Dictionnaire médical de l'Académie de Médecine – version 2018

8 résultats :

fièvres typhoïde et paratyphoïdes l.f.p.

typhoid fever

Maladies fébriles sévères dues à Salmonella enterica sérotype Typhi (bacille d’Eberth) et Salmonella enterica sérotype Paratyphi A, B ou C, bacilles à Gram négatif de la famille des Enterobacteriaceae.
La maladie est liée à une bactériémie à point de départ lymphatique mésentérique. Le réservoir de germes est humain. La contamination se fait par les selles des malades ou de porteurs sains chroniques. La transmission est directe par contact avec des produits souillés, soit plus souvent indirecte par ingestion d’eau ou d’aliments contaminés. En France, les cas autochtones sont devenus très rares, la majorité étant importée de zones d’endémie (zones tropicales, Afrique du Nord, etc.).
L’incubation de la maladie dure de 7 à 15 jours ; le début est progressif le plus souvent ; la période d’état associe fièvre, prostration (tuphos), diarrhée et une symptomatologie extrêmement variable. Le diagnostic repose sur les hémocultures, éventuellement la coproculture, accessoirement sur le test sérologique de Widal et Félix. Les principales complications sont digestives (hémorragies, perforations), myocardiques, cérébrales, etc. Le traitement repose sur l’antibiothérapie, principalement les fluoroquinolones ou les céphalosporines de 3e génération, se substituant au chloramphénicol, à l’ampicilline, au cotrimoxazole. Une nouvelle vaccination (vaccin polyosidique capsulaire) a remplacé le vaccin TAB ancien. Elle ne protège que contre S. enterica sérotype Typhi. Les mesures d’hygiène restent essentielles dans la lutte contre les fièvres typhoïdes. En France, cette infection est à déclaration obligatoire.

Syn. : dothiénenterie (obsolète)

vaccin typhoïde

[D1]

Édit. : 2018

fièvres hémorragiques virales l.f.p.

viral haemorrhagic fevers

Maladies infectieuses provoquées par divers virus non apparentés.
Toutes sont potentiellement graves et susceptibles d’être à l’origine d’épidémies localisées, grevées d’une létalité importante.
Elles ont une distribution géographique le plus souvent circonscrite.
Leur symptomatologie associe un état fébrile, des signes digestifs, une éruption cutanée inconstante et, dans les formes graves des signes viscéraux tels qu’hémorragies diverses par thrombopénie, hépatite nécrosante, encéphalite, myocardite, pneumopathie. Le diagnostic biologique repose sur l’isolement du virus à partir du sang total et sur la sérologie. La transmission est soit indirecte par vecteur, soit directe au contact de malades ou par manipulation de produits biologiques infectés. Il n’y a pas de traitement curatif sauf dans la fièvre de Lassa (ribavirine). Quelques vaccins sont disponibles : fièvre jaune, fièvre hémorragique d’Argentine, fièvres hémorragiques d’Omsk, fièvre de la vallée du Rift.
Les fièvres hémorragiques virales sont nombreuses :
fièvres hémorragiques transmises par les piqures de moustiques : fièvre jaune (Flavivirus), dengue hémorragique (Flavivirus), fièvre de la vallée du Rift (Phlebovirus), fièvres hémorragiques transmises par les morsures de tiques : fièvres hémorragiques d’Omsk, maladie de la forêt de Kyasanur (Flavivirus), fièvres hémorragiques de Crimée-Congo (Nairovirus), fièvres hémorragiques transmises par l’eau, les aliments, la terre souillés par l’urine de rongeurs ou de singes : fièvres hémorragiques avec syndrome rénal (Hantavirus), fièvres hémorragiques d’Argentine (virus Junin), fièvres hémorragiques de Bolivie (virus Machupo), fièvre de Lassa, fièvres hémorragiques du Vénézuéla (virus Guanarito) ces quatre derniers virus étant  des Arenavirus;  fièvres hémorragiques de transmission inconnue, dont la contamination est essentiellement interhumaine (contact avec un malade ou avec des produits biologiques infectés tels que le sang ou les excrétas) : maladie à virus Ebola, maladie à virus Marburg (Filovirus).
Les fièvres hémorragiques sont des maladies à déclaration obligatoire.

[D1, D4]

Édit. : 2018

fièvres virales hémorragiques l.f.p.

fièvres hémorragiques virales

[D1, D4]

Édit. : 2018

fièvres hémorragiques (encéphalites des) l.f.p.

encephalitis in haemorrhagic fevers

Groupe de maladies virales souvent transmises par des piqûres de moustiques ou de tiques et caractérisées par l'association de signes hémorragiques et d'un tableau d'encéphalite.
Affections très contagieuses, elles imposent un isolement rigoureux du malade. Le diagnostic de certitude repose sur l'isolement du virus ou sur la découverte d'antigènes ou d'anticorps spécifiques.
Les plus connues sont : la fièvre hémorragique de la vallée du Rift en Afrique de l'ouest, du sud et en Égypte ; les maladies de Marburg et d'Ebola. D'autres ont été décrites au Congo et en Crimée.

fièvres hémorragiques virales

[D1, D4, F1, H1]

Édit. : 2018

typhoïde (fièvre) l.f.

typhoid fever

fièvres typhoïde et paratyphoïdes

vaccin anti-fièvre typhoïde l.m.

typhoid fever vaccine

vaccin fièvre typhoïde

vaccin contre la fièvre typhoïde l.m.

typhoid fever vaccine

vaccin fièvre typhoïde

vaccin fièvre typhoïde l.m.

typhoid fever vaccine

Vaccin polyosidique capsulaire injectable, protégeant contre la fièvre typhoïde (infection à Salmonella enterica sérotype Typhi) mais non contre les fièvres paratyphoïdes (dues à Salmonella enterica sérotype Paratyphi A et B).
Après la primovaccination, un rappel est nécessaire tous les trois ans. Ce vaccin est recommandé aux coopérants et aux voyageurs se rendant en zone d’endémie de fièvre typhoïde. Il est, en outre, obligatoire pour les personnels de laboratoire.

fièvre typhoïde