Dictionnaire médical de l'Académie de Médecine – version 2016-1

1 résultats :

anaclitique (dépression) l.f.

anaclitic depression

État d’apathie massive avec refus du contact ou indifférence à l’entourage chez un nourrisson de six à huit mois privé brutalement de sa mère (R. Spitz, 1946).

Progressive en plusieurs semaines, son apparition fait suite à une phase de pleurs et de comportements d’accrochage à l’adulte (protestation), puis de cris avec perte de poids et arrêt du développement (désespoir). Une réversibilité est possible si, au bout de moins de trois mois, a été retrouvée la mère ou une mère-nourrice stable et chaleureuse. Sinon, s’installe un marasme de plus en plus inquiétant. Cette évolution péjorative a été individualisée par Spitz sous le nom d’hospitalisme. A contrario, l’enfant dont la relation préalable avec la mère était mauvaise, se trouve protégé.

Chez le très jeune animal, la privation même brève de l’interaction avec la mère s’accompagne notamment de modifications biochimiques réversibles par des caresses renouvelées (S.M.Schanberg).

Cet état ne résume plus les dépressions du bébé, lesquelles, en particulier, comprennent aussi celles liées à une dépression maternelle postnatale, à des carences dites qualitatives de soins de la part de la mère et/ou à des troubles somatiques tels que la douleur physique. Comme l’était la douleur, l’idée d’une dépression chez un bébé demeure volontiers un scandale.

Étym. gr. anaklinô : se replier sur soi-même