Dictionnaire médical de l'Académie de Médecine – version 2018

69 résultats 

vanillisme alimentaire l.m.

food vanillisme

Intoxication alimentaire provoquée par l’ingestion de glaces et crèmes vanillées caractériseé par une diarrhée, des vomissements, des crampes musculaires.
Il s’agit d’une allergie immédiate mais une toxi-infection alimentaire doit aussi être éliminée.

auto-infection n.f.

auto-infection

Infection provoquée par un micro-organisme pathogène déjà présent dans l’organisme.

comité de lutte contre l'infection nosocomiale l.m.

Dans les établissements de soins publics, comité chargé de proposer à la direction toutes mesures propres à éviter et éventuellement supprimer les infections nosocomiales.
Tous les agents participant à la vie hospitalière sont représentés dans le comité : médecins, infirmiers, personnels de direction ou des services généraux, etc. La lutte contre les infections dépend autant de mesures d’hygiène individuelle (propreté des mains et des vêtements, éviction des agents atteints d’une infection, etc.) que de règles générales de fonctionnement (séparation des circuits de linge propre et de linge sale, circuits des déchets de toute nature, etc).

[E,D1]

cytomégalovirus (infection congénitale à) l.f.

congenital infection with cytomegalovirus

Infection anténatale responsable d'une embryofœtopathie à pronostic sévère qui comporte microcéphalie, convulsions, hypotrophie, pneumopathie, hépatosplénomégalie avec ictère et purpura thrombocytopénique.
Les lésions cérébrales sont des calcifications périventriculaires, parfois une porencéphalie, une hydro-encéphalie, une micro ou une pachygyrie. On peut également trouver dans certains cas un retard psychomoteur, un syndrome pyramidal et une surdité.
Dans 20% des cas il y a des lésions choriorétiniennes en larges placards nécrotiques et hémorragiques avec destruction de l'épithélium pigmentaire et infiltrats périvasculaires dont la cicatrisation donne une atrophie rétinienne qui ressemble à de la boue séchée ou à un aspect blanc-jaunâtre fibroglial avec en regard des vaisseaux rétiniens rétrécis et réduits à l'état de cordons blanchâtres. Le pronostic visuel dépend de la région rétinienne altérée et de l'atrophie optique poststase.
Le diagnostic est fait par la mise en évidence du virus dans les urines.

Cytomegalovirus, Herpesviridae

[D1,O6]

immunothérapie de l'infection par le virus de l'immunodéficience humaine l.f.

Adjonction d’un traitement immunomodulateur, tel que l’interleukine 2, au traitement antirétroviral.
Destinée à stimuler la croissance et la prolifération des lymphocytes T, elle est indiquée chez les patients ayant une réponse immunitaire insuffisante sous trithérapie suivie depuis au moins six mois.

Étym. lat. immunis : exempt de

sida

infection n.f.

infection, bacterial contamination

Désigne d’une part, la pénétration et le développement dans un être vivant, de micro-organismes (bactéries, virus, champignons) qui provoquent des lésions en se multipliant et éventuellement en sécrétant des toxines ou en se propageant par voie sanguine et d’autre part, le résultat de cette pénétration caractérisé par une réponse inflammatoire, au moins locale.
Sa présence dans le sang est qualifiée de septis (bactériémie, virémie, fongémie selon la nature du germe).
Le processus infectieux procède de deux mécanismes différents : l'un spécifique, directement en rapport avec l'agent infectieux, sa localisation et sa dissémination, il nécessite un traitement antiinfectieux, l'autre non-spécifique, en rapport avec la réaction de défense de l'organisme (réaction inflammatoire) qui dépend de médiateurs lipidiques et protidiques mis en jeu par des cellules spécifiques (macrophages, épithéliums, etc.). Les deux mécanismes, infectieux et inflammatoire, associés initialement peuvent ensuite évoluer séparément. Notamment la réponse inflammatoire non spécifique peut se poursuivre alors que l'infection est éliminée (on ne retrouve une septicémie que dans 30 à 60% des états septiques graves), c'est pourquoi l'on décrit un «état septique non septicémique» ou «syndrome de réponse inflammatoire généralisée»
Une infection est dite latente quand elle ne se manifeste par aucun symptôme. Une infection est souvent contagieuse.
Ce mot employé aussi pour désigner une grande puanteur, signifie ailleurs au figuré, corruption en raison de l’altération produite dans un corps.

