Dictionnaire médical de l'Académie de Médecine – version 2013

48525 entrées :

mort violente l.f.

violent death

Mort brutale survenant à la suite d’une intoxication massive ou d’une ou plusieurs lésions traumatiques évidente.

La mort violente s’oppose à la mort dite naturelle survenant à la fin de l’évolution d’une maladie.

Les morts violentes succèdent le plus souvent à un suicide, crime ou accident. Le code civil, en cas de mort violente signalée par le médecin sur le certificat de décès, n’autorise l’inhumation qu’après l’intervention d’un officier de police.

mort suspecte.

morula n.f.

morula

Amas muriforme de blastomères constituant le stade initial de la segmentation de l’œuf.

Cette phase qui dure presque une semaine se termine avec la formation de la cavité de segmentation, phase de la blastula.

blastocyte

Étym. lat. morus : mûre

Morumbi (virus)

Morumbi (virus)

Virus à ARN du genre Phlebovirus (famille des Orthobunyaviridae), responsable, en Amazonie brésilienne, de syndromes fébriles et algiques entrant dans le cadre des fièvres à phlébotomes.

Ce virus entraîne, chez l’Homme, une maladie bénigne associant fièvre, frissons, céphalées, myalgies, photophobie durant 4 à 5 jours.

Morvan (chorée fibrillaire de) l.f.

Morvan’s chorea

chorée fibrillaire de Morvan

Morvan (panaris de) l.m

Analgesic panaris, Morvan’s disease II

A. Morvan médecin français (1819-1897).

panaris analgésique de Morvan

Morvan (syndrome de) l.m.

Morvan (maladie de)

mosaïcisme n.m.

mosaïcism

Présence dès l’origine du développement embryonnaire chez un même individu appelé mosaïque ou chimère, de cellules présentant des différences au sein de leur matériel héréditaire: structures ou nombres chromosomiques différents, différences de l’information chloroplastique ou mitochondriale.

Les divers éléments qui constituent la mosaïque peuvent résulter soit de mutations ponctuelles, soit de mutations chromosomiques ou génomiques, ou bien encore de recombinaisons somatiques.

mosaïcisme somatique l.m.

variegation, somatic mosaïcism

Dans un tissu, organe ou organisme, expression facilement repérable d’un phénotype en mosaïque.

Les causes de ce phénomène sont diverses: variation plastidique, mutation somatique, effet de position de gènes, hétérochromatinisation, parasitisme, etc.

mosaïque adj.

mosaïc

1) Se dit d’un gène discontinu.

2) Se dit d’un chromosome d’eucaryote dans lequel alternent des zones transcrites et non transcrites.

transcription

mosaïque de Vogt l.f.

Vogt dystrophy

Dystrophie cornéenne épithéliale d’aspect polygonal.

A.Vogt,ophtalmologiste suisse (1879-1943)

ystrophie cornéenne en mosaïque de Vogt

mosaïque du col utérin l.f.

mosaicism of the uterine cervix

Caractère colposcopique du col utérin qui prend un aspect en plage carrelée visible à l’écran vert, non modifié par l’acide acétique et iodonégatif à la coloration par le lugol.

Les limites des pavés de mosaïque représentent la vascularisation horizontale de la surface de l’épithélium. Cet aspect du col est généralement observé lorsque, lors de la réparation par métaplasie d’un ectropion cervical, se constituent des zones dites de transformation atypique de grade I et II.

Moschcowitz (syndrome de) l.m

Moschcowitz’ syndrome

E. Moschocowitz médecin américain (1925)

purpura thrombotique thrombocytopénique

Mose (cercles de) l.m.p.

Mose template, Mose’s concentric circles

Cercles concentriques de 2mm en 2 mm (28 au total) gravés sur un support transparent et destinés à apprécier sur des radiographies en plusieurs incidences, la régularité de la circonférence et la sphéricité de la tête fémorale.

K. Mose, radiologue américain

mosm symb.f.

milliosmole

Mostofi (classification de) l.f.

Mostofi’s grading

Classification histologique des tumeurs de vessie visant à évaluer leur degré d’anaplasie.

