Dictionnaire médical de l'Académie de Médecine – version 2019

22 résultats 

Parinaud (conjonctivite de) l.f.

Parinaud's conjunctivitis

Conjonctivite, généralement unilatérale, caractérisée par des follicules et des végétations siégeant sur la conjonctive palpébrale et par une adénopathie pré-auriculaire et/ou sous-maxillaire ; il s'y associe souvent un syndrome infectieux général.
Elle s'observe au cours de la maladie des griffes du chat, de la tularémie, des sporotrichoses, de la tuberculose, de la syphilis.

M. Parinaud, ophtalmologiste français (1889)

Syn. syndrome oculoglandulaire de Parinaud

Parinaud (complexe de) l.m.

H. Parinaud, ophtalmologiste français ( 1844-1905)

conjonctivite granulomateuse

Parinaud (dermo-épithéliome de) l.m.

Forme particulière de nævus conjonctival, siégeant au limbe, dont il est séparé par un espace clair.

H. Parinaud, ophtalmologiste français ( 1844-1905)

nævus kystique bénin

Parinaud (échelle de) l.f.

Échelle d’acuité visuelle de la vision de près.

M. Parinaud, ophtalmologiste français (1844-1905)

Parinaud (syndrome de) l.m.

Parinaud syndrome

Forme clinique de paralysie de fonction du regard caractérisée par une abolition des mouvements de verticalité.
La paralysie peut porter sur l'abaissement ou l'élévation et parfois sur la convergence.

M. Parinaud, ophtalmologiste français (1883)

paralysie des mouvements de la verticalité du regard

blépharo-conjonctivite l.f

blepharoconjunctivitis

Atteinte inflammatoire touchant à la fois la conjonctive et le bord libre des paupières, débutant le plus souvent par la blépharite.
Les symptômes associent ceux de la blépharite, sensation d'irritation amenant le patient à se frotter les yeux, à ceux de la conjonctivite : larmoiement, impression de brûlure, de corps étrangers, démangeaisons, collage des paupières. À l'examen, l’atteinte palpébrale est caractérisée par une rougeur du bord palpébral et, en cas de chronicité, des cils cassants. L'atteinte conjonctivale peut se traduire par une hyperhémie, un œdème, des sécrétions séreuses, muqueuses, muco- purulentes ou purulentes, des follicules de ou des papilles sur la conjonctive palpébrale.

blépharite, conjonctivite, blépharo-conjonctivite phlycténulaire, blépharo-conjonctivite de l'acné rosacée, blépharo-conjonctivite de l'ichtyose

Édit. 2017

blépharo-conjonctivite phlycténulaire l.f.

phlyctenular blepharoconjunctivitis

Association d'une blépharite à la présence de lésions hyperplasiques inflammatoires persistantes ou récurrentes, phlycténulaires de la conjonctive bulbaire.
Il s'agit d'une hypersensibilité de type retardé à un antigène. Dans le passé les protéines du bacille tuberculeux étaient souvent impliquée. Actuellement, il s'agit plus souvent de réactions aux antigènes provenant de staphylocoques. L’atteinte est subaiguë ou chronique.

blépharo-conjonctivite, phlyctène

Édit. 2017

blépharo-conjonctivite de l'acné rosacée l.f.

blepharoconjunctivitis of rosacea acne

Blépharo-conjonctivite qui peut précéder, suivre, ou survenir dans le même temps que l'atteinte cutanée.
L'atteinte est chronique et de sévérité variable. Il peut exister des télangiectasies et un épaississement du bord palpébral, une obstruction des glandes de Meibonius. De fréquents orgelets se développent, se transformant souvent en chalazions chroniques. L’hyperémie de la conjonctive bulbaire est fréquente, associée souvent à des sécrétions traduisant une infection bactérienne secondaire. Une kératopathie n’est pas rare.
Le diagnostic est essentiellement clinique, permis par les  lésions cutanées caractéristiques.

blépharo-conjonctivite, acné rosacée, télangiectasie, Meibonius (glande de), orgelet, chalazion, kératopathie

Édit. 2017

blépharo-conjonctivite de l'ichtyose l.f.

Blépharo-conjonctivite qui débute souvent par une atteinte palpébrale produisant une desquamation.
L'existence d'un syndrome sec aggrave l'atteinte blépharo-conjonctivale.

blépharo-conjonctivite, syndrome sec

Édit. 2017

conjonctivite n.f.

conjunctivitis

Inflammation aigüe ou chronique de la conjonctive qui se traduit par une sensation de brûlure, de démangeaison ou de corps étranger, une hyperhémie, un œdème des paupières, une hypersécrétion, variable selon le type de conjonctivite, des follicules réalisant parfois un véritable aspect de pavage de la conjonctivite.

[P2]

conjonctivite à adénovirus l.m.

adenovirus conjunctivitis
Conjonctivite aigüe, très douloureuse, souvent intégrée dans un tableau pseudo-grippal, avec adénopathies prétragiennes.
Elle peut se compliquer d'une kératite.

[P2,D1]

conjonctivite à Chlamydia l.f.

