Dictionnaire médical de l'Académie de Médecine – version 2018

637 résultats :

ASC sigle angl. pour Apoptosis-associated Speck-like protein containing a Caspase recruitment domain.

Protéine cytoplasmique s’agrégeant sous forme de granulations intracellulaires (« specks ») lors de l’apoptose cellulaire et capable d’activer plusieurs des caspases impliquées dans ce phénomène

caspase, apoptose, pyroptose

acide ascorbique l.m.

ascorbic acid

Composé organique acide par sa fonction ène-diol, très oxydable en présence de cuivre, mais jouant un rôle dans la protection d'autres molécules contre l'oxydation, comme par ex. le tocophérol.
Il participe à l'ostéosynthèse comme cofacteur de la proline hydroxylase, ainsi que de plusieurs enzymes du métabolisme des acides aminés aromatiques, tels que dopamine-hydroxylase, tryptophane-hydroxylase, para-hydroxyphénylpyruvate oxydase. Nutriment essentiel pour l'Homme et les anthropoïdes, il est identifié à la vitamine C antiscorbutique. Chez les autres espèces, la vitamine C est le produit d'une voie métabolique dont le point de départ est l'acide glucuronique. Présent chez les végétaux, l'acide ascorbique est abondant dans beaucoup de fruits (agrumes, cassis, cynorrhodons).

Étym. : a privatif ; scorbut

Syn. : acide hexuronique

vitamine C

[C1, C2, C3, R1, R2]

Édit. : 2017

aorte ascendante l.f.

pars ascendens aortae, aorta ascendens (TA)

ascending aorta

Première portion de la crosse aortique, ascendante et longue de 5 à 6 cm.
Elle commence au niveau de l'orifice aortique du ventricule gauche, se dirigeant en haut, en avant et à droite sur 3 à 4cm puis se redresse et monte verticalement jusqu'à la hauteur de la 1ère articulation chondrosternale gauche, sur une longueur de 2 à 3 cm. Dans cette portion, elle est dans la gaine séreuse artérielle du péricarde avec l'artère pulmonaire située d'abord en avant d'elle puis sur son côté gauche. En arrière d'elle et sur les côtés, le sinus transverse du péricarde sépare le pédicule artériel aortopulmonaire des 2 atriums et des auricules. Au-dessus du sinus transverse, cette partie ascendante répond à droite à la veine cave supérieure, en arrière à l'artère pulmonaire droite qui la croise transversalement.
Anc. dénom. portion ascendante de la crosse aortique

artère ascendante de l’artère mésentérique inférieure l.f.

arteria ascendens arteriae mesentericae inferioris (TA)

ascending artery of inferior mesenteric artery

Première branche ascendante de l’artère qui participle à l’arcade bordante du colon gauche.

artère cervicale ascendante l.f.

arteria cervicalis ascendens (TA)

ascending cervical artery

Branche du tronc thyro-cervical qui monte en avant  du muscle scalène antérieur, en dedans du nerf phrénique.
Elle fournit des rameaux musculaires et des rameaux spinaux qui pénètrent dans les foramens intervertébraux des vertèbres cervicales.

Syn. : anc.  branche cervicale de l’artère thyroïdienne inférieure

artère palatine ascendante l.f.

arteria palatina ascendens (TA)

ascending palatine artery

Branche collatérale de l’artère faciale qui naît du premier coude de celle-ci.
Au cours de son trajet ascendant elle perfore le diaphragme stylien, gagne la paroi latérale du pharynx et s’y distribue. Elle fournit l’artère tonsillaire, des rameaux au muscle tenseur du voile du palais et au muscle élévateur du voile du palais et l’artère principale du voile du palais. Elle se termine au niveau de la trompe auditive.

Syn. : anc. artère palatine inférieure

artère pharyngienne ascendante l.f.

arteria pharyngea ascendens (TA)

ascending pharyngeal artery

Branche collatérale de l’artère carotide externe.
Elle monte le long de la paroi pharyngée qu’elle vascularise et pénètre dans le crâne par le foramen magnum où elle prend le nom d’artère méningée postérieure

Syn. : anc. artère pharyngienne inférieure, artère pharyngo-méningée de Theile

ascaridiase n.f.

