Dictionnaire médical de l'Académie de Médecine – version 2016-1

4 résultats :

syndrome polyalgique idiopathique diffus l.m.

polyalgic idiopathic syndrome

État douloureux diffus survenant surtout chez les femmes entre 20 et 50 ans.

Les douleurs et la raideur sont rapportées aux éléments musculaires et osseux avec prédominance matinale, aggravation par la tension nerveuse, l’immobilité, le surmenage physique et les variations thermiques et météorologiques. Des troubles du sommeil sont fréquemment associés.

Aucune anomalie biologique ni histologique n’est mise en évidence. L’examen montre une sensibilité douloureuse sur les points-gâchette avec réaction de retrait. L’examen articulaire et musculaire est normal. Le traitement impose une prise en charge globale du malade par le médecin. Une physiothérapie peut améliorer la forme générale. Des antalgiques sont parfois nécessaires. Le sommeil peut être amélioré par un antidépresseur tricyclique.

Syn. fibrosite, fibromyalgie primitive

fibromyalgie n.f.

idiopathic diffuse polyalgic syndrome, fibrositis

Syndrome algique prolongé mais bénin de l’appareil musculosquelettique, de topographie souvent proche des ceintures scapulaire et pelvienne, accompagné de points douloureux multiples mais fixes à la pression, rencontré préférentiellement chez la femme d’âge moyen.

Il s’agit d’une maladie présumée d’origine centrale par abaissement du seuil de la douleur avec sensibilisation des récepteurs; à propos de ses traitements Les investigations complémentaires sont négatives. Par contre, des troubles du sommeil le plus souvent sans signes classiques d’insomnie mais à type prévalent de pathologie du réveil avec des algies musculo-articulaires, et l’absence d’effet réparateur diurne, sont relevés, ainsi que des anomalies de l’EEG au cours du sommeil lent. À côté de cette forme classique, sont rencontrées des formes anxieuses et/ou dépressives.

Les antidépresseurs, surtout ceux qui augmentent le sommeil lent profond, sont au centre du traitement par leur action associée sur les algies et la dimension psychique éventuelle. Il est aussi fortement recommandé en fonction du contexte d’utiliser les anti-épileptiques La thérapeutique non-médicamenteuse ne peut jamais être négligée dans la prise en charge globale de la fibromyalgie : psychothérapie, physiothérapie, thermalisme, acupuncture, hypnose et bien d’autres

encore ».

Syn. polyalgique idiopathique diffus (syndrome), fibromyosite ou fibrosite, polyenthésopathie, fibromyalgie primitive, syndrome polyalgique idiopathique diffus (SPID)

fibrosite n.f.

fibrosite

Syndrome clinique survenant surtout chez la femme et débutant généralement vers la quarantaine, caractérisé par des douleurs toujours étendues à topographie plutôt axiale, une raideur au lever des territoires douloureux qui cède à la mobilisation, un état de fatigue, des troubles du sommeil, un contraste marqué entre l’importance des plaintes subjectives et l’absence de signes objectifs à l’exception d’une multitude de points douloureux à la pression, de fréquentes perturbations (tendance dépressive, anxiété, hypochondrie, etc.) et l’absence de signes biologiques et anatomopatho­logiques

L’étiologie du syndrome demeure discutée; on invoque une fragilité fonctionnelle du système nerveux central, par exemple un abaissement du seuil de perception de la douleur, il faut noter l’inefficacité thérapeutique des antalgiques des différentes classes et des anti-inflammatoires, et, au contraire, une action favorable des tricycliques.

Syn. fibromyalgie primitive, syndrome polyalgique idiopathique diffus ou SPID, polyenthésopathie

polyalgique idiopathique diffus (syndrome) l.m.

idiopathic diffuse polyalgic syndrome, fibrositis

Syndrome algique prolongé mais bénin de l’appareil musculosquelettique, de topographie souvent proche des ceintures scapulaire et pelvienne, accompagné de points douloureux multiples mais fixes à la pression, rencontré préférentiellement chez la femme d’âge moyen.

Les investigations complémentaires sont négatives. Par contre, des troubles du sommeil le plus souvent sans signes classiques d’insomnie mais à type prévalent de pathologie du réveil avec des algies musculo-articulaires, et l’absence d’effet réparateur diurne, sont relevés, ainsi que des anomalies EEG du sommeil lent. À côté de cette forme classique, sont rencontrées des formes anxieuses et/ou dépressives.

Les antidépresseurs, surtout ceux qui augmentent le sommeil lent profond, sont au centre du traitement par leur action associée sur les algies et la dimension psychique éventuelle.

Syn. fibromyalgie, fibromyosite ou fibrosite, polyenthésopathie, fibromyalgie primitive, syndrome polyalgique idiopathique diffus