Dictionnaire médical de l'Académie de Médecine – version 2020

97 résultats 

poïkilocarynose n.f.

poikilokarynosis

Ensemble lésionnel représenté par des inégalités de taille, de forme et de colorabilité des noyaux des cellules malphighiennes avec perte de l'orientation habituelle de celles-ci lors de la maturation kératinisante, et augmentation du nombre des mitoses.
Cette lésion élémentaire histologique, décrite par Darier, représente le signe le plus évocateur de la maladie de Bowen.

Étym. gr. poikilos : varié; karyon : noyau

HPV sigle angl. m. pour Human Papilloma Virus

papillomavirus, koïlocyte

[D1]

vaccin anti-infections à Papillomavirus (HPV)
l.m.

Papillomavirus vaccine

Syn. vaccin infections à Papillomavirus (HPV)

vaccin infections à Papillomavirus (HPV)

[D1; E1]

Édit. 2019

carcinome micro-invasif de la vulve l.m.

micro-invasive vulvar cancer

Syn. cancer micro-invasif de la vulve

cancer micro-invasif de la vulve

[F2,O3]

carcinome intra-épidermique l.m.

intraepidermal carcinoma

Terme actuellement recommandé dans certaines nomenclatures pour désigner la maladie de Bowen.

J. T. Bowen, dermatologue américain (1912)

Étym. gr. karkinos : crabe ; ôma : tumeur

épithélioma intraépidermique, Bowen (maladie de)

[F2,J1]

carcinome intra-épidermique l.m.

Syn. Bowen (maladie de)

Bowen (maladie de)

[I1]

Édit. 2018

biopsie de la vulve l.f.

vulvar biopsy

Prélèvement d'un fragment de tissu vulvaire, pouvant être réalisé en territoire muqueux à l'aide d'une pince à biopsie et en territoire cutané à l’aide d'un bistouri, ou d'un trépan de Keyes (punch-biopsy).

E. L. Keyes, chirurgien urologue américain (1887)

Étym. gr. bios : vie ; opsis : vue

biopsie

Édit. 2017

cancer invasif de la vulve l.m.

invasive cancer of the vulva

Carcinome épidermoïde des grandes lèvres, des petites lèvres ou du clitoris envahissant le stroma conjonctif.
Il dissémine vers les ganglions inguinocruraux puis iliaques, et peut s’étendre vers le vagin ou vers l’anus. Il se traite par une vulvectomie partielle, unilatérale ou totale avec éventuellement curage ganglionnaire.

cancer de la vulve

[F2,O3]

cancer micro-invasif de la vulve l.m.

micro-invasive vulvar cancer

Carcinome épidermoïde de la grande lèvre ou de la petite lèvre vulvaire dont l’infiltration dans le stroma sous-jacent est inférieure à 5 mm.
Il est habituellement découvert sur la biopsie d’une lésion érythrosique ou leucoplasique de la vulve, d’une maladie de Bowen, d’une papulose bowenoïde, d’une maladie de Paget ou d’un lichen sclérovulvaire évolué. Il se traite par la vulvectomie unilatérale ou totale, sans curage des ganglions inguinaux.

Syn. carcinome micro-invasif de la vulve

cancer de la vulve

[F2,O3]

commissure antérieure des grandes lèvres de la vulve l.f.

commissura labiorum majorum pudendi anterior (TA)

anterior commissure of labium majus

Zone d’union de l’extrémité antérieure des grandes lèvres qui s’unissent en se confondant avec le mont du pubis, en avant et au-dessus du capuchon du clitoris.

[A1]

Édit. 2015

commissure postérieure des grandes lèvres de la vulve l.f.

commissura labiorum majorum pudendi posterior (TA)

posterior commissure of labium majus

Union sur la ligne médiane de l’extrémité postérieure des grandes lèvres, en arrière du frein des lèvres de la vulve, à distance de l’orifice anal plus postérieur.

[A2]

Édit. 2015

constricteur de la vulve l.m.

vulvar constrictor muscle

Muscle périnéal superficiel qui s'insère en arrière sur le noyau central du périnée.
Il se dédouble et contourne au plus près l'orifice vaginal pour aboutir à une insertion antérieure dans la cloison urétrovaginale. Sa contraction rétrécit l'orifice vaginal ouvert sur le vestibule. Sa faible force ne lui fait jouer qu'un rôle insignifiant, physiologique ou pathologique, dans le vaginisme dit superficiel.

