Dictionnaire médical de l'Académie de Médecine – version 2020

108 résultats 

ostéose n.f.

osteosis

Terme générique regroupant différents états pathologiques osseux.

Édit. 2017

ostéose iliaque condensante l.f.

condensing iliac osteosis

Atteinte osseuse dégénérative peut-être micro-traumatique, plus souvent constatée chez la femme jeune.
Image radiographique de condensation triangulaire à base inférieure des berges iliaques des articulations sacro-iliaques sans altération de l’interligne et des berges sacrées qui la différencie de la spondylarthrite ankylosante.

T. Bársony et F. Polgár, médecins radiologues hongrois (1928)

Syn. maladie de Bársony-Polgár

Édit. 2017

PFD sigle f. pour

1) dysplasie fibreuse poly-ostéosique

2) dysplasie pseudo-inflammatoire rétinienne (sigle à éviter).

pléonostéose n.f.

pleonosteosis

Variété d’ostéochondrodysplasie épiphysométaphysaire de forme périphérique avec une atteinte prédominante aux mains et aux pieds et une petite taille par brièveté des os longs liée à une soudure prématurée des cartilages de croissance.
Les métaphyses des os sont élargies, les mouvements articulaires limités. Les déformations prédominent au membre supérieur : les mains ont un aspect massif, les doigts sont fléchis, les avant bras sont en pronation, le membre est en rotation interne. Aux membres inférieurs les déformations sont moins marquées mais prédominent aux pieds. Les déformations rachidiennes et faciales sont inconstantes. L’affection est héréditaire de transmission autosomique dominante. On a rapproché la pléonostéose de l’ostéodystrophie polyépiphysaire de Silfverskiöld (1926) où l’atteinte est également surtout périphérique aux mains et aux pieds, la taille peu réduite et la transmission autosomique dominante.

A. Léri, chirurgien et  ophtalmologue français (1921) ;   N. Silfverskiöld, chirurgien orthopédiste suédois (1926)

Étym. gr. pleôn : plus abondant ; osteon : os

Syn. maladie de Léri.

Léri (syndrome de)

pneumonie à éosinophiles l.f.

pneumopathie à éosinophiles

poumon éosinophile tropical l.m.

tropical eosinophilia
Syndrome associant des symptômes respiratoires (bronchite asthmatiforme), des signes radiologiques (opacités miliaires ou nodulo-infiltratives, bilatérales, prédominant aux bases) et une hyperéosinophilie sanguine importante (supérieure à 10 000/µL).
Les causes sont multiples et comprennent notamment plusieurs helminthiases constamment ou transitoirement tissulaires : ankylostomose, strongyloïdose, bilharzioses, filarioses.

pseudosclérodermie à éosinophiles l.f.

fasciite à éosinophiles

purine-nucléosidase n.f.

purine-nucleosidase

Enzyme catalysant spécifiquement l'hydrolyse des nucléosides puriques.

purine-nucléoside-phosphorylase n.f.

purine-nucleoside phosphorylase

Enzyme catalysant spécifiquement la phosphorolyse des nucléosides puriques en base purique et pentose-1-phosphate.

pustulose folliculaire à éosinophiles d'Ofuji l.f.

S. Ofuji, dermatologiste japonais (1970)

folliculite à éosinophiles

rhinite hyperéosinophile non allergique l.f.

non allergic rhinitis eosinophilic syndrome (NARES)

Rhinite chronique non allergique caractérisée par une forte éosinophilie nasale et une hyperéosinophilie sanguine.

ribonucléoside n.m.

ribonucleoside

Nucléoside dont le pentose est le D-ribose.

ribonucléoside-diphosphate n.m.

ribonucleoside diphosphate.
Ester diphosphorique d'un ribonucléoside.
L'ADP, le GDP, l'UDP, le CDP sont les 4 ribonucléoside-diphosphates que l'on trouve dans toute cellule vivante, et qui sont les précurseurs métaboliques des ribonucléoside-triphosphates, ainsi que des
désoxyribonucléoside-diphosphates.

ADP, GDP, UDP, CDP

ribonucléoside-diphosphate-réductase n.f.

ribonucleoside diphosphate reductase

Enzyme catalysant la réduction de la fonction alcool en 2' du ribose pour former les désoxyribonucléoside-diphosphates en prenant deux atomes d'hydrogène aux fonctions thiol d'une molécule de thiorédoxine.
La thiorédoxine oxydée est ensuite réduite par le NADPH sous l'effet d'une thiorédoxine-réductase associée à l'autre réductase dans le complexe enzymatique.