ascaridiasis

Infection parasitaire liée à Ascaris lumbricoides, némathelminthe nématode dont les adultes vivent dans l’intestin grêle de l’Homme.
L’infestation est liée à l’ingestion d’aliments ou d’eau souillés (contamination fécale) par les œufs du parasite qui sont émis avec les selles des malades et doivent demeurer plusieurs semaines dans le milieu extérieur avant de devenir infestants. Souvent asymptomatique dans les pauci-infestations, l’ascaridiose peut, autrement, en cas d’infestation massive, se traduire par un syndrome de Löffler (infiltrat pulmonaire labile, toux, dyspnée, hyperéosinophilie sanguine) à la période initiale des migrations larvaires, puis de troubles digestifs variés à la période d’état (nausées, vomissements, douleurs abdominales et anorexie). L’affection peut donner lieu à divers incidents (rejet d’ascaris adultes) ou à des accidents (occlusion intestinale, perforation intestinale, engagement d’un ver adulte dans le canal de Wirsung ou dans les voies biliaires).
 Après pénétration à travers la paroi de l’intestin grêle, les larves peuvent atteindre les poumons, par voie veineuse ou lymphatique, et provoquer des manifestations asthmatiformes. Exceptionnellement peuvent survenir des manifestations neuroméningées de pathogénie imprécise : crises convulsives, réactions méningées.

ascaridiose n.f.

ascaridiosis

ascaridiase

Ascaris lumbricoides

Ascaris lumbricoides
Nématode intestinal spécifique de l’Homme, de grande taille (15 à 30 cm), de couleur blanc rosé.
Surtout fréquents dans les pays tropicaux ou subtropicaux à faible niveau d’hygiène, les Ascaris ont un cycle évolutif complexe qui, chez l’Homme, comprend après l’éclosion des œufs dans le duodénum, la formation de différents stades larvaires. Ces larves traversent le foie puis les poumons (où elles sont éventuellement responsables, d’un syndrome de Löffler ascaridien), avant de remonter dans les voies aériennes supérieures puis de basculer dans le tube digestif et de devenir des adultes au niveau de l’intestin grêle.

ascaridiose

ascendance n.f.

ancestry

Ensemble des individus d'une généalogie en ayant engendré d'autres, auxquels ils ont transmis tout ou partie de leur génome.

ascendant n.m.

ancestor

Individu faisant partie d'une ascendance.

descendant, parent

ascétisme n.m.

asceticism

Austérité de vie liée à une autodiscipline importante, avec fréquemment une grande place faite aux mortifications et à l'effort héroïque de volonté.
Dans l'adolescence, cette ligne de conduite correspond, comme l'intellectualisation, à un mécanisme de défense contre l'angoisse et plus particulièrement à un essai de neutralisation des pulsions instinctives sans discrimination. Il est souvent poussé à l'extrême dans l'anorexie mentale.

Ascher (syndrome d') l.m.

Ascher’s Syndrome

Anomalie congénitale constituée d'un dédoublement de la lèvre associé à un double blépharochalasis et à une hypertrophie thyroïdienne non thyréotoxique.
Les lèvres sont épaissies et parfois dédoublées (surtout la supérieure), il existe aussi un épaississement des joues, et une protrusion des glandes lacrymales. L’affection est autosomique dominante (MIM 109900).

K. W. Ascher, ophtalmologiste américain d’origine tchèque (1920), W. B. Laffer (ophtalmologue américain) (1909)

Syn. : blépharochalasis et dédoublement de la lèvre, Laffer-Ascher (syndrome de)

Aschheim et Zondek (réaction d') l.f. (obs)

Aschheim-Zondek’s pregnancy test

Méthode de diagnostic biologique de la grossesse.
L'injection d'urine de femme gravide à la souris femelle impubère entraine en 96 heures la formation de grands follicules ovariens, de follicules hémorragiques et de corps jaunes atrétiques. Analogue à la réaction de Friedman et Brouha sur la lapine, elle est actuellement remplacée par les tests immunologiques de grossesse.

S. S. Aschheim, gynécologue allemand (1878-1965) et B. Zondek, gynécologue israélite d’origine allemande (1928)

Varangot (réaction de)

Aschoff (centre prolifératif d’) l.m.

Aschoff’s proliferative centre

Nodule du sein, rétractile et suggérant un cancer mais formé d’une sclérose entourant un foyer de prolifération épithéliale ou d’adénose bénigne.

fibroadénome à centre sclérohyalin du sein

Aschoff (nodule d’) l.m.

Aschoff body

Lésion histologique élémentaire, arrondie ou ovoïde, parsemant le tissu conjonctif interstitiel du myocarde, évocatrice mais non pathognomonique d’une atteinte par le rhumatisme articulaire aigu.
Elle se présente sous la forme de nodules submiliaires de 50 à 100 mm de diamètre, organisés en 3 couches : une centrale fibrinoïde, une moyenne constituée de cellules histiocytaire activés (cellules d'Anitschkow ou cellules d'Aschoff), et d'une zone périphérique lymphoplasmocytaire. Ces nodules peuvent persister à l'âge adulte, sans correspondre pour autant à une évolutivité du processus pathologique.

K. A. L. Aschoff, anatomopathologiste allemande (1904)

rhumatisme articulaire aigu, Bouillaud (maladie de)

Aschoff-Tawara (nœud d’) l.m.

