Dictionnaire médical de l'Académie de Médecine – version 2015-2

58719 entrées :

kinétochore n.m.

kinetochor

Structure protéinique microtubulaire des noyaux cellulaires, attachée à un centromère et capable de s’attacher à un chromosome et de le faire glisser le long du fuseau mitotique achromatique

kinétoplaste n.m.

Organite spécial des trypanosomidés.

Il s’agit d’une région spécialisée de l’unique mitochondrie de ces protozoaires qui est en relation étroite avec le blépharoplaste.

King-Denborough (syndrome de) l.m.

King-Denborough’s syndrome

hyperthermie maligne

Kingella

Kingella

Genre bactérien de la famille des Neisseriaceae, comprenant des bacilles courts (coccobacilles) à Gram négatif mais se décolorant difficilement; ils sont regroupés en paires ou en courtes chaines.

Ces bactéries font partie de la flore normale des muqueuses oropharyngées et respiratoires hautes. Elles sont impliquées dans diverses infections chez l’homme: bactériémies, infections respiratoires, cutanées, articulaires (disques intervertébraux), endocardites. La principale espèce est Kingella kingae.

HACEK (groupe)

kininase n.f.

kininase

Enzyme protéolytique catalysant le clivage d’un ou de deux acides aminés du côté C-terminal des kinines telles que la bradykinine, la kallidine, ou d’autres peptides analogues.

On en distingue deux types: les kininases KI qui sont les carboxypeptidases détachant l’arginine, et KII qui détachent le peptide Phe-Arg.

kinine n.f.

kinin

Chacun des polypeptides hypotenseurs formés par protéolyse d’une protéine plasmatique dite kini­nogène, médiateurs sériques de l’inflammation.

Il existe plusieurs kinines de structure voisines: la bradykinine, la kallidine et la méthyl-lysyl-bradykinine. Les kinines ont la propriété d’augmenter la perméabilité vasculaire et de provoquer la contraction des muscles lisses.

Étym. gr. kinein : mouvoir

kininogénase n.f.

kininogenase

Enzyme protéolytique du type des sérine-protéases, catalysant la transformation des kininogènes en kinines.

Les kallicréines, le plasminogène, la trypsine et des protéases du venin de serpent sont des kininogénases.

kininogène de haut poids moléculaire (de haute masse moléculaire) l.m.

high molecular weight kininogen (HMWK) , Fitzgerald’s factor

Facteur XII, important facteur de la coagulation intervenant dans la voie extrinsèque.

Prékallicréine et kininogène de haut poids moléculaire sont assemblés pour cliver le facteur XI et faire débuter ainsi la cascade des enzymes intrinsèques amenant à la formation de la fibrine.

kinking artériel l.m.

arterial kinking

Plicature artérielle.

kinky hair disease l.angl.

Menkes (syndrome de)

kinocil n.m.

kinocilia

Cil unique situé à la périphérie d’un faisceau de 80 à 120 stéréocils à l’apex de la cellule sensorielle vestibulaire.

Le kinocil est le plus long de tous les cils du bouquet ciliaire de la cellule sensorielle de l’épithélium de la crête ampullaire et des macules otolithiques ; il pénètre profondément dans la cupule. Il n’est pas directement responsable de la transduction mécano-électrique mais provoque le déplacement de l’ensemble des stéréocils.

cellule sensorielle vestibulaire

KIR sigle angl. pour K cell Inhibition Receptors

Molécules membranaires possédant une séquence ITIM inhibitrice de l’activation des cellules cytotoxiques.

On a identifié deux familles de récepteurs KIR: les uns appartiennent à la superfamille des immunoglobulines, reconnaissant des molécules de classe I du complexe majeur d’histocompatibilité, les autres hétérodimériques, sont des lectines (CD94).

Kirner ( déformation de) l.f

Kirner’s deformity, dystelephalangy

Incurvation de l’extrémité de la phalange distale en dehors et en avant.

Le cinquième doigt est le plus souvent atteint; l’épiphyse de la phalange est élargie, l’ongle, bombé, se moule sur la déformation et l’extrémité du doigt peut être sensible. Cette déformation peut être isolée, familiale transmise selon le mode dominant. Elle est aussi constatée dans certains syndromes malformatifs: le syndrome de De Lange et celui de Silver-Russell.

