Dictionnaire médical de l'Académie de Médecine – version 2016-1

6 résultats :

endocardite infectieuse l.f.

infective endocarditis

Cardiopathie caractérisée par des lésions ulcérovégétantes de l’endocarde valvulaire et accessoirement pariétal, consécutives à la greffe directe sur une valve ou sur une prothèse remplaçant l’orifice valvulaire d’un micro-organisme, le plus souvent bactérien, plus rarement fungique, rickettsien ou chlamydien.

L’endocardite aigüe dite maligne est caractérisée par l’apparition brutale d’une septicémie causée par des bactéries très diverses: staphylocoques ou bactéries à Gram négatif, qui créent sur des valves antérieurement saines des lésions très mutilantes génératrices d’insuffisance cardiaque grave et des métastases infectieuses pluriviscérales. Cette forme reste, en dépit de l’antibiothérapie, une forme de haute gravité. L’endocardite subaigüe dite "lente" ou "maladie d’Osler" est liée le plus souvent à la greffe du streptocoque d’origine orale ou intestinale sur une valvulopathie préexistante. Les lésions sont plus lentement évolutives mais les végétations sont à l’origine d’embolies fréquentes, volontiers cérébrales. L’antibiothérapie permet deux fois sur trois d’obtenir la stérilisation des lésions sans aggravation de la dysfonction valvulaire préexistante, mais, dans un tiers des cas, l’insuffisance cardiaque engendrée par les mutilations valvulaires impose le recours à la chirurgie.

Les complications neurologiques, survenant dans 15 à 20% des endocardites, contribuent à la gravité de la maladie. Il s’agit soit de d’accidents ischémiques (70% des cas) secondaires à la migration de fragments de végétations ou à une artérite infectieuse, soit d’hémorragies par rupture d’anévrisme mycotique.

L’endocardite infectieuse reste une maladie grave, avec une mortalité, toutes formes confondues, voisine de 15% et un taux de survie à 5ans variant suivant la gravité initiale de l’affection entre 60 et 80%.

Sir W. Osler, baronet, interniste canadien (1885)

endocardite infectieuse (prophylaxie de l’), endocardite infectieuse puerpérale, endocardite infectieuse sur prothèse valvulaire, endocardite native, endocardite non suppurée, endocardite septique

Étym. gr. endon: à l’intérieur; kardia: cœur

Syn. endocardite bactérienne

endocardite infectieuse aigüe l.f.

acute infective endocarditis

Endocardite le plus souvent primitive qui se caractérise par un syndrome infectieux intense, d’allure septicopyohémique.

Les hémocultures sont rapidement positives. Les germes habituels sont le staphylocoque doré et les bacilles à Gram négatif. Les complications sont des mutilations valvulaires, particulièrement fréquentes et des embolies métastatiques suppurées. La mortalité est élevée et la chirurgie le plus souvent nécessaire.

endocardite native, endocardite infectieuse (prophylaxie de l’), e ndocardite infectieuse sur prothèse valvulaire

Étym. gr. endon: à l’intérieur; kardia: cœur

endocardite infectieuse (prophylaxie de l’) l.f.

endocarditis (prophylaxis of)

Mesures hygiéniques et médicamenteuses destinées à prévenir l’endocardite infectieuse.

Les cardiaques à haut risque sont les porteurs de prothèses valvulaires, ou de cardiopathies congénitales cyanogènes et ceux qui ont présenté antérieurement un épisode de l’endocardite infectieuse. Le risque est moindre mais non nul, dans les valvulopathies même mineures, dans les cardiopathies congénitales non cyanogènes, excepté la communication interauriculaire qui ne comporte aucun risque, ainsi que dans les myocardiopathies obstructives.

Sont dangereuses toute opération sur les dents (entrainant un saignement gingival) ou sur la sphère otorhino-laryngologique, les explorations endoscopiques ou de cathétérisme (urinaires, digestives ou trachéobronchiques) sur des lésions potentiellement infectées.

L’observation stricte des règles d’hygiène dentaire et l’antibiothérapie s’imposent en cas de geste chez un cardiaque à risque. Dans un cas sur deux, l’endocardite infectieuse pourrait être évitée chez les cardiaques à risque par l’application systématique de ces mesures.

Étym. gr. endon: à l’intérieur; kardia: cœur

endocardite infectieuse puerpérale l.f.

post-partum infectious endocarditis

Greffe bactérienne sur les valves cardiaques saines ou plus souvent antérieurement lésées, compliquant une infection du postpartum.

Elle justifie un traitement antibiotique prophylactique après l’accouchement chez toute femme atteinte de cardiopathie valvulaire.

Étym. gr. endon: à l’intérieur; kardia: cœur

endocardite infectieuse sur prothèse valvulaire l.f.

prosthetic valvular infective endocarditis

Cardiopathie caractérisée et par extension, sur la prothèse elle-même, d’un microorganisme le plus souvent bactérien ou fungique.

Le diagnostic peut être retenu devant un état septicémique avec hémocultures positives et un dysfonctionnement de la prothèse: par thrombose ou surtout désinsertion. Le pronostic des endocardites sur prothèse reste grave surtout dans les formes précoces souvent dues aux staphylocoques, malgré une meilleure utilisation du traitement antibiotique et une meilleure codification des indications opératoires. L’intervention chirurgicale s’impose rapidement devant la gravité des dysfonctions prothétiques, plus rarement devant un état infectieux non contrôlé, des embolies septiques ou l’apparition de troubles de conduction.

Étym. gr. endon: à l’intérieur; kardia: cœur

Osler (maladie d’, endocardite d’) l.f.

Osler’s disease, Osler’s endocarditis, infectious endocarditis

Endocardite subaigüe, secondaire à la greffe et à la multiplication d’un agent infectieux (bactérie ou levure) au niveau de l’endocarde valvulaire, à la suite d’une bactériémie.

Dans 2/3 des cas, elle se développe sur une cardiopathie congénitale, une valvulopathie acquise ou une prothèse valvulaire. Elle détermine des lésions ulcérovégétantes des valves atteintes. Les signes cliniques se limitent, pendant plusieurs semaines, à un décalage fébrile modéré. En l’absence de traitement, l’évolution est toujours fatale à moyen terme, par décompensation cardiaque ou complications viscérales. Le traitement est médical (antibiothérapie bactéricide et prolongée après isolement de l’agent causal dans les hémocultures) et parfois chirurgical (chirurgie valvulaire). La prévention des endocardites infectieuses chez les sujets ayant une valvulopathie ou porteurs d’une prothèse valvulaire est bien codifiée.

F. Jaccoud, médecin français (1882), W. Osler, médecin canadien (1885)

Syn. maladie de Jaccoud-Osler, endocardite bactérienne, endocardite infectieuse subaigüe, endocardite subaigüe d’Osler, endocardite lente d’Osler