Dictionnaire médical de l'Académie de Médecine – version 2015-2

58719 entrées :

superoxyde-dismutase n.f.

superoxide dismutase

Enzyme catalysant la réaction de dismutation de deux ions superoxydes en dioxygène et eau oxygénée, en utilisant deux ions H + (2 O 2 - + 2 H + → H 2 O 2 + O 2 ).

Il existe au moins 3 types de superoxyde-dismutases chez les Vertébrés: l’une contient des ions Cu 2+ et Zn 2+, et se trouve dans le cytoplasme de toutes les cellules; une autre contient des ions Mn 2+, et se trouve dans la matrice des mitochondries; une troisième, d’activité faible, se trouve dans le plasma sanguin et les liquides biologiques.

superoxyde-synthétase n.f.

superoxide synthetase

Enzyme catalysant la synthèse d’un ion superoxyde.

Un tel système enzymatique existe dans les cellules phagocytaires. Il comporte une protéine flavinique, un coenzyme NADPH donneur d’hydrogène, et agit simultanément sur deux molécules de dioxygène en leur transférant un électron sur chacune (NADPH + 2 O 2NADP + + H +

+ 2 O 2 - ).

superparamagnétisme n.m.

superparamagnetism

paramagnétisme

supination n.f.

supinatio (TA)

supination

Mouvement de rotation de l’avant-bras de dedans en dehors qui porte l’avant-bras et la main en position de supination.

Dans cette position la face palmaire de la main se dirige en avant, le pouce orienté en dehors; quand la main est placée sur un plan horizontal, c’est sa face dorsale qui repose sur le plan. La supination s’oppose au mouvement inverse de pronation. La conjugaison des deux mouvements permet d’orienter la pronation manuelle dans toutes les directions de l’espace.

Ant. pronation

suppléance n.f.

supply

Remplacement d’une structure ou d’une fonction perturbée: p. ex. circulation de suppléance, suppléance nerveuse.

Étym. lat. supplere : compléter, remplacer

suppléances artérielles encéphaliques l.f.p.

arterial encephalic substitutes

Dispositifs artériels permettant une grande souplesse d’adaptation circulatoire encéphalique.

Leurs trois voies principalessont :

- le polygone ou cercle de Willis, avec les deux artères cérébrales antérieures, unies par la communicante antérieure et les deux communicantes postérieures, reliant les carotides internes aux branches de bifurcation du tronc basilaire, donc aux artères cérébrales postérieures; pièce maîtresse de la circulation cérébrale, il permet un passage circulatoire hétérolatéral et des suppléances entre systèmes carotidien et vertébrobasilaire; mais de fréquentes variations anatomiques limitent son efficacité;

- les anastomoses, dans l’orbite, entre les artères carotides interne (branche ophtalmique) et externe (branche maxillaire interne et surtout faciale);

- les anastomoses sur la convexité des hémisphères, d’importance très variable.

Il apparaît que certaines de ces anastomoses n’entrent en jeu qu’en cas de défaut d’irrigation: notamment celles unissant l’artère ophtalmique aux branches de l’artère faciale et les suppléances piemériennes. Ces dernières peuvent même assurer un appoint circulatoire à contre-courant jusque dans le tronc artériel principal. En fait, l’importance de ces apports corticaux est inégale selon la région.

suppléance (vascularisation de) l.f.

collateral flow ; collateral circulation

Lors de l’obstruction d’une artère, circuit vasculaire se mettant en place avec le territoire artériel adjacent, par l’intermédiaire des anastomoses des branches collatérales situées en aval de l’occlusion.

La circulation de suppléance permet le rétablissement plus ou moins complet, à contre-courant, de la vascularisation dans le territoire de l’artère obstruée. Exceptionnellement, elle peut être la cause de troubles cliniques: c’est le cas du syndrome dit de la sousclavière voleuse.

suppléments nutritionnels oraux l.m.p.

oral nutritional supplements

Association de macro- et de micro-nutriments présentés sous forme liquide, semi-liquide ou de poudre à diluer, dont le but est d’augmenter les apports alimentaires oraux.

Ces suppléments nutritionnels sont le plus souvent utilisés pour compléter une alimentation de base insuffisante, compte tenu de l’état nutritionnel et clinique du malade. Parfois, dans des cas particuliers, ces suppléments nutritionnels sont employés comme seule source alimentaire. On doit alors y ajouter un apport complémentaire de vitamines, minéraux et autres oligo-éléments, afin de parfaitement répondre aux besoins de l’organisme.

support nutritionel l.m.

intervention nutritionnelle

suppresseur n.m.

suppressor

En génétique, gène dont la mutation est capable de supprimer les effets de mutations d’autres gènes.

Un suppresseur extragénique est le plus souvent un gène codant pour un ARNt muté qui apporte un acide aminé compatible avec la synthèse de la protéine.

ARN de transfert, ARNt suppresseur

suppression-burst angl.

Caractère électroencéphalographique comportant deux éléments: des bouffées de complexes de pointes-ondes aigües, ondes lentes irrégulières et arythmiques (" bursts "), séparées par des périodes de tracé microvolté, presque inactif, pendant 3 à 10secondes ("suppression").

Initialement décrit chez les adultes en coma barbiturique, puis chez l’enfant dans les suites d’un arrêt cardiorespiratoire, puis chez le nouveau-né victime d’une souffrance aigüe à la naissance, ce type de grapho-éléments est rencontré dans un certain nombre de syndromes épileptiques néonataux (encéphalopathie myoclonique précoce, notamment).

suppression des graisses l.f.

fat attenuation

En IRM, suppression du signal de la graisse, pour préciser l’aspect d’un hypersignal pathologique au contact de tissu graisseux ou d’une structure noyée dans la graisse (p. ex. le nerf optique dans l’orbite).

Plusieurs techniques permettent cette suppression: séquence STIR, méthode de saturation sélective de la graisse, méthode Dixon, SPECtral Inversion At Lipids (SPECIAL).

sytème STIR, Dixon (méthode de), SPECIAL

suppression des liquides l.f.

fluid attenuation

En IRM, suppression, grâce à des séquences particulières, du signal des liquides.

Elle s’utilise en particulier pour distinguer les plaques de démyélinisation périventriculaires par suppression de l’image des ventricules cérébraux (mais le même résultat est obtenu plus simplement, en utilisant une séquence pondérée en densité de protons).

Deux techniques peuvent être utilisées pour effacer le signal des liquides : la séquence FLAIR et la méthode de Dixon.

W.T. Dixon, radiologue américain (1984)

Dixon (méthode de), séquence FLAIR

suppression extragénique l.f.

extragenic suppression

suppression

suppression intragénique l.f.

intragenic suppression

suppression

suppression phénotypique l.f.

phenotypic suppression

Suppression d’un phénotype muté par un facteur de l’environnement.

mutation conditionnelle

suppression tissulaire l.f.

suppression des graisses, suppression des liquides

suppressive (cellule) l.f.

suppressor cell

Cellule exerçant une fonction de régulation négative sur l’induction ou l’expression de certaines formes de réponses immunitaires.

Les cellules suppressives sont particulièrement hétérogènes. Elles sont mises en évidence au cours d’expériences de transfert adoptif de lymphocytes T chez l’animal. Il peut s’agir de cellules sécrétrices d’IL-10 et de TFGß induites par l’administration orale de l’antigène. Dans d’autres modèles des cellules T de type Th2 ont un effet antagoniste vis-à-vis des cellules de type Th1 productrices d’interféron .

cellules T auxiliaires

suppressive (cellule T) l.f.

suppressor T-cell

Cellule jouant un rôle régulateur négatif sur la fonction des cellules B, des cellules T auxiliaires et des cellules T effectrices de l’immunité à médiation cellulaire.

cellule T auxiliaire

suppuration n.f.

suppuration

Formation de pus.

suppuration bronchique l.f.

bronchial purulent infection, suppuration

Présence de pus dans les bronches, de façon aigüe (bronchite aigüe suppurée) ou chronique, compliquant une bronchite chronique et/ou une dilatation des bronches.

Elle se traduit par un encombrement avec des crachats colorés. Non extériorisée, surtout chez la femme, elle est identifiée par une endoscopie. Un prélèvement protégé pour un examen bactériologique est nécessaire.

suppuration pleurale enkystée l.f.

pyothorax chronique

suppuration pulmonaire l.f.

purulent pulmonary infection

Infection pulmonaire compliquée de nécrose des cloisons alvéolaires, des bronchioles et des artérioles, entraînant une alvéolite suppurée.

La plupart des microorganismes respiratoires peuvent être à l’origine d’une suppuration pulmonaire, lors d’une pneumonie d’aspiration, ou en cas d’inoculum microbien massif, ou s’il existe une altération des défenses locales et/ou générales. Les principaux micro-organismes responsables sont des bactéries anaérobies (Bacteroides sp, Fusobacterium sp, Peptostreptococcus sp), des entérobactéries (Klebsiella pneumoniæ, Escherichia coli, Serratia sp, Enterobacter sp), Pseudomonas æruginosa, Nocardia. Les suppurations pulmonaires peuvent être localisées (abcès du poumon, pneumonie nécrosante) ou diffuses sur un poumon antérieurement sain ou pathologique, tel un poumon détruit tuberculeux ou porteur de bronchectasies étendues.

suppuré adj.

suppurative

Qui a trait à une suppuration: infection suppurée.

supraamygdaleum profundum de Brockhaus l.m.

Le supraamygdaleum profundum de Brockhaus est inclus dans la substance innominée de Hilpert.

Réf. :Brockhaus H. - Zur normalen und pathologischen Anatomie des Mandelkerngebietes, J Psychol Neurol (1988) , 49:1-136

noyau central de l’amygdale

| page précédente | /2349 | page suivante