Syn. (incorrect) : ribonucléotide-réductase

NADPH

ribonucléoside-triphosphate n.m.

ribonucleoside triphosphate

Nucléoside-triphosphate dont le pentose est le D-ribose.
L'ATP, le GTP, l'UTP, le CTP sont présents dans toute cellule vivante où ils jouent des rôles métaboliques essentiels : formes riches en énergie de l'acide phosphorique, ainsi que des nucléotides, ils constituent aussi les précurseurs nécessaires à la biosynthèse des acides ribonucléiques.

ATP, GTP, UTP, CTP

ribonucléotide-réductase n.f.

ribonucleotide reductase

Syn. incorrect de ribonucléoside-diphosphate-réductase

rubéose irienne l.f.

iris rubeosis

Prolifération néovasculaire sur l'iris, le plus souvent conséquence d'une ischémie rétinienne.
Elle précède souvent l'apparition d'un glaucome néovasculaire.

iridopathie diabétique

sclérostéose n.f.

sclerosteosis

Augmentation de la densité osseuse.
Forme particulière de l’hyperostose endostale associée à un prognathisme, à une atteinte de la base du crâne et de la voûte, avec hypertension intracrânienne et une atteinte neurologique des nerfs  VII et VIII par rétrécissement des orifices de la base. Il s’y associe une syndactylie II-III, une brachydactylie par hypoplasie des phalanges et une déviation radiale de la phalange distale de l’index.
L’affection a été rapprochée des autres hyperostoses endostales qui ont en commun une modification du gène SOST en 17q12-q21.

Étym. gr. scleros : dur ; osteon : os

hyperostose endostale

Shulman (fasciite à éosinophiles) l.f.

Shulman’s syndrome, eosinophilic fasciitis

Affection inflammatoire systémique caractérisée par une fasciite associée à une hyperéosinophilie.

L. E. Shulman, médecin rhumatologue américain (1974)

fasciite à éosinophiles

Shulman (syndrome de) l.m.

Shulman’s syndrome, eosinophilic fasciitis

Affection inflammatoire systémique caractérisée par une fasciite associée à une hyperéosinophilie.

L. E. Shulman, médecin rhumatologue américain (1974)

fasciite à éosinophiles

syndrome de Shulman l.m.

Shulman’s syndrome, eosinophilic fasciitis

L. E. Shulman, médecin rhumatologue américain (1974)

fasciite à éosinophiles

syndrome hyperéosinophilique l.m.

hypereosinophilic syndrome

Ensemble des manifestations cliniques et biologiques associées à une hyperéosinophilie sanguine importante et durable.
Après une phase initiale marquée par asthénie, anorexie, amaigrissement, douleurs abdominales et épisodes fébriles, le syndrome associe de façon variable une atteinte cardiaque (fibrose endomyocardique), des manifestations hématologiques (splénomégalie, thrombopénie, thromboses, lymphomes), neurologiques centrales et périphériques, cutanées, pleuropulmonaires, digestives et rénales. Le pronostic est, en partie, fonction de l’étiologie de l’hyperéosinophilie.

syndrome hyperéosinophilique idiopathique et accident vasculaire cérébral l.m.

idiopathic eosinophilic syndrome and stroke

Éosinophilie majeure (supérieure à 1 500 éléments/mm3), chronique, inexpliquée, au cours de laquelle des accidents ischémiques sont rapportés dans un peu plus de 10% des cas.
Il s'agit essentiellement d'accidents emboliques compliquant une cardiopathie sous-jacente (fibrose endomyocardique). Une artérite distale nécrosante caractérisée par un infiltrat riche en éosinophiles, ou un syndrome de coagulation intravasculaire disséminée, sont également décrits. Les hémorragies cérébrales sont rares.

[F1,H1]

syndrome mononucléosique l.m.

mononucléosique (syndrome)

Weingarten (syndrome de) l.m.

Weingarten's syndrome

Syndrome observé en milieu tropical, associant une atteinte de l'état général, des signes respiratoires (toux, dyspnée), une forte hyperéosinophilie et des infiltrats pulmonaires.
Il est présumé dû à une parasitose, probablement une filariose.

R. J. Weingarten, médecin britannique (1943)

Syn. hyperéosinophilie tropicale, poumon tropical éosinophile

| page précédente | /5 | page suivante