Aschoff-Tawara’s node

Élément anatomique du système nerveux autonome du cœur constitué d’un amas de cellules nerveuses situé à la partie basse et antérieure de la cloison inter-atriale sur sa face droite, dans un triangle limité par l’orifice du sinus coronaire, l’orifice de la veine cave inférieure et l’insertion de la tricuspide septale.
Il mesure 3 à 5 mm. Sa vascularisation vient de la coronaire droite dans 83% des cas, de la coronaire gauche dans 7% des cas et des 2 coronaires dans 10% des cas.
Il reçoit l’influx nerveux venu du nœud sinusal de Keith et Flack. Il a la forme d’une massue dont le pôle inférieur se prolonge par le faisceau de His. C’est ce nœud qui donne naissance à l’ordre d’excitation cardiaque dans les rythmes anormaux dits nodaux ou jonctionnels.

K. A. L. Aschoff, anatomopathologiste allemand (1866-1942) et S. Tawara, anatomopathologiste japonais (1906)

Syn. : nœud atrio-ventriculaire

ascite n.f.

ascites

Collection liquidienne située dans la grande cavité péritonéale, à l'exception du pus (péritonite) et du sang (hémopéritoine).
Le liquide peut être transsudatif (cirrhose avec hypertension portale ou insuffisance cardiaque droite), exsudatif (carcinose péritonéale, infection tuberculeuse) ou hémorragique (rupture d’une tumeur maligne hépatique primitive ou secondaire, carcinose péritonéale).
Traduite cliniquement par une augmentation de volume de l'abdomen et une matité déclive, l’ascite peut n'être mise en évidence que par l'échographie quand elle est peu abondante.
Le diagnostic de la cause de l'ascite repose sur l'examen clinique, l'échographie, l'analyse du liquide de ponction, et éventuellement la laparoscopie complétée de biopsies. Les principales causes d'ascite sont la cirrhose du foie (où l'ascite est liée à la conjonction de l'hypertension portale et de la rétention sodée), la congestion hépatique (insuffisance cardiaque, péricardite constrictive, syndrome de Budd-Chiari, où l'ascite est généralement riche en protéines), les maladies du péritoine (tuberculose, cancers primitifs et secondaires), les pancréatites (ascite riche en amylase). Au cours de la cirrhose, l'ascite a une valeur pronostique péjorative, surtout quand elle est réfractaire au traitement associant régime désodé et diurétiques, a fortiori quand elle est associée à une insuffisance rénale fonctionnelle.
Une forme particulière, l’ascite chyleuse, répond à une rupture de lymphatiques obstrués ou dilatés dans le péritoine, le plus souvent par obstruction du réseau lymphatique par une tumeur infiltrante.

Étym. : gr. askos : outre, gonflement ; ite : inflammation

syndrome œdématoascitique

ascite chyleuse l.f.

chyloperitoneum

Accumulation de chyle dans la cavité péritonéale.
Elle est due à une obstruction du système lymphatique et apparaît en général au cours de l'évolution d'un cancer génital, ovaire, endomètre ou sein, d'un cancer digestif, côlon ou pancréas, ou d'un cancer rénal ou lymphatique.

Syn. : chylopéritoine

ascite chyliforme l.f.

chylous ascites

Ascite riche en triglycérides (> 3g/L) provenant de la rupture dans le péritoine de vaisseaux lymphatiques généralement mésentériques.
L'aspect macroscopique du liquide est opalescent, voire lactescent.
Les principales causes sont les blocages lymphatiques cœliomésentériques (tumeurs pancréatiques, lymphomes malins, adénopathies d'autres causes, péricardite constrictive) et la cirrhose du foie.

ascite essentielle des jeunes filles l.f.

tuberculous ascitis

Ascite tuberculeuse au cours d'une polysérite secondaire survenant à l'adolescence ou chez la jeune femme.
Elle s'accompagne d'une aménorrhée transitoire et précède souvent une tuberculose génitale.

ascite fœtale l.f.

foetal ascites

Epanchement séreux péritonéal témoignant d'une affection fœtale sévère : une insuffisance cardiaque, notamment dans le cadre d'une anémie par iso-immunisation rhésus, d'une surcharge volémique par transfusion croisée de jumeau à jumeau, d'une infection à parvovirus, ou d'une malformation chromosomique.

ascite laiteuse l.f. (obs.)

adiposus ascites

ascite chyleuse

ascite pancréatique l.f.

pancreatic ascites

Ascite due à l'épanchement de suc pancréatique dans la cavité péritonéale.
Elle peut compliquer une pancréatite aigüe ou chronique, par l'intermédiaire d'un faux kyste, ou directement d'une rupture canalaire. Le liquide est riche en protéines et en amylase.

| /26 | page suivante