Dictionnaire médical de l'Académie de Médecine – version 2016-1

21 résultats :

angine n.f.

tonsillitis, angina, sore throat, pharyngitis

Inflammation aigüe des amygdales palatines d’origine bactérienne ou virale.

En fonction de l’aspect de la muqueuse, plusieurs types d’angines peuvent être décrits: angine érythémateuse ou érythématopultacée, pseudomembraneuse, ulcéronécrotique, vésiculeuse. Les angines de la mononucléose infectieuse sont très protéiformes.

Les angines érythémateuses et érythématopultacées sont d’origine virale ou bactérienne. Angines pseudomembraneuses: la présence de fausses membranes sur les amygdales doit toujours faire redouter la diphtérie, bien que la mononucléose infectieuse soit plus souvent en cause.

Les angines ulcéronécrotiques: bilatérales, elles doivent faire redouter une leucémie et imposer un hémogramme d’urgence; unilatérales, elles évoquent l’angine de Vincent, érosion amygdalienne souple et fièvre modérée, ou plus rarement le chancre syphilitique de l’amygdale.

Des prélèvements bactériologiques appropriés dans toutes ces formes orientent le diagnostic et guident le traitement.

Les angines vésiculeuses, très particulières, sont dues à l’herpangine, à l’herpès ou au zona.

Les angines de la mononucléose infectieuse peuvent revêtir toutes ces formes. Le diagnostic repose sur l’hémogramme et surtout sur le test spécifique.

Étym. lat. angina : angin e ; angere : étrangler

angine de Duguet l.f.

Duguet (angine de)

angine de Ludwig l.f.

Ludwig’s pharyngitis

Infection du plancher de la bouche, des amygdales, due à la prolifération de germes anaérobies non sporulés: streptocoques anaérobies, corynébactéries, Bacillus fusiformis.

Suppuration fétide, souvent mal circonscrite, avec des zones nécrosées, sphacéliques, dont l’origine est le plus souvent dentaire. Ce type d’angine est devenu très rare, compte tenu de l’efficacité de l’antibiothérapie, des pénicillines notamment, sur ces espèces bactériennes.

W.F von Ludwig, chirurgien allemand (1836)

Étym. lat. angina : angin e ; angere : étrangler

angine de Marfan-Zahorsky l.f.

Marfan-Zahorsky’s angina

A.B. Marfan, pédiatre français (1924), J. Zahosky, pédiatre américain (1917,1924)

Zahorsky (herpangine de), herpangine

angine de poitrine l.f.

angina pectoris

Syndrome douloureux paroxystique médio-thoracique plus ou moins vif, haut situé, irradiant au cou, à la mâchoire, aux épaules et aux membres supérieurs, donnant la sensation de constriction thoracique.

La crise dure habituellement quelques minutes et témoigne de l’hypoxie du myocarde par déséquilibre entre l’offre et la demande en O2, il en résulte une libération d’acide lactique par anaérobiose.

On distingue deux grands types d’angine de poitrine: angor primaire, dû à la réduction de l’apport en O2sans augmentation des besoins (p. ex. spasme coronaire, angor de Prinzmetal) et angor secondaire en rapport avec une augmentation des besoins (p. ex. à l’occasion d’un effort responsable d’une augmentation du débit cardiaque) non compensée par un apport en O2, complication habituelle de l’athérosclérose coronaire.

W. Heberden, médecin britannique (1772)

infarctus du myocarde, angine de Prinzmetal

Étym. lat. angina : angine (déverbal d’ ango : étrangler)

Syn. angor

angine de Vincent l.f.

Vincent’s angina, ulceromenbranous angina

Angine ulcéreuse, le plus souvent unilatérale, due à une association fusospirillaire.

J.H. Vincent, médecin général français, membre de l’Académie Nationale de Médecine (1896)

Vincent (angine de)

angine pustuleuse l.f.

pustulous angina, blistered angina

angine, herpangine, Zahorsky (herpangine de)

angineux (état de mal) l.m.

intactable angina, impending myocardial infarction

État pathologique caractérisé par la prolongation anormale ou le renouvellement rapide d’une douleur d’angine de poitrine, qui reflète une souffrance ischémique aigüe du myocarde et constitue une urgence thérapeutique.

infarctus du myocarde

Étym. lat. angina : angine (déverbal d’ ango : étrangler)

Syn. angor

Isambert (maladie d’) l.f.

Isambert’s disease

Localisation pharyngée et/ou laryngée de la granulie tuberculeuse.

E. Isambert, médecin français (1873)

Syn. angine scrofuleuse

anti-angineux (médicament) l.m.

anti-anginal drug

Médicament administré per os, percutané, intraveineux ou intracoronaire dans le but de calmer instantanément une crise d’angine de poitrine (traitement curatif) ou d’empêcher sa survenue (traitement préventif).