Étym. lat. infectio : teinture, souillure, déverbal d'inficere : imprégner

infectieux, sepsis, syndrome de réponse inflammatoire généralisée, contamination

infection amniotique l.f.

amniotic infection

Infection de la cavité ovulaire par contamination microbienne qui atteint le liquide amniotique, puis le fœtus, le placenta et le cordon.
Sa première cause est la rupture prématurée des membranes, mais elle peut aussi survenir au cours d’un travail de durée prolongée. Elle est favorisée par la présence de méconium ou de sang. Elle se manifeste par un liquide fétide et des signes infectieux, fièvre, accélération du pouls, frissons.

Étym. lat. infectio : teinture, souillure, déverbal d'inficere : imprégner

Syn. infection ovulaire, fièvre du travail, physométrie

infection à bactérie anaérobie l.f.p.

infection with bacteria anaerobic

Infection provoquée par les bactéries anaérobies strictes.
Parmi ces bactéries on distingue :
- les bacilles à Gram positif, anaérobies sporulés, du genre Clostridium, ubiquitaires (germes telluriques) et présents dans l ‘intestin de l’homme ; ils sont à l’origine de la gangrène gazeuse et de diverses infections abdominailes et surtout gynécologiques, primitives ou postopératoires,
- les bactéries anaérobies non sporulées (bacilles à Gram négatif tels que Bacteroides, Prevotella, Fusobacterium, coques à Gram positif dont Peptostreptococcus, Propionibacterium et les streptocoques micro- aérophiles), commensales des cavités naturelles de l’homme : elles sont responsables d’infections tissulaires primitives, postopératoires ou post- traumatiques telles que des péritonites, des cholécystites aigües, des abcès du foie, des infections gynécologiques suppurées, des pneumopathies nécrosantes, des abcès cérébraux d’origine sinusienne, otitique ou dentaire, des cellulites cervicofaciales, des myosites suppurées, des fasciites nécrosantes. Leur pronostic est spontanément très grave.
Le traitement associe une antibiothérapie adaptée à la sensibilité des bactéries responsables, la mise à plat et le drainage de la suppuration, l’excision des tissus nécrosés et un traitement symptomatique entrepris dans un service de soins intensifs.

bactérie anaérobie

[D1]

Édit. 2017

infection à virus respiratoire syncytial l.f. 

respiratory syncytial virus infection

virus respiratoire syncytial (infection à)

infection chronique l.f.

chronic infection

Infection d’évolution lente, par opposition à une infection aigüe.
Certaines formes d’endocardites ou d’ostéites bactériennes ont, en l’absence de traitement, une évolution chronique.

infection focale l.f.

focal infection

Infection au cours de laquelle des microorganismes (essentiellement des bactéries) restent confinés en un point de l’organisme d’où ils peuvent diffuser ou sécréter des toxines.

Étym. lat. infectio : teinture, souillure, déverbal d'inficere : imprégner

infection hospitalière l.f.

hospital infection

Infection contractée en milieu hospitalier, cliniquement et/ou microbiologiquement identifiable, qui affecte soit un malade, du fait de son admission à l'hôpital ou des soins qu'il y a reçus, soit le personnel hospitalier, du fait de son activité.

Étym. lat. infectio : teinture, souillure, déverbal d'inficere : imprégner

Syn. infection liée aux soins, infection nosocomiale

[D3]

infection iatrogène l.f.

iatrogenic infection

Étym. lat. infectio : teinture, souillure, déverbal d'inficere : imprégner

iatrogène (infection)

infection infraclinique l.f.

subclinical infection

Infection inapparente qui ne se traduit par aucun symptôme clinique.

Étym. lat. infectio : teinture, souillure, déverbal d'inficere : imprégner

infection latente l.f.

latent infection

État infectieux au cours duquel un microorganisme pathogène reste vivant dans l’organisme sans provoquer de manifestations cliniques.

