Dictionnaire médical de l'Académie de Médecine – version 2013

2 résultats :

hyperhydratation n.f.

hyperhydration

Augmentation de la teneur en eau de l’organisme, dont les manifestations cliniques diffèrent en fonction de son caractère global ou limité à un des secteurs intracellulaire ou extracellulaire.

L’hyperhydratation globale ou intoxication par l’eau, qui se manifeste cliniquement par une prise de poids et des œdèmes cutanés et séreux correspond à une inflation hydrique parallèle des deux secteurs. Dans les formes sévères, elle entraîne des troubles cliniques graves d’ordre digestif et surtout nerveux avec risque de convulsions et de coma.

L’hyperhydratation extracellulaire s’observe en cas d’atteinte rénale (syndrome néphrotique), cardiaque (insuffisances cardiaques droite ou globale) ou hépatique (cirrhose décompensée sur le mode œdématoascitique). On peut observer une hémodilution avec un retentissement rénal secondaire à une hypovolémie «efficace», qui tend à entretenir le mécanisme œdémateux

L’hyperhydratation intracellulaire isolée est rare. Elle est la conséquence d’une hypotonie plasmatique (p. ex. par déficit sodé isolé) à l’origine d’un mouvement de l’eau du secteur extracellulaire, vers le secteur intracellulaire plus hypertonique. Elle se manifeste par des signes digestifs (anorexie, vomissements) un dégoût sélectif de l’eau et des signes neuropsychiques (myoclonies, crampes, fasciculations, signe de Babinski, avec céphalées, troubles de l’humeur et de la vigilance, puis des convulsions et un coma).

Le traitement doit être adapté à chaque cas: restriction hydrique soit isolée soit associée à la correction des autres désordres électrolytiques présents (p. ex. restriction sodique en cas d’œdèmes, apports salés en cas de déficit sodique).

intoxication par l’eau, œdème, potomanie

déshydratation extracellulaire et hyperhydratation cellulaire (syndrome de) l.f.

syndrome of extracellular dehydratation with cellular hyperhydratation

Syndrome associant une hémoconcentration avec hyponatrémie et une diminution de la pression osmotique du plasma (intoxication par l’eau).

Les téguments sont secs, la langue est humide, on note une céphalée, des nausées, des vomissements et un dégoût de l’eau. Il y a oligurie et hyperazotémie.

Une déperdition hydrosodée importante compensée uniquement par des apports d’eau entraîne un déficit simultané d’eau et de sels, cause du syndrome. Il se voit dans diverses maladies (insuffisance surrénale chronique, inssuffisance rénale traitée par un régime sans sel, syndromes diarrhéiques divers, etc.). L’administration d’eau et de sel fait céder le syndrome.