Dictionnaire médical de l'Académie de Médecine – version 2014

53583 entrées :

veine perforante l.f.

perforating vein

Veine qui fait communiquer le réseau veineux superficiel vers le réseau profond.

veine petite azygos inférieure l.f.

veine hémiazygos

veine petite azygos supérieure l.f.

veine hémiazygos accessoire

veine phrénique inférieure [caudale] l.f.

veines phréniques inférieures [caudales]

veine phrénique supérieure l.f.

veines phréniques suàpérieures

veine porte l.f.

portal vein

Grosse veine affluente du foie, qui draine la totalité du sang veineux du tube digestif, de la rate et du pancréas.

Elle naît derrière la tête du pancréas, de la confluence de la veine splénique et de la veine mésentérique supérieure. Elle court oblique en haut et à droite, dans un plan frontal, au sein du petit épiploon vers la hile du foie. Elle se termine dans le hile en se divisant en 2 branches, droite et gauche qui parcourent quelques centimètres avant de pénétrer dans le foie.

L’artère hépatique propre et la voie biliaire principale cheminent à la face antérieure de la veine porte, respectivement à gauche et à droite. Le débit sanguin dans la veine porte est de l’ordre de 1L/mn. La pression sanguine y est de l’ordre de 5 à 10mm Hg; elle dépasse de moins de 52 mm Hg la pression sanguine dans les veines hépatiques.

veine postérieure de la veine pulmonaire supérieure droite l.f.

Vena posterior, R. posterior (Vena pulmonalis superior dextra)

posterior vein, posterior branch (right superior pulmonary vein)

Veine formée par la réunion des veines drainant les plans entre le segment antérieur, le segment postérieur et les segments postérieurs et apicaux ainsi que les veines postérieures marginales, interlobaires et la veine intrasegmentaire du segment postérieur.

Le veine postérieure chemine dans la partie haute de la scissure oblique et draine le segment postérieur du lobe supérieur droit. Elle rejoint le plus souvent la veine apicale avant de se réunir à la veine antérieure pour former la racine supérieure de la veine pulmonaire supérieure droite.

Syn. rameau postérieur de la veine pulmonaire supérieure droite obs. veine interlobaire postérieure de la veine pulmonaire supérieure droite

veine pulmonaire l.f.

pulmonary vein

Volumineuse veine ramenant le sang oxygéné depuis le poumon jusqu’à l’oreillette gauche.

Il existe normalement quatre veines pulmonaires, deux à droite (supérieure et inférieure) et deux à gauche (supérieure et inférieure). Mais des anomalies congénitales du retour veineux pulmonaire sont possibles: totales, ou partielles, supracardiaques, intracardiaques ou infracardiaques.

veine pulmonaire supérieure droite l.f.

vena pulmonalis dextra superior

right superior pulmonary vein

Veine qui draine le sang oxygéné au niveau du lobe supérieur et du lobe moyen du poumon droit.

Elle est formée par la réunion de 2 gros troncs: la racine supérieure qui draine essentiellement le lobe supérieur et la racine inférieure qui draine les veines du lobe moyen. Les 2 racines s’unissent dans la partie antérieure du hile, en avant des artères. La veine pulmonaire supérieure droite est frontale, oblique en bas et en dedans, se terminant dans l’atrium gauche au voisinage de la cloison interatriale. Elle a un diamètre de 16mm. Elle est située à sa terminaison sur un plan antérieur à celui de la veine pulmonaire inférieure. Dans sa portion extrapéricardique, elle est au-dessous de l’artère pulmonaire. Elle est visible par la face antérieure du médiastin comme la gauche. Elle est croisée verticalement en avant par le nerf phrénique courant sur le bord droit du péricarde. Sa portion intrapéricardique est très courte, le péricarde séreux ne tapisse que sa face antérieure, elle répond ainsi à la terminaison de la veine cave supérieure en avant.

veine pulmonaire supérieure gauche l.f.

vena pulmonalis sinistra superior

left superior pulmonary vein

Veine qui draine le sang oxygéné au niveau du lobe supérieur gauche.

Elle est formée par la réunion d’une racine supérieure qui draine le culmen et le plan interculminolingulaire et une racine inférieure (veine lingulaire) qui draine la lingula. La réunion de ces 2 racines se fait devant l’origine de la bronche lobaire supérieure gauche. La veine croise la face antérieure de la bronche lobaire supérieure et se place au-dessous de l’artère pulmonaire gauche. Elle est dans un plan frontal. Elle mesure environ 15mm et son diamètre est aussi de 15mm. Elle est visible par le médiastin antérieur.

veine rénale l.f.

renal vein

Veine qui relie le rein à la veine cave.

Née de la confluence de nombreuses veines du hile rénal, elle collecte, à partir des veines interlobulaires, le sang veineux du cortex et de la médullaire et la majeure partie du sang provenant des régions superficielles sous capsulaires.

circulation rénale

veine rénale (thrombose de la) l.f.

renal vein thrombosis

Obstruction partielle ou totale de la veine rénale par coagulation intravasculaire.