Kirschner (broche de) l.f.

Kirschner’s apparatus, Kirschner’s wire

Tige d’acier fine et souple utilisée dans la méthode de Kirschner ainsi que pour l’ostéosynthèse d’os de petite taille tels que métacarpiens, métatarseins et os des phalanges.

M. Kirschner, chirurgien allemand (1879-1942)

Kirschner (méthode de)

Kirschner (méthode de) l.f.

Kirschner’s procedure

Méthode de réduction et de contention par extension continue utilisée dans le traitement chirurgical des fractures des os longs.

Une broche de Kirschner est placée à travers le segment osseux distal perpendiculairement à son grand axe, tendue entre les mors d’un étrier de traction qui assure la rigidité de la broche et sur lequel est attaché le dispositif de traction.

M. Kirschner, chirurgien allemand (1879-1942)

kissing ulcer angl.

ulcère en miroir

Kistner (classification de) l.f.

Kistner’s classification

Classifïcation en quatre stades de l’endométriose pelvienne permettant, après un bilan d’extension poussé jusqu’à la cœlioscopie ou la laparotomie, d’évaluer l’étendue et la sévérité des lésions endométriosiques.

Son intérêt est pronostique et thérapeutique. Actuellement peu utilisée, cette classification a le mérite d’être très précise.

Kit n.m.

Kit

Récepteur exprimé à la surface de cellules hématopoïétiques aux phases initiales de leur développement.

Les Ki t exercent une activité de tyrosine-kinase.

Kitamura (maladie de) l.f.

acropigmentation réticulée de Kitamura

Kite (section de) l.f

Kite’s section

Résection d’un secteur de la botte plâtrée de correction d’un pied bot varus équin congénital ou d’un métatarsus varus.

Des gypsotomies successives sont faites à quelques semaines d’intervalle, sans forcer, jusqu’à obtenir la correction souhaitée.

J. Kite, chirurgien américain (1932, 1935)

Kjellin (syndrome de) l.m.

Kjellin’s syndrome

Syndrome neuro-ophtalmologique avec paraplégie spasmodique, démence progressive et altérations rétiniennes maculaires.

Au fond d’œil, la rétine est tachetée et uniquement au pôle postérieur (aspect de taches flavimaculées). Ces taches ont une partie centrale plus sombre en angiofluorographie (effet de masque). Au niveau maculaire les lésions sont de même type, mais plus petites, et forment une couronne périfovéolaire. L’affection serait une maladie de Steinert pour Gass. L’affection est autosomique récessive.

Kjellin (1959)

Kjer (atrophie optique de type) l.f.

optic atrophy, Kjer’s type

atrophie optique juvénile

Klebsiella

Klebsiella

Genre bactérien de la famille des entérobactéries, regroupant des bacilles à Gram négatif, immobiles, aéroanérobies facultatifs.

Les bactéries de ce genre sont présentes dans l’environnement (sol, eaux) et sur les muqueuses des mammifères, en particulier intestinales. Chez l’homme, certaines espèces sont responsables d’infections communautaires et nosocomiales. Klebsiella pneumoniae est la cause d’infections bronchopulmonaires, d’infections intraabdominales et de diverses infections nosocomiales (infections urinaires, bactériémies, pneumonies, etc.). Il est susceptible d’être responsables d’arthrites réactionnelles. Les souches hospitalières peuvent être productrices d’une bétalactamase à spectre étendu. Klebsiella ozaenae est responsable d’une rhinite chronique atrophique et Klebsiella rhinoscleromatis du rhinosclérome, infection granulomateuse chronique des voies aériennes supérieures. »

Klebsiella rhinoscleromatis

Klebsiella rhinoscleromatis

Bacille à Gram négatif classé dans l’espèce Klebsiella pneumoniae et responsable du rhinosclérome.

Il est aussi appelé bacille de Frisch.

Frisch (bacille de)

Klebs-Löffler (bacille de) l.m.

Klebs-Löffler’s bacillus

Bacille à Gram positif, dont la dénomination est Corynebacterium diphteriae, agent étiologique de la diphtérie.

Il est encore appelé bacille diphtérique.

| page précédente | /2349 | page suivante