[A1]

Édit. 2015

dystocie de la vulve l.f.

vulvar dystocia

Dystocie par occlusion partielle ou complète de la vulve, rarement primitive, le plus souvent secondaire à une excision ou infibulation rituelle.
Celles-ci entraînent en effet des cicatrices rétractiles de la vulve responsables d'une dystocie au moment du dégagement de la tête fœtale.

dystrophie atrophique de la vulve l.f.

atrophic vulvar dystrophy

Ensemble des lésions cutanées blanches en micropapules ou en plaques apparaissant électivement chez la femme après la ménopause, caractérisées histologiquement par une atrophie épidermique reposant sur une bande de sclérose hyaline du derme superficiel.
Cette lésion prurigineuse est liée à l'évolution d'un lichen scléro-atrophique dont on rapproche celle de la vulvite atrophique sénile. On rattache certaines lésions vulvaires scléreuses au lichen scléro-atrophique (LSA) dont les caractères particuliers permettent de le différencier du kraurosis vulvae : la lésion élémentaire, papule blanche, plate et kératosique ; la localisation prédominant à la partie externe de la vulve et débordant sur le périnée, la région péri-anale et éventuellement les sillons génitocruraux.

Étym. gr. dus : difficulté : trophein : nourrir

Syn. lichen scléro-atrophique

dystrophie hypertrophique de la vulve l.f.

hypertrophic vulvar dystrophy

Lésion précurseur du carcinome in situ de la vulve.
Elle se présente comme une lésion cutanée prurigineuse, épaisse et infiltrée. Elle associe une acanthose et une hyperkératose avec un infiltrat inflammatoire dermique. Il peut s'agir d'une lichénification ou encore d'une leucoplasie.

Étym. gr. dus : difficulté : trophein : nourrir

dystrophie mixte de la vulve l.f.

vulvar mixed dystrophy

Lésion précancéreuse de la vulve associant les aspects cliniques et histologiques des dystrophies atrophique et hypertrophique.

Étym. gr. dus : difficulté : trophein : nourrir

érysipèle de la vulve l.m.

vulvar erysipelas

Localisation aux organes génitaux externes de la femme d'une atteinte aigüe des tissus cellulaires sous-cutanés par le streptocoque.
La porte d'entrée de la bactérie est une érosion de la muqueuse. Le début est brutal : fièvre élevée, frisson, malaise puis apparition d'une plaque douloureuse rouge vif, infiltrée, chaude. Traitement par antibiotiques courants et anticoagulants de type héparine.

[J1,D1,O3]

Édit. 2018 

esthiomène de la vulve l.m.

vulvar esthiomen

Ulcère de la vulve avec sclérose et hypertophie granulomateuse, éléphantiasis, des téguments.
Il peut avoir diverses étiologies : tuberculose, syphilis, maladie de Nicolas-Favre.

N. J. Durand, J. Nicolas, membre de l’Académie de médecine et M. Favre, membre de l’Académie de médecine, dermatologues français (1913)

Étym. gr. esthiein : ronger

[O3]

Édit. 2018  

fibrome de la vulve l.m.

vulvar fibroma

Tumeur conjonctive solide, bénigne, souvent pédiculée, de la grande lèvre vulvaire, qui se traite par exérèse chirurgicale.

[F5,O3]

Édit. 2018 

frein des lévres de la vulve l.m.

frenulum labiorum pudendi (TA)

frenulum of labia minora, fourchette

Repli cutané unissant l’extrémité postérieure des petites lévres.

Étym. lat. frenum : frein

Syn. anc. fourchette vulvaire

[A1]

Édit. 2019

hidradénome papillaire de la vulve l.m.

hidradénome papillifère

[J1,O3,F5]

hypoplasie de la vulve l.f.

vulvar hypoplasia

Anomalie du développement de la vulve qui garde un aspect infantile.
On décrit des formes manifestes (vulve étriquée, grandes et petites lèvres infantiles, petite distance anovulvaire) et des formes latentes, beaucoup moins évidentes (architecture vulvaire normale, mais brièveté de la distance entre le bord inférieur du pubis et l’anus inférieure à 4 cm). En cas de grossesse une césarienne est toujours nécessaire.

hypoplasie vaginale

[O3]

idradénome de la vulve l.m.

vulvar idradenoma

Tumeur bénigne développée aux dépens des glandes apocrines de la vulve.

kyste épidermoïde de la vulve l.m.

kyste sébacé de la vulve

kyste mucineux de la vulve l.m.

vulvar mucoid cyst

Formation kystique de taille variée souvent pédiculée située près de l'urètre ou sur la face interne des petites lèvres.
Il est d'origine probablement embryonnaire.

| /4 | page suivante