Dictionnaire médical de l'Académie de Médecine – version 2016-1

5 résultats :

virus de l’hépatite C l.f.

hepatitis C virus

Virus à ARN du genre Hepacivirus (famille des Flaviviridae), responsable des hépatites C, transmises par voie sanguine ou sexuelle.

Ce virus enveloppé, dont le diamètre est de 80 nm, présente 7 génotypes dont les répartitions géographiques sont différentes. La transmission a surtout lieu lors de transfusions ou de transplantations, à l’occasion d’injections IV chez les toxicomanes, par voie sexuelle ou encore par voie materno-fœtale.

Sigle : HCV

hépatite C, Hepacivirus

asunaprévir n.m.

Nouvel antiviral à action directe contre le virus de l’hépatite C, faisant partie des nombreux antiviraux prescrits depuis peu de temps dans le traitement de l’hépatite chronique virale C.

C’est un inhibiteur de la protéase NS3 du virus de l’hépatite C. Il bloque la libération des protéines non structurales, nécessaires pour la réplication du virus. Son métabolisme est principalement médié via le cytochrome P450 (CYP) 3A4 et le CYP 3A5. Il a été testé contre les génotypes 1 et 4 et a aussi une activité pan-génomique. Prescrit par voie orale chez les adultes, il ne doit pas être administré en monothérapie mais en association. A ce jour, il n’est disponible qu’à l’hôpital.

à hépatite C, virus de l’hépatite C, cytochrome P450

daclatasvir n.m.

Nouvel antiviral à action directe (AAD) contre le virus de l’hépatite C, faisant partie des nombreux antiviraux prescrits depuis peu de temps dans le traitement de l’hépatite chronique virale C.

C’est un inhibiteur de la protéine non structurale multifonctionnelle 5A du complexe de réplication (NS5A). Le Daclatasvir inhibe la réplication de l’ARN viral et l’assemblage des virions. Il est un substrat du cytochrome P450 [CYP] 3A4. Efficace contre les génotypes 1 et 4, il a vocation à être pan-génomique. Prescrit par voie orale chez les adultes, il doit être administré en association avec d’autres médicaments. Les recommandations thérapeutiques sont évolutives avec des modifications pluriannuelles, compte tenu du grand nombre de schémas possibles. Le but est de ne plus utiliser des molécules antérieurement prescrites dans l’hépatite C, en particulier l’interféron pégylé et la ribavirine, dont les effets secondaires sont nombreux, tandis que les nouveaux AAD sont bien tolérés et d’une efficacité supérieure avec un temps de traitement plus court. Des protocoles d’associations daclatasvir et sofosbuvir sont actuellement possibles, dans le cadre d’une ATU de cohorte. L’éradication définitive du VHC avec ces nouveaux AAD est obtenue dans 90 % des cas. A ce jour, il n’est disponible qu’à l’hôpital.

hépatite C, virus de l’hépatite C, cytochrome P450, interféron (traitement par l’), ribavirine, sofosbuvir

ombitasvir-paritaprévir-ritonavir l.m.

Association de trois molécules à action directe sur le virus de l’hépatite C: ombitasvir inhibiteur de la protéine NS5A, le paritaprévir inhibiteur de la protéine NS3/4A et le ritonavir potentialisateur pharmacocinétique du paritaprévir.

Ces trois antiviraux à action directe (AAD) doivent être prescrits en association avec le dasabuvir inhibiteur non nucléosidique de la polymérase NS5B du virus de l’hépatite C.

à hépatite C, virus de l’hépatite C

sofosbuvir n.m.

Inhibiteur de la protéine NS5B du virus de l’hépatite C.

Il doit être associé avec d’autres médicaments de l’hépatite C chronique chez l’adulte présentant un stade de fibrose F3 ou F4. Parmi les nouveaux antiviraux à action directe c’est le seul autorisé chez les malades F2 «sévère», les autres médicaments étant réservés uniquement aux F3 ou F4.

à hépatite C, virus de l’hépatite C, métavir (classification…de la fibrose hépatique)