C’est une simplification de celle de Broder. Elle a été adoptée par l’"American bladder tumor registry" et l’OMS.

F. Mostofi, cancérologue suisse (1977)

MOTA acr. angl. pour Manitoba OculoTrichoAnal syndrome

manitoba oculotrichoanal syndrome

motif antigénique n.m.

antigenic motif

Terme ancien désignant un épitope ou un ensemble d’épitopes.

motiline n.f.

motilin

Hormone peptidique digestive de la muqueuse intestinale qui intervient dans l’activité motrice cyclique du muscle intestinal.

Sa formule comporte 22 acides aminés.

motilité n.f.

movements

Aptitude d’un organisme à accomplir certains mouvements.

On parle p. ex. de la motilité d’un flagelle, d’une amibe.

otricité

motilité oculaire l.f.

ocular motility

Ensemble des mouvements du globe oculaire intrinsèque ou extrinsèque.

trabologie, orthoptique, oculomotricité

motivation n.f.

motivation

Vaste ensemble de processus dynamiques, conscients ou inconscients, comportant en particulier les émotions, qui orientent l’action d’un individu vers un but donné.

Un circuit cortico-souscortical comportant les aires corticales paralimbiques du lobe frontal, le striatum dit limbique ou ventral (essentiellement la partie interne de la tête du noyau caudé), le pallidum interne, le noyau médiodorsal du thalamus, lui-même se projetant à nouveau sur les aires frontolimbiques, pourrait constituer le substratum cérébral de la motivation chez l’Homme. Situé dans la profondeur du lobe temporal, juste en avant de l’hippocampe, le complexe nucléaire amygdalien est la clef de voute du système.

Des lésions du système limbique, notamment amygdaliennes, peuvent effectivement être responsables de modifications comportementales (syndrome de Klüver et Bucy), notamment d’apragmatisme, perte de l’autoactivation, apathie, aboulie et manque de motivations. Certains auteurs assimilent ces troubles à l’athymhormie.

Ainsi, les formes déficitaires des schizophrénies seraient liées à un dysfonctionnement dopaminergique par destruction des cellules du striatum limbique.

Malgré de nombreuses inconnues persistantes, de telles données jettent de nouveaux ponts entre neurosciences, neurologie et psychiatrie.

autoactivation psychique (perte d’)

Étym. lat . motivus : qui meut

motoneurone n.m.

motoneuron

Neurone moteur.

Son corps cellulaire se situe au niveau de la corne antérieure de la moelle ou des noyaux des nerfs crâniens, et son prolongement axonique concourt à la constitution des nerfs moteurs crâniens, des racines antérieures de la moelle, des plexus et des nerfs moteurs périphériques.

motoneurone gamma l.m.

gamma notoneuron, g motoneuron.

Motoneurone spécialisé assurant par l’intermédiaire des fibres g1 et g2 qui en sont issues, la contraction des portions polaires des fibres fusoriales.

boucle gamma, fuseau neuromusculaire

Syn. motoneurone g

motricité n.f.

motivity

En physiologie, fonction qui permet à un organisme vivant de se déplacer ou de changer la position d’une partie du corps par rapport à une autre.

otilité

motricité anorectale (étude de la) l.f.

Mesure des variations de pression (manométrie) dans l’ampoule rectale et le canal anal au moyen de capteurs électroniques ou de cathéters perfusés.

La manométrie anorectale est employée pour le diagnostic des constipations et des incontinences anales. D’autres investigations d’imagerie (défécographie, échoendoscopie anale) et électromyographique (EMG du canal anal) complètent la manométrie.

motricité gastrique (étude de la) l.f.

Activité mesurée par manométrie et par des techniques visant à mesurer la vidange gastrique (scintigraphie, échographie, test respiratoire à l’acide octanoïque marqué au carbone 13 ou 14, marqueurs de dilution incorporés au repas, marqueurs radioopaques), ou à enregistrer les variations de potentiel intragastrique (électrogastrographie ou électromyographie des phénomènes moteurs).

La manométrie est également utilisée pour explorer la motricité de l’intestin grêle et du côlon.

| page précédente | /1941 | page suivante