Dictionnaire médical de l'Académie de Médecine – version 2016-1

2 résultats :

conduction cardiaque l.f. [C1, K2]

cardiac conduction

Propriété du myocarde permettant la propagation de l’excitation électrique d’une fibre musculaire à l’autre, et assurant la coordination de l’ensemble de la contraction cardiaque.

La fonction de conduction existe dans tout le myocarde mais elle est plus particulière à certaines structures différenciées appelées pour cette raison tissu de conduction ou voies de conduction. Les voies de conduction normales comportent le nœud sinusal de Keith et Flack où nait l’excitation, les fibres musculaires de la paroi auriculaire, le nœud auriculoventriculaire d’Aschoff-Tawara, le faisceau de His et ses deux branches terminales, enfin le réseau de Purkinje. Il peut exister, de plus, des voies de conduction accessoires.

A., Sir, Keith, anatomiste britannique (1866-1955); M. Flack, physiologiste  britannique (1882-1931); K. Aschoff, anatomopathologiste allemand (1866-1942); S. Tawara, anatomopathologiste japonais (1873-1952); W. His, anatomiste allemand (1863-1934); J. Purkinje, anatomiste et physiologiste tchèque (1787-1869)

A.F. Kent, physiologiste britannique (1893); I. Mahaim, cardiologue suisse (1932)

Kent (faisceau de), Mahaim (fibres de)

voies de conduction cardiaques l.f.p.

cardiac conduction ways

Ensemble des structures intracardiaques qui assurent la naissance et la propagation de l’onde électrique d’excitation destinée au déclenchement de la contraction cardiaque.

Les altérations anatomiques ou fonctionnelles de ces voies entraînent des troubles dits conduction­nels, dont le diagnostic et le traitement ont pris une grande importance dans la cardiologie moderne (action pharmacologique, cardiologie interventionnelle, stimulation cardiaque).