Étym. lat. infectio : teinture, souillure, déverbal d'inficere : imprégner

infection néonatale l.f.

neonatal infection

Infection du nouveau-né succédant à une contamination d’origine maternelle.
Elle se transmet par voie hématogène transplacentaire, ou à travers les membranes à partir d’un foyer d’endométrite, ou par voie ascendante à partir d’une infection cervicovaginale, ou après la rupture des membranes avant ou pendant le travail, voire pendant l’accouchement au passage de la filière génitale.

Étym. lat. infectio : teinture, souillure, déverbal d'inficere : imprégner

infection nosocomiale l.f.

nosocomial infection

Infection contractée par un malade à l'occasion de soins reçus dans un établissement hospitalier ou en dehors de celui-ci, sans préjuger de la qualité du soignant.

Étym. lat. infectio : teinture, souillure, déverbal d'inficere : imprégner

nosocomiale (infection)

infection opportuniste l.f.

opportunistic infection opportunistic disease

Infection qui apparaît au cours d’une altération majeure des défenses immunitaires de l’hôte, congénitale ou plus souvent acquise, spontanée (hémopathies malignes, cancers, infection par le virus de l’immunodéficience humaine, etc.) ou postthérapeutique.
L’intensité de la multiplication des microorganismes opportunistes et leur pouvoir pathogène dépendent du niveau du déficit immunitaire en cause. Il peut s’agir de parasites (Pneumocystis jiroveci, Toxoplasma gondii, Cryptosporidium parvum, Strongyloides stercoralis, etc.), de champignons (Candida sp., Aspergillus fumigatus, Cryptococcus neoformans, etc.), de bactéries (mycobactéries, Salmonella), de virus (Cytomegalovirus, herpes virus, virus varicelle-zona). Chaque type d’immunodéficience est associé, avec une certaine spécificité, à divers micro-organismes opportunistes dont le développement est à l’origine de complications infectieuses pouvant mettre en jeu le pronostic vital du patient.

Étym. lat. infectio : teinture, souillure, déverbal d'inficere : imprégner

sida

infection ovulaire l.f.

ovular infection

infection amniotique

infection puerpérale l.f.

puerperal infection

Infection génitale, régionale ou générale à point de départ génital survenant dans la période des suites de couches.
Les septicémies puerpérales à streptocoque représentaient une cause majeure de mortalité en maternité avant la prophylaxie par l’hygiène hospitalière et surtout l’emploi de sulfamides puis d’antibiotiques.

Étym. lat. infectio : teinture, souillure, déverbal d'inficere : imprégner, puerpera : accouchée.

infection pulmonaire à Klebsiella pneumoniae l.f.

Klebsiella pulmonary infection

Infection regroupant des bacilles à Gram négatif, immobiles, aéro-anaérobies facultatifs, s'observant volontiers sur un terrain débilité dont les formes septicémiques ont un pronostic très sévère.
La contamination se fait par voie aérienne. Lorsque cette infection évolue par petites épidémies hospitalières, la contamination est alors manuportée de malade à malade.
L'aspect clinique et radiologique est celui d'une pneumonie lobaire inférieure. La nécrose est précoce, extensive, prenant parfois l'aspect d'une gangrène pulmonaire.
Normalement ce germe est sensible aux céphalosporines de 3e génération associées à un aminoside. Mais les souches hospitalières peuvent être productrices d'une bêta-lactamase à spectre étendu entraînant une résistance à de nombreux antibiotiques. Un antibiogramme est donc nécessaire pour tester les antibiotiques les plus récents, afin d'éviter une évolution vers la chronicité.

Étym. lat. infectio : teinture, souillure, déverbal d'inficere : imprégner

Klebsiella

infection secondaire l.f.

secondary infection

  surinfection

infection sexuellement transmise l.f.

sexually transmitted infection (STI)

Sigle : IST

maladie sexuellement transmise

infection systémique l.f.

systemic infection

Infection qui atteint de manière élective un ensemble d’organes ou de tissus (conjonctif, lymphatique, réticulo-endothélial) de même nature.

infection tuberculeuse l.f.

tuberculous infection

Infection à Mycobacterium tuberculosis pouvant aboutir soit à une tuberculose-infection latente où les bacilles sont quiescents, soit à une tuberculose-maladie, infection active avec multiplication des bacilles.

Étym. lat. infectio : teinture, souillure, déverbal d'inficere : imprégner

Mycobacterium tuberculosis

| page précédente | /3 | page suivante