Dictionnaire médical de l'Académie de Médecine – version 2019

1 résultat 

Gaucher (maladie de) l.f.

Gaucher's disease

Maladie de surcharge entrant dans le cadre des sphingolipidoses, transmise sur le mode autosomique récessif et due à une accumulation de glucocéramides dans les lysosomes des histiocytes du fait d'un déficit en β-glucosidase, ces histiocytes prenant le nom de cellules de Gaucher.
Elle comporte trois formes principales (types 1, 2 et 3 décrites par Knudson et Kaplan en 1962), une forme foetale ainsi qu'un variant avec atteinte cardiaque (syndrome maladie de Gaucher - ophtalmoplégie - calcification cardio-vasculaire ou pseudo-Gaucher.
- type 1 : le plus fréquent, (Juifs Ashkénases), de bon pronostic, associe hépatomégalie, splénomégalie, atteinte osseuse (douleurs, ostéonécrose, fracture pathologique) et cytopénies ;
- type 2 : très grave chez le jeune enfant, caractérisé par une atteinte précoce du tronc cérébral, rapidement évolutive, associée à une organomégalie, et entraînant le décès des patients avant l'âge de 2 ans ;
- type 3 : rare, subaigu, neurologique touchant l'enfant ou l'adolescent, caractérisé par une encéphalopathie progressive (apraxie oculomotrice, épilepsie, ataxie), s'associant aux manifestations systémiques du type 1 et entraînant en dehors du traitement spécifique, l' le décès en quelques années.
La forme fœtale se manifeste par une diminution des mouvements fœtaux, voire un immobilisme fœtal ou une anasarque.
Le syndrome « maladie de Gaucher-ophtalmoplégie-calcification cardio-vasculaire » ou pseudo-Gaucher, présente comme caractéristique principale une calcification progressive de l'aorte et des valves aortique et/ou mitrale.
Le diagnostic formel de la maladie est établi par le dosage de la glucocérébrosidase dans les leucocytes circulants. Le génotypage confirme le diagnostic
Actuellement deux traitements sont disponibles pour les MG de type 1 et 3 (inefficaces pour le type 2) : le traitement enzymatique de substitution (à l'imiglucérase ou vélaglucérase) et le traitement par réduction de substrat (miglustat).
La prévalence est d'environ 1/100 000. L'incidence annuelle de la MG dans la population générale est de l'ordre de 1/60 000, mais peut atteindre 1/1 000 chez les juifs ashkénazes.
La maladie de Gaucher est due à des mutations du gène GBA (1q21) qui code une enzyme lysosomale, la glucocérébrosidase, ou exceptionnellement du gène PSAP qui code son activateur (saposine C). Le déficit en glucocérébrosidase entraîne l'accumulation de dépôts de glucosylcéramide (ou glucocérébroside) dans les cellules du système réticulo-endothélial du foie, de la rate et de la moelle osseuse (cellules de Gaucher). Des dizaines de mutations pathogènes différentes du gène sont connues. L’hérédité est de type autosomique récessif (MIM 230800 type I, MIM 230900 juvénile et adulte). Le traitement est maintenant possible en utilisant l'enzyme extrait de placentas normaux.

P. Gaucher, médecin français, membre de l'Académie de médecine (1882)

Syn. glucosylcéramidose

[H1, L1, N3, O1]

Édit. 2012