

83 résultats 

Mauriceau (manœuvre de) l.f.

Mauriceau's manoeuvre

1) Manœuvre d'engagement des épaules en cas de dystocie des épaules.
Elle consiste à placer le diamètre bisacromial dans le diamètre antéropostérieur du détroit supérieur.
2) Manœuvre d’engagement de la tête dernière retenue au-dessus du détroit supérieur lors de l'accouchement en présentation du siège.
Elle consiste à fléchir la tête après avoir placé le fœtus à cheval sur l'avant et placé l'index et le médius dans sa bouche. Puis la tête est orientée en même temps que l’on exerce des tractions vers le bas avec l'index et le médius de l'autre main placé de part et d'autre du cou du fœtus. Le sous-occiput fœtal étant fixé sous la symphyse, l'axe des tractions est progressivement et lentement ramené vers le haut, le dos fœtal se dirigeant alors vers le ventre maternel.

F. Mauriceau,  gynécologue obstétricien français  (1637-1709)

Adson (manœuvre d') l.f.

Adson’s manoeuver

Procédé d’exploration clinique utilisé pour le diagnostic d’une compression de l’artère sous-clavière dans la traversée thoracobrachiale.
Elle consiste à faire pratiquer, en même temps, une extension du cou en arrière, une rotation de la tête du côté du membre examiné et une inspiration profonde. La diminution, voire la disparition du pouls radial est évocatrice d’une compression de l’artère sous-clavière.
Toutefois la valeur pathognomonique de cette manœuvre est discutable car elle est positive chez environ 30% d’une population normale.

A. W. Adson, neurochirurgien américain (1887-1951)

[K4]

Édit. 2020

Alajouanine (manœuvre d') l.f.

Doll’s eye movement

Méthode qui permet d’étudier la motilité automaticoréflexe des globes oculaires : quand on modifie la position de la tête, les yeux effectuent un mouvement compensateur.
En l’absence de paralysie de fonction, les yeux se portent vers la gauche quand la tête est déplacée vers la droite, s’élèvent quand la tête est fléchie, s’abaissent, quand la tête est en extension.
Par ex., dans une paralysie de l’élévation (syndrome de Parinaud), le malade ne peut regarder volontairement vers le haut, mais si on fléchit la tête, on voit apparaître un mouvement compensateur d’élévation.
La paralysie porte sur les mouvements volontaires et réflexes, si la dissociation n’existe pas.

T. Alajouanine, neurologue français, membre de l'Académie de médecine (1926)

Syn. yeux de poupée de Schuster (manœuvre des)

[H1,P2]

Édit. 2017

Barlow (manœuvre de) l.f.

Barlow’s maneuver, Barlow’s test

Procédé d’examen des hanches du nouveau-né pour dépister une luxation, une subluxation de la hanche ou une simple instabilité.
L’enfant est placé sur le dos sur un plan dur. Les deux hanches sont examinées séparément ; une main immobilise le bassin d’un côté, l’autre main pousse le fémur en arrière et vers le haut en y associant des mouvements d’adduction et de légère rotation, Un ressaut est perçu en cas d’instabilité ou de malformation luxante de la hanche par déplacement de la tête fémorale en dehors de l’acétabulum (cotyle) ; c’est un ressaut de sortie. Un mouvement d’arrière en avant en légère abduction permet de percevoir sa réintégration dans l’acétabulum. Une sensation de piston laisse supposer une luxation permanente.
Cet examen est ordinairement couplé avec la recherche du signe d’Ortolani. En cas de test positif, une étude des hanches par échographie est nécessaire.

T. G. Barlow, chirurgien orthopédiste britannique (1962); M. Ortolani, pédiatre italien (1937)

Ortolani (signe d')

[O1,I2]

Édit. 2017

Baudelocque (manœuvre de) l.f.

Baudelocque’s manoeuvre

Manoeuvre obstétricale par voie interne destinée à transformer, par empaumement de l'occiput fœtal et flexion de la tête, une présentation de la face en présentation du front.

J. Baudelocque, gynécologue accoucheur français, membre de l'Académie de médecine (1745-1810)

Édit. 2017

Béthoux (manœuvre de) l.f.

Bethoux’s manoeuvre

Manœuvre utilisée en cas d'incontinence urinaire d'effort pour apprécier le pronostic du traitement chirurgical.
Elle consiste à disposer les deux branches d'un clamp courbe dans les culs-de-sac vaginaux latéraux et à exercer une pression vers le haut ; quand la patiente réalise un effort de poussée, la manœuvre est positive lorsqu'elle arrête la fuite urinaire ; le traitement chirurgical peut alors être proposé.

A. Béthoux, gynécologue français (1962)

Édit. 2017

Bielschowsky (manœuvre de) l.f.

Bielschowsky's test

Manœuvre clinique utilisée dans le diagnostic des hypo-actions des muscles obliques en particulier le grand oblique, et consistant à incliner la tête du sujet successivement sur chaque épaule.
On observe une augmentation de l'hypertropie de l'œil atteint quand on incline la tête sur l'épaule du même côté et une diminution ou une disparition de cette hypertropie quand on incline la tête sur l'épaule du côté opposé.
S'il y a un élément en V associé, il s'agit d'une hypo-action du grand oblique du côté de l'œil le plus haut ; s'il y a un élément en A, il s'agit d'une hypo-action du petit oblique du côté de l'œil le plus bas. La manœuvre peut être utilisée pour aider au diagnostic d'une hyperaction des muscles petits ou grands obliques.

A. Bielchowsky, ophtalmologiste américain  (1938)

test de Héring

Édit. 2017

Boinet (manœuvre de) l.f.

Procédé d’extraction d’une épingle introduite dans l’urèthre.
La verge est coudée sur la tête de l’épingle qui travers l’urèthre et sort. Ensuite l’épingle est basculée pour que sa tête sorte et soit aisément saisie par le méat.

E. Boinet, médecin interniste français, membre de l’Académie de médecine (1890)

Édit. 2017

Bonnaire (manœuvre de) l.f.

Bonnaire's manoeuvre

Dilatation bimanuelle du col utérin pour un accouchement rapide.
Les deux index adossés introduits dans le canal cervical dilatent le col par des mouvements de flexion.

E. Bonnaire, gynécologue français (1858-1918)

Édit. 2017

Bonney (manœuvre de) l.f.

Marshall’s test, Bonney’s test

Test utilisé dans l'examen clinique d'une incontinence urinaire féminine d’effort dans le but d'en préciser le mécanisme et d’apprécier le pronostic du traitement chirurgical.
Elle consiste à remonter et à maintenir de part et d'autre du col vésical la paroi antérieure du vagin à l'aide de deux doigts ou des deux mors d'une pince intravaginale, sans comprimer l'urèthre ni le col, de façon à remonter la vessie pleine dans l’enceinte des pressions manométriques abdominales mimant ainsi la restauration du hamac sous-vésical.
La manœuvre est dite positive si elle prévient la survenue de fuites à la toux ; elle est alors en faveur d'une déficience du soutien cervico-uréthral.

V. Bonney, gynécologue britannique (1923)

incontinence urinaire d'effort

Édit. 2017

Borell (manœuvre de) l.f.

Borell's manoeuvre

Manœuvre favorisant la déflexion complète de la tête du fœtus en présentation du front : la bouche du fœtus est refermée afin d'éviter l'accrochage de la mandibule à la margelle du petit bassin.

U. Borell, gynécologue suédois (1965)

Édit. 2017

Bracht (manœuvre de) l.f.

Bracht's manoeuvre

Dégagement de la tête dernière dans la présentation du siège, lorsque les omoplates du fœtus apparaissent à la vulve, en relevant le corps du fœtus, dos en avant, vers l'abdomen de la mère, l'occiput du fœtus pivotant autour de la symphyse pubienne, sans aucune traction.

E. Bracht, gynécologue allemand (1936)

Édit. 2017

bras tendus (manœuvre des) l.f.

arm deviation test

Manœuvre destinée à mettre en évidence un trouble vestibulaire.
Le sujet assis, les yeux fermés, étend ses deux bras en avant, pouce en haut. Les bras dévient horizontalement du côté d’une lésion vestibulaire déficitaire.

Syn. index (déviation des), épreuve des bras tendus

syndrome vestibulaire

Édit. 2017

Braxton Hicks (manœuvre de) l.f.

Braxton-Hicks’ version

Version obtenue par une manœuvre bimanuelle, abdominale et vaginale, afin de parvenir à une présentation du siège en cas d'hémorragie par insertion vicieuse du placenta : le siège du fœtus vient alors comprimer le placenta.

J. Braxton Hicks, gynécologue britannique (1823-1897)

Édit. 2017

Brindeau-Lantuéjoul (manœuvre de) l.f.

Brindeau-Lantuéjoul’s manoeuvre

Manœuvre manuelle dérivée de la manœuvre de Mauriceau permettant l'accouchement de la tête dernière retenue dans l'excavation en cas de présentation du siège : le corps du fœtus est relevé après que ses pieds ont été saisis.

A. Brindeau, membre de l'Académie de médecine et P. Lantuéjoul, gynécologues obstétriciens français (1934)

Mauriceau (manœuvre de)

Édit. 2017

Budin (manœuvre de) l.f.

Budin's manoeuvre

Manœuvre obstétricale qui permet de déterminer l'emplacement du dos fœtal : une main exerce une pression vers le bas sur le fond utérin, pour accentuer la flexion générale de son corps, ce qui permet de mieux repérer avec l'autre main la saillie du dos du côté le moins dépressible de l'utérus.

P. Budin, obstétricien et pédiatre français, membre de l’Académie de médecine (1846-1907)

Édit. 2017

Burns-Marshall (manœuvre de) l.f.

Burns-Marshall’s procedure

Méthode d'aide à l'accouchement de la tête dernière dans la présentation du siège.
La rotation et la descente spontanées de la tête sous l'effet du poids du fœtus amènent la nuque sous la symphyse pubienne. Le corps du fœtus est alors relevé en arc de cercle et la tête dégagée par flexion manuelle, expression abdominale ou application de forceps.
J. W. Burns et C. M. Marshall (1901-1954), gynécologues britannique et néozélandais

Édit. 2017

Champetier de Ribes (manœuvre de) l.f.

Champetier de Ribes’ manœuvre

Manœuvre d'extraction de la tête fœtale dans la présentation du siège, par traction sur la bouche du fœtus et pression sur l'occiput.

C. Champetier de Ribes, obstétricien français, membre de l'Académie de médecine (1888)

[O3]

Couder (manœuvre de) l.f.

Couder's manoeuvre

Abaissement du membre supérieur pour la correction d'une dystocie des épaules lors de l'accouchement.
Pour ce faire, il faut aller chercher la main, le coude et, avec les doigts mis en attelle le long de l'humérus, faire glisser le bras à la face antérieure du thorax.
Elle expose au risque de fracture de l'humérus et d'élongation du plexus brachial.
L. Couder, gynécologue obstétricien français né en 1862

[O3]

Credé (manœuvre de) l.f.

Credé's technique

1) En urologie, manœuvre utilisée dans le cadre des vessies acontractiles, neurogènes ou non, consistant en une expression manuelle de la vessie pour la vider.
C’est la seule possibilité de vider la vessie quand elle ne peut pas se contracter ou que sa vidange ne peut être obtenue par une hyperpression abdominale. Le patient doit être assis, penché en avant ; il utilise ses deux mains pour exprimer la vessie de haut en bas tout en maintenant simultanément si possible une poussée abdominale. Cette manœuvre est employée lorsque la musculature abdominale insuffisante ou paralytique ne peut apporter aucune aide à la miction. La pratique de l'auto-sondage a remplacé dans de nombreux cas cette manœuvre qui peut être nuisible pour le périnée.
2) En néonatologie, instillation systématique d’une solution de nitrate d'argent dans les yeux des nouveau-nés pour prévenir l'ophtalmie gonococcique néonatale.

C. S. F. Credé, gynécologue allemand (1881)

Syn. méthode de Credé

neurovessie, vessie autonome

[M3,O1]

Cüppers (manœuvre de) l.f.

Cüppers' maoeuvre

Procédé d'examen mettant en évidence le blocage d'un muscle oculomoteur principalement le droit interne dans une ésotropie avec nystagmus.
La manœuvre consiste à faire suivre des deux yeux par le sujet une cible mobile partant du champ temporal de l'œil fixateur pour aller progressivement vers le champ temporal de l'œil dévié : normalement, les deux yeux se déplacent de façon conjuguée pour suivre le déplacement de la cible ; en cas de blocage, l'œil dévié reste immobile en adduction ou ne suit que très imparfaitement la cible ; puis, après quelques mouvements nystagmiques, il prend brusquement la fixation. Si l'œil qui, au départ, avait pris la fixation, se met brutalement en adduction exagérée quand l'autre œil prend la fixation, le blocage est dit bilatéral. Pour éviter la mise en jeu de la convergence accommodative, il faut placer devant les deux yeux la correction positive nécessaire en fonction de la distance d'examen. La manœuvre peut être exécutée avec un prisme de forte puissance base externe devant l'œil fixateur.

C. Cüppers, ophtalmologue allemand (1956) ; L. Corcelle, ophtalmologiste français (1962)

test du prisme base externe de Cüppers, Corcelle (signe de)

[P2]

décroisement d'un forceps (manœuvre de) l.f.

uncrossing manœuvre of a pair of forceps

Articulation des deux branches d'un forceps croisé, le forceps de Tarnier p. ex., appliquées sur une présentation du sommet en occipito-iliaque droite antérieure ou occipito-iliaque gauche postérieure.
Elle reconduit la branche droite où se trouve l'encoche, placée initialement au-dessous de la branche gauche où se trouve le pivot d'articulation, au-dessus de celle-ci.

Delbet (manœuvre de) l.f.

Delbet’s manoeuvre

Méthode d'appréciation fonctionnelle des muscles releveurs de l'anus en cas de prolapsus.
Les doigts intravaginaux recherchent la saillie ferme des muscles alors que l'avant-bras de l'examinateur s'oppose à l'adduction forcée que réalise le rapprochement des genoux par la patiente.

P. Delbet, chirurgien français, membre de l’Académie de médecine (1861-1957)

Deventer-Mueller (manœuvre de) l.f

Deventer-Mueller's manoeuver

Tractions simultanées sur le tronc et le bras du fœtus en présentation du siège quand les bras sont relevés derrière la nuque.

H. van Deventer, accoucheur néerlandais (1701) ; A. Mueller, accoucheur allemand (1898)

Dix et Hallpike (manœuvre de) l.f.

Dix and Hallpike’s test

Manœuvre de mise en évidence d’un vertige paroxystique bénin.

Margaret R. Dix et C.S. Hallpike, otologistes britanniques (1952)

Hallpike (manœuvre de)

| /4 | page suivante