Chlamydia conjunctivitis
Après incubation de 5 à 14 jours, conjonctivite aigüe avec larmoiement abondant, purulent, pouvant aboutir à la formation de fausses membranes.
Chez le nouveau-né, le risque de survenue est de 30 à 40% si la mère présente une affection à Chlamydia trachomatis non traitée. Chez l'enfant plus grand, elle survient après des bains en piscine, d'où le nom de "conjonctivite des piscines" qui lui est attribué. Le diagnostic se fait par mise en évidence de Chlamydia et par des sérodiagnostics immunologiques. Son traitement curatif nécessite une antibiothérapie par voie générale.

trachome

[P2,D1]

conjonctivite allergique l.f.

allergic conjunctivitis

Réaction de défense de la conjonctive créée par un allergène mis à son contact soit par voie externe, contact direct ou diffusion de proximité (rhinopharyngite, paupières), soit par voie interne (allergie bactérienne, mycosique, etc.).
Elle est en général bilatérale.
Il y en a plusieurs types :
- aiguë type conjonctivite pollinique : larmoiement, photophobie, prurit, chémosis,
- subaiguë ou chronique : la conjonctive palpébrale a un aspect variable : papillaire, pseudofolliculaire, macropapillaire, pavimenteux ou seulement hyperhémié. Elle peut être associée à une kératite ponctuée superficielle ;
- allergique de contact : l'allergène en cause est très variable : cosmétiques, produits chimiques, médicaments, etc

[P2,N1,F3]

conjonctivite Apollo l.f.

acute haemorrhagic conjunctivitis

Kératoconjonctivite aigüe caractérisée cliniquement par la présence d'hémorragies sous-conjonctivales.
L'agent infectieux de cette conjonctivite est l'entérovirus 70 ou le Coxsackie virus A 24.
Surnommée "Apollo" en Asie, continent à partir duquel cette épidémie s'est développée, car son apparition a été contemporaine de la rentrée dans l'espace d'une navette Apollo.

conjonctivite granulomateuse l.f.

granulomatous conjunctival inflammation, Parinaud's oculoglandular syndrome

Affection conjonctivale dont les manifestations conjonctivales peuvent se limiter à une simple infiltration asymptomatique ou prendre un aspect plus inflammatoire ou nécrotique dans le complexe oculoganglionnaire de Parinaud.
Histologiquement, l'atteinte granulomateuse est en relation avec différentes affections causales (tuberculoses, tularémies).

H. Parinaud, ophtalmologiste français (1889)

Parinaud (conjonctivite de)

[P2]

conjonctivite herpétique l.f.

herpetic conjunctivitis

Conjonctivite survenant en général après contact fœtomaternel au cours de l'accouchement, se traduisant par quelques vésicules sur le bord palpébral, ou par une conjonctivite associée, ou non à une kératite souvent limitée à quelques microdendrites ou à un fin pointillé qui se colore par la fluorescéine.

[P2,D1]

conjonctivite lacrymale l.f.

bacterial conjunctivitis

Conjonctivite bactérienne.

[P2,D3]

conjonctivite ligneuse l.f.

ligneous conjunctivitis

Conjonctivite chronique, non contagieuse, qui atteint plus souvent les filles que les garçons, avec fausses membranes très adhérentes sur les quatre paupières, complications cornéennes inéluctables (néovascularisation, ulcérations, évolution parfois vers l'opacification de la cornée).
Tiraillement, larmoiement, rougeurs, membranes et pseudomembranes sur la conjonctive tarsienne dont la consistance devient ligneuse par plages. D'autres muqueuses peuvent être concernées en particulier nasopharynx, bouche et vagin. Fréquente en Turquie, la maladie s'améliore spontanément et il ne reste que des cicatrices cornéennes (frottement). L’affection est autosomique récessive (MIM 217090).

J. Lijó-Pavia, ophtalmologue argentin (1924)

[P2]

conjonctivite néonatale l.f.

neonatal conjunctivitis

Conjonctivite d'allure aigüe du nouveau-né contaminé lors du passage de la filière génitale, provoquée par des germes à Gram + ou à Gram -, les virus de l'herpès, les Chlamydia.
Si le germe est le gonocoque (genre Neisseria), l'évolution est hyperaigüe avec signes inflammatoires sévères, œdème palpébral, sécrétions purulentes, jaunâtres, abondantes et possibilités de complications cornéennes, voire perforation du globe. En cas de conjonctivite récidivante ou trainante, il faut rechercher une imperforation des voies lacrymales.

[P2,D3]

conjonctivite phlycténulaire l.f.

kératoconjonctivite phlycténulaire

[P2,D3]

conjonctivite printanière l.f.

vernal conjunctivitis

Conjonctivite chronique spécifique à l'enfant (surtout le garçon) avec photophobie et larmoiement marqués qui apparaissent dès le début du printemps, se majorent l'été pour s'atténuer l'hiver et disparaître en principe à la puberté.
Le diagnostic est évident sur la constatation de papilles (pavés) après éversement de la paupière supérieure. Elle peut se compliquer de kératites qui laisseront des cicatrices indélébiles. Son origine allergique est hautement probable. Son traitement associe antihistaminiques par voie générale, corticothérapie locale, désensibilisation prudente à doses faibles quand l'allergène a été trouvé, antibiothérapie locale (pour lutter contre la surinfection). La cryothérapie des papilles diminue considérablement les signes fonctionnels, mais n'évite pas les récidives.

Syn. conjonctivite vernale, kératoconjonctivite printanière de l'enfant

arthrite réactionnelle

[P2]

pharyngo-conjonctivite à adénovirus l.f.

Forme clinque d’angine aigüe associant pharyngite, conjonctivite et adénopathies cervicales.