Le but est d’améliorer l’apport d’O 2 au myocarde afin d’équilibrer l’offre et la demande. Le mécanisme mis en jeu pour améliorer la fourniture d’O 2 varie selon l’action recherchée : vasodilatation coronaire et diminution de la pré-charge (dérivés nitrés), diminution des besoins du myocarde en O 2 par inhibition des récepteurs β - adrénergiques et ralentissement de la fréquence cardiaque (β-bloquants), diminution de la post-charge et effet relaxant sur la fibre myocardique (inhibiteurs calciques), effet spasmolytique, vasodilatation veineuse avec baisse de la pré-charge, vasodilatation des artères coronaires (activateurs des canaux potassiques)..

angine de poitrine

delangine n.f.

delangine

Une des protéines régulatrices de la différenciation cellulaire.

Cette protéine est un régulateur majeur de la voie Notch qui intervient dans l’évolution cellulaire pour la différenciation, l’organisation et la prolifération des cellules. Elle est codée par le gène NIPBL (lipped-B like) sur le chromosome 5 (en 5q13). Une mutation de ce gène est responsable de la moitié des cas du syndrome de De Lange.

De Lange, (syndrome de), Notch (voie)

Duguet (angine de) l.f.

Duguet’s pharyngitis

Etat pathologique caractérisé par la présence, dans la région amygdalienne, de petites ulcérations superficielles, indolores apparaissant à la période d’état d’une fièvre typhoïde dans environ 10% des cas.

Heberden (maladie de) l.f. [K2-I1-2015]

1° Angine de poitrine.

Heberden’s disease

Nom donné parfois en référence au médecin anglais qui décrivit la première fois angine de poitrine.

W. Heberden, médecin britannique (1768)

angine de poitrine

Tuméfactions des articulations interphalangiennes distales des doigts témoignant d’une arthrose.

Heberden’s nodes

W. Heberden, médecin britannique (1710-1801)

Heberden (nodosités d’), arthrose interphalangienne distale

Henoch (angine de) l.f. ou l.m. [D3]?

Henoch’s angina

Ensemble de plaques grisâtres, siégeant sur l’amygdale ou le pilier antérieur du voile, tombant en 24-36 heures et laissant place à une ulcération, qui est noté lors de la scarlatine.

E. Henoch pédiatre allemand (1820-1910)

scarlatine

herpangine n.f.[D3,P1]

herpangina

Stomatite vésiculeuse postérieure localisée aux piliers des amygdales, au voile et à la luette, fébrile, spontanément régressive en quelques jours, due au virus Coxsackie A et survenant chez les jeunes enfants au cours de petites épidémies estivales.

J. Zahorsky pédiatre américain (1917)

Ludwig (angine de) l.f.

Ludwig’s angina

Phlegmon du plancher de la bouche s’accompagnant de signes généraux toxi-infectieux intenses.

Il est habituellement dû au streptocoque et à des germes anaérobies.

W. von Ludwig, médecin allemand (1836)

pseudomembraneuse (angine) l.f.

angine pseudomembraneuse

syndrome angine-infarctus pulmonaire de Lemierre l.m.

Lemierre’s sore throat-pulonary infarct syndrome

Embolie et infarctus pulmonaires septiques succédant à une angine ulcéreuse compliquée de thrombophlébite jugulaire.

Ce syndrome est d’origine bactérienne: Fusobacterium necrophorum en est classiquement l’agent responsable, mais d’autres bactéries aérobies et anaérobies ont également été incriminées (streptocoques microaérophiles, Peptostreptococcus, etc.)

A. Lemierre, médecin français (1936)

test de diagnostic rapide des angines streptococciques l.m.

Test permettant de détecter la responsabilité d’un streptocoque β-hémolytique du groupe A à l’origine d’une angine.

Le test utilise une bandelette réactive, porteuse d’anticorps antistreptococcique, plongée dans une solution dans laquelle a été dilué un prélèvement par écouvillonnage amygdalien. Ce test mis à la disposition des médecins et des pharmaciens a pour objectif d’éviter un traitement antibiotique contre les angines d’autres origines. Sensibilité = 90 %, spécificité = 95 %.

Vincent (angine de) l.f.

Vincent’s angina, ulceromenbranous angina

Angine ulcéreuse, le plus souvent unilatérale, dont les signes cliniques associent une fièvre d’intensité modérée, une haleine fétide, une ulcération amygdalienne profonde recouverte de membranes grisâtres et une adénopathie satellite.

Le diagnostic est affirmé par la mise en évidence, au prélèvement de gorge, de l’association d’une bactérie anaérobie, Fusobacterium necrophorum et d’un spirochète ( Treponema vincentii ), encore appelée association fusospirillaire. L’angine de Vincent guérit rapidement sous pénicilline orale ou métronidazole.

J.H. Vincent, médecin général français, membre de l’Académie Nationale de Médecine (1896)

Fusobacterium, Treponema vincentii, fusospirillaire (association)

Zahorsky (herpangine de) l.f.

Zahorsky’s herpangina

Angine avec vésicules herpétiformes s’ulcérant rapidement due au virus coxsackie A.

J. Zahorsky, pédiatre américain d’origine polonaise (1917, 1924)

herpangine , herpès, virus coxsackie, pharyngite, angine

Syn. pharyngite vésiculeuse, pharyngite aphteuse, angine pustuleuse, angine de Marfan-Zahorsky