Cette affection, qui atteint l’enfant et l’adulte, revêt des tableaux cliniques très différents en fonction d’une part de la vitesse d’installation et de l’extension de la thrombose et d’autre part du développement de la circulation collatérale. Elle complique des affections cliniques très diverses telles qu’une déshydratation, surtout chez le nourrisson, des affections rétropéritonéales, une maladie thrombo-embolique, diverses néphropathies notamment les néphropathies amyloïdes et surtout les glomérulonéphrites extramembraneuses. Les signes révélateurs peuvent être une protéinurie, un syndrome néphrotique. Les formes aigües sévères peuvent se compliquer d’infarctus rénal. L’évolution clinique est très variable, fonction de l’extension de la thrombose et du contexte étiologique. Lorsque le parenchyme rénal est normal, une thrombose de la veine rénale, même étendue, est compatible avec une évolution favorable. Le traitement spécifique comporte les anticoagulants et éventuellement la fibrinolyse.

veine satellite du nerf hypoglosse l.f.

vena comitans nervi hypoglossi (T.A.)

comitans vein of hypoglossal nerve

Veine qui suit le trajet du nerf hypoglosse et rejoint la veine linguale profonde.

veine sousclavière l.f.

subclavian vein

Volumineuse veine de la racine du membre supérieur faisant suite à la veine axillaire et s’unissant à la veine jugulaire interne pour constituer le tronc veineux brachiocéphalique ou innominé.

veine souscostale l.f.

veina  subcostalis (T.A.)

subcostal vein

Veine qui longe le bord inférieur de la 12e côte.

Elle gagne la veine azygos à droite et la veine hémi-azygos à gauche.

Anc. dénom. 12e veine intercostale

Syn. veine subcostale

veine subcostale l.f.

veine souscostale

veine superficielle l.f.

superficial vein

Veine cutanée et sous-cutanée.

veine supérieure de la veine pulmonaire inférieure l.f.

Vena superior, R. superior (Vena pulmonalis inferior)

superior vein, superior branch (inferior pulmonary vein)

Veine qui rassemble toutes les veines cheminant entre la face inférieure du segment supérieur du lobe inférieur et la pyramide basale (partie intersegmentaire) et la veine intrasegmentaire du segment supérieur.

Elle sort du poumon en arrière de la bronche basale puis à droite comme à gauche s’unit à la veine basale commune pour former la veine pulmonaire inférieure.

Anc. dénom. tronc interapicobasal, racine supérieure de la veine pulmonaire inférieure

Syn. français : rameau apical de la veine pulmonaire inférieure. Cette dénomination n’est plus acceptable. international : rameau supérieur de la veine pulmonaire inférieure

veine sus-hépatique l.f.

suprahepatic veins

L’une des veines issues du foie pour se jeter dans la veine cave inférieure.

Les droites drainent le secteur sus-hépatique droit du foie et plus particulièrement le secteur latéral droit. Elles confluent pour former la veine sushépatique droite proprement dite. Les gauches drainent le secteur sus-hépatique gauche du foie et plus particulièrement le lobe gauche. Elles convergent en éventail pour former un tronc très court, la veine sus-hépatique gauche.

veine centrolobulaire

veine thoracique longitudinale droite l.f.

veine azygos

veines bronchiques l.f.p.

venae bronchiales (T.A.)

bronchial veins

Veines formant 2 groupes l’un antérieur, l’autre postérieur.

Le sang veineux de la paroi antérieure des grosses bronches se rend aux veines bronchiques antérieures qui reçoivent quelques veinules des nœuds lymphatiques interbronchiques. Elles se terminent hors du hile, soit dans les veines pulmonaires, soit dans la veine azygos ou à gauche dans la veine hémi-azygos accessoire.

Les veines postérieures, droite et gauche, ne sont pas satellites de l’artère bronchique. Elles ne reçoivent pas les veines des petites bronches tributaires des veines pulmonaires. La veine droite se jette dans la veine azygos, la gauche dans l’hémi-azygos accessoire.

veines cérébrales l.f.p.

cerebral veins

Système qui comporte trois niveaux : superficiel, profond et veines de la fosse postérieure.

Les veines superficielles drainent le sang de la majeure partie du cortex et de la substance blanche sous-jacente. Elles sont constituées par les veines ascendantes gagnant le sinus longitudinal supérieur et les veines descendantes gagnant soit la veine de Labbé, soit le sinus caverneux. Elles sont anastomosées par la veine anastomotique de Trolard, qui relie le sinus longitudinal supérieur aux veines sylviennes, elles-mêmes reliées au sinus latéral par la veine de Labbé.

Les veines profondes drainent le reste de la substance blanche et les noyaux gris centraux dans la veine de Galien, par l’intermédiaire des veines cérébrales internes (réunion des veines septales, thalamostriées et choroïdiennes) et basale de Rosenthal.

Les veines de la fosse postérieure drainent le cervelet, le tronc cérébral, le IVe ventricule. Elles forment un groupe supérieur gagnant la grande veine de Galien et un groupe inférieur gagnant le sinus pétreux inférieur.

Ch. Labbé, chirurgien français (1879); F.C. Rosenthal, anatomiste allemand (1780-1829);  C. Gallien, médecin grec de l’antiquité (129-201)

veines de Thebesius l.f.p.

Thebesius veins

Petites veines drainant le sang de retour du myocarde.

Elles s’ouvrent directement dans les cavités cardiaques par les foraminules de Lannelongue.

A.C. Thebesius, anatomiste allemand (1686-1732)

veines diaphragmatiques inférieures l.f.p.

veines phréniques inférieures

veines diaphragmatiques supérieures l.f.p.

veines péricardophréniques

| page précédente | /